Crash (1996) : le test complet du 4K UHD

Édition Coffret Ultra Collector - 4K Ultra HD + Blu-ray + DVD + Livre

Réalisé par David Cronenberg
Avec James Spader, Holly Hunter et Elias Koteas

Édité par Carlotta Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/03/2021
Critique

Crash, le film le plus insolite et le plus dérangeant de David Cronenberg, est à nouveau disponible, dans une édition définitive.

Crash

À la suite d’une collision en auto avec le docteur Helen Remington, le producteur de films publicitaires James Ballard et sa femme Catherine se lancent dans l’exploration des rapports étranges entre la voiture, le sexe et la mort…

Crash, sorti en 1996, est l’adaptation par David Cronenberg du sulfureux roman publié par J.G. Ballard en 1974. Le film fit un petit scandale à Cannes, où il remporta pourtant le Prix du Jury, et fut interdit dans certaines villes du Royaume Uni, notamment dans le centre de Londres, ce qui contribua probablement à son succès commercial.

Une rencontre… accidentelle

Crash lance l’intrigue avec la collision de la voiture du personnage principal, James Ballard, interprété par James Spader, le Graham de Sexe, mensonges et vidéo (Sex, Lies and Videotape, Steven Soderbergh, 1989), avec celle de Helen Remington, incarnée par Holly Hunter, auréolée par l’Oscar de la meilleure actrice pour La Leçon de piano (The Piano, Jane Campion, 1993). C’est à l’hôpital où ils se retrouvent, après avoir miraculeusement survécu à l’accident, que naît leur trouble attirance réciproque.

Crash

Détachez vos ceintures !

Ils rencontreront un curieux personnage, Vaughan, joué par Elias Koteas. Obsédé par les collisions, il reconstitue, pour une galerie d’amateurs installés sur une tribune en bordure d’une route, l’accident qui coûta la vie à James Dean sur la route 466, le 30 septembre 1955. Pour plus de réalisme, conducteurs et passagers ont débouclé leur ceinture. Son projet suivant sera de remettre en scène, toujours grandeur nature, le crash qui causa la mort de Jayne Mansfield.

Beyond pleasure, beyond pain, beyond obsession

James et son épouse se laissent griser des jeux étranges, mêlant plaisir et souffrance, chair et métal, amour et mort, qui les conduiront à croiser le chemin de Gabrielle, obligée de porter un exosquelette pour se déplacer. Cette insolite interprétation contribuera beaucoup à la renommée de Rosanna Arquette.

Crash confirme les dispositions de David Cronenberg à relever les défis, en particulier celui de choisir des oeuvres réputées inadaptables au cinéma, un pari qu’il avait gagné en 1991 avec Le Festin nu (The Naked Lunch), la mise en images du roman éponyme publié par William S. Burroughs en 1959.

Crash s’insère dans l’univers créé par d’autres réalisations de David Cronenberg inspirées par l’interaction de la technologie sur le corps humain, telles Videodrome (1983), La Mouche (The Fly, 1986) ou encore eXistenZ (1999).

Depuis longtemps introuvable, Crash peut maintenant être (re)découvert dans une édition définitive, complétée de bonus et d’un livre aidant au décryptage d’une étrange histoire, d’un film inclassable.

Crash

Généralités - 5,0 / 5

Crash (100 minutes) et ses généreux suppléments (200 minutes) tiennent sur un Blu-ray BD-50, inséré, dans cette édition combo, en compagnie d’un Ultra HD Blu-ray 4K du film et d’un DVD-9, dans les couvertures d’un mediabook.

Le menu fixe et musical propose Crash dans sa version originale, au format audio DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français DTS-HD MA 2.0 stéréo.

Le livre de 150 pages, intitulé Réalisme des sens, s’ouvre sur un article en sept chapitres d’Olivier Père sur les débuts de Cronenberg, le roman Crash, le tournage, l’analyse critique du film, de son contenu et de sa forme, sa réception. Suivent deux entretiens de David Cronenberg. Le premier avec Serge Grünberg, après la présentation de Crash à Cannes, publié dans les Cahiers du cinéma. Le second, La Mécanique des fluides, avec Julien Gester, paru dans Libération en juillet 2020. Puis viennent des analyses du film, Crash, une mythologie moderne, par Sandrine Marques (Le Monde), Crash-test de l’amour, par Nicolas Tellop, « théoricien de la pop culture ». Ensuite, Thierry Jousse, critique et animateur de Ciné Tempo, magazine de France Musique dédié à la musique de films, braque les projecteurs sur l’accompagnement musical de Howard Shore. La suite du livre est centrée sur J.G. Ballard, avec Death Drive-in, J.G Ballard et Crash!, un article de Sébastien Gayraud, auteur d’ouvrages sur le fantastique et l’horreur au cinéma, et avec Rencontre avec J.G. Ballard à Cannes, en 1996, avec Serge Grünberg.

Un utile recueil de textes pour une lecture distanciée de Crash et un intéressant éclairage sur l’oeuvre de David Cronenberg.

Ce remarquable mediabook, coédité avec L’Atelier d’Images, vient enrichir, sous le numéro 17, la précieuse collection des Coffrets Ultra collector lancée par Carlotta Films en 2015.

Sont simultanément sorties deux éditions single, une sur Blu-ray avec les bonus vidéo du Coffret Ultra collector, l’autre sur DVD avec les bonus du DVD de cette même édition.

Crash

Bonus - 4,5 / 5

Sur le Blu-ray et le DVD :

Le défi Cronenberg (20’, 2020), un entretien avec Peter Suschitzky, chef opérateur de onze longs métrages de David Cronenberg. Il rappelle ses débuts, l’appel de George Lucas pour la photographie de Star Wars - Episode V : L’Empire contre-attaque (Star Wars: Episode V - The Empire Strikes Back, Irvin Kershner, 1980). Il avait de David Cronenberg l’image fausse d’un réalisateur de films d’horreur, un genre qu’il n’aime pas. Contribuer à la création de ses projets, toujours inhabituels, est un défi. Son travail de chef opérateur est, inconsciemment, guidé par les émotions communiquées par la lecture du scénario.

Animaux mécaniques (17’, 2020). Jeremy Thomas, producteur du film, a commencé à travailler avec David Cronenberg en produisant The Naked Lunch (1991), pendant le tournage duquel le réalisateur eut l’idée d’adapter Crash, un roman visionnaire sur les voitures et la sexualité. David Cronenberg, un des rares réalisateurs à pouvoir adapter ce genre d’ouvrage, laisse du temps aux acteurs pour comprendre leur personnage. Une partie de la presse, notamment le Daily Mail, fit campagne pour une interdiction du film dans tout le Royaume Uni, surtout en raison de ses dialogues.

Howard Shore donne le la (23’, 2020). Le compositeur canadien de la partition originale, trois fois oscarisé pour The Lord of the Rings, précise qu’après Chromosome 3 (The Brood, 1979), il a écrit l’accompagnement de quatorze autres films de David Cronenberg, « en essayant de retranscrire un sentiment, une humeur, une certaine idée » que lui inspiraient les films, au tournage desquels il assistait. La partition de Crash, un contrepoint en trois parties pour trois harpes, six guitares électriques, des bois et des percussions métalliques, a été remaniée numériquement à l’aide d’un puissant ordinateur de l’époque, le Synclavier, dans une forme d’improvisation autour de la partition.

Archives promotionnelles (24’, 1996). Une suite d’entretiens avec David Cronenberg (6’) : Crash vise à déclencher une réaction émotionnelle, sans la décrire, sans tomber dans le piège des clichés. Avec J.G. Ballard (3’) : l’adaptation cinématographique du roman lui aurait paru difficile au début des années 70 mais, 25 ans plus tard, le regard sur la violence et la sexualité a changé. Suivent de courts entretiens avec les acteurs, James Spader (5’), Holly Hunter (2’), Deborah Kara Unger (5’) et Elias Koteas (3’) qui, en dépit de leur bonne tenue n’apportent pas d’idées nouvelles sur le film.

Bandes-annonces (5’) une originale, une non censurée et celle de 2020.

Sur le seul Blu-ray :

Tiff Talks : rencontre avec Viggo Mortensen et David Cronenberg (52’), enregistrée au Toronto International Film Festival à l’occasion d’une projection spéciale du film. Viggo Mortensen, acteur dans trois films de David Cronenberg, appelle le réalisateur, caché dans les coulisses. Monté sur scène, il confie avoir revu récemment le film en se disant : « Ces gens-là sont fous ! » Il a ajouté dans le scénario une sensualité absente du roman. S’il lui semble important de mettre les acteurs à l’aise pour qu’ils jouent avec naturel, il souligne qu’ils ont besoin de se sentir observés, d’être dirigés. Il n’a pas cherché à manipuler le spectateur : chacun verra dans le film ce qu’il veut y voir, « émotionnellement ou intellectuellement ». Mais il montre, comme Videodrome, l’interaction entre le corps humain et la technologie. Trop long pour un apport limité au visionnement du film.

Sur les chapeaux de roue (27’, 2020) par Deirdre Bowen, responsable du casting. Sa première des treize collaborations avec David Cronenberg remonte à 1983, pour Videodrome. Il a toujours une idée précise du film à venir, mais reste ouvert aux compromis. Elle évoque plusieurs films, The Fly, The Naked Lunch, M Butterfly, Dead Ringers… et, bien sûr le choix des acteurs de Crash.

Les coulisses du tournage (11’) nous fait assister à la préparation et au tournage de quatre scènes sur l’autoroute.

Courts métrages :

Le Nid (The Nest, 10’, 2013). Un chirurgien underground discute, hors champ, avec une patiente souffrant d’apotemnophilie. Elle veut l’ablation de son sein gauche : il est étranger à son corps et envahi par des insectes.

Camera (7’, 2000) pour célébrer le 25ème anniversaire du Tiff. « Un jour, les enfants sont revenus avec une vieille caméra. Je ne sais pas où ils l’avaient trouvée », dit un acteur en fin de carrière en qui cela réveille un mauvais rêve…

Le Suicide du dernier Juif sur Terre dans le dernier cinéma sur Terre (At the Suicide of the Last Jew in the Wordl in the Last Cinema in the World, 4’, 2007). Un homme et une femme commentent ce qu’enregistre une caméra : un sexagénaire (David Cronenberg), enfermé dans les toilettes d’un cinéma, insère des balles dans un chargeur…

Crash

Image - 5,0 / 5

L’image, tournée au ratio 1.37:1, mais recadrée à 1.66:1 pour sa sortie en salles, est au format 4K HEVC - HDR10, sur le disque 4K UHD, et 1080p AVC sur le blu-ray. Elle a bénéficié, après numérisation 4K à partir du négatif original 35 mm, d’une restauration opérée sous le contrôle du chef opérateur Peter Suschitzky et validée par David Cronenberg. Sur le Blu-ray, elle est absolument propre, stable, avec une définition pointue, des couleurs ravivées, bien étalonnées, des contrastes raffermis et un contrôle du grain respectueux de la texture argentique.

Le disque 4K UHD propose un spectacle légèrement différent. Le gain de définition, affine quelque peu le grain de la pellicule, que l’on soupçonne toutefois d’avoir été traité par un léger filtre et offre quelques détails supplémentaires. Alliée au traitement HDR10, la définition devient redoutable pour certains éléments extrêmes, que ce soit les noirs profonds ou les lumières des phares. L’HDR10 donne également aux peaux des teintes bien plus naturelles que le Blu-ray, ce qui renforce ici et là la sensation de malaise provoquée par des cicatrices et autres blessures.

Crash

Son - 5,0 / 5

Le son stéréo d’origine, remixé au format DTS-HD Master Audio 5.1 (avec une alternative 2.0 stéréo) de la version originale est, lui aussi, débarrassé de tout bruit parasite et même du souffle. Il restitue les dialogues et le bel accompagnement musical avec clarté et finesse. La bonne répartition du signal sur les cinq voies crée une discrète, mais réaliste, sensation d’immersion dans l’ambiance.

Ce constat s’applique au doublage en français DTS-HD MA 2.0 stéréo, légèrement affecté par un excès de réverbération.

Crédits images : © 1996 ALLIANCE COMMUNICATIONS CORPORATION, IN TRUST. Tous droits réservés.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,3
5
0
4
2
3
0
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 13 mars 2021
Crash, depuis longtemps introuvable, peut maintenant être (re)découvert dans une édition définitive, complétée de plus de trois heures de suppléments vidéo et d’un livre aidant au décryptage d’une étrange histoire, d’un film inclassable.
Avatar
Giuseppe Salza
Le 23 juin 2011
Pas de commentaire.
Avatar
Stéphane Leblanc
Le 12 février 2009
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Crash
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus