Wallander - Saison 1 (2005) : le test complet du DVD

Wallander

Réalisé par Kjell-Åke Andersson
Avec Krister Henriksson, Johanna Sällström et Ola Rapace

Édité par M6 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/05/2009
Critique

Kurt Wallander est commissaire de police criminelle à Ystad, petite ville côtière du sud de la Suède. Dès le pilote, sa fille Linda, fraîche émoulue de l’école de police, rejoint le même commissariat. Le coffret dit « saison 1 » regroupe 13 épisodes de 90 minutes dont la première diffusion s’est étalée en Suède sur près de quatre années, à partir de janvier 2005. Les personnages, la bible et le scénario ont été créés par Henning Mankel, auteur de plus de 25 romans, dont une série de 11 consacrée aux enquêtes de Kurt Wallander.

Kut Wallander et sa fille, épaulés par Stefan, un jeune flic, ont affaire à des psychopathes, apparemment très nombreux dans ce tout petit recoin de l’Europe, auteurs de crimes tous plus horribles les uns que les autres : victimes totalement vidées de leur sang, vivantes pour que le coeur continue à pomper, pendaison filmée par l’assassin, meurtres d’enfants par un pédophile, j’en passe, et des plus sanglantes ! Le ton lugubre de la série s’harmonise avec les ciels blafards et la mer grise des hivers suédois, même s’il est éclairci, de temps à autre, par les chamailleries de Linda avec son commissaire de père, indiscipliné, bougon, et avec un sérieux penchant pour la musique classique et… le whisky !

Voilà qui vous rappellera certainement deux de ses collègues, à commencer par le fameux Inspecteur Morse, d’Oxford, plus grincheux, plus excentrique et plus fantaisiste que son homologue suédois, nettement plus introverti. Mais il ne faut surtout pas oublier Jane Tennison, la trouble héroïne londonienne de Suspect numéro 1, probablement la meilleure des séries policières, tant pour la façon dont elle nous fait fouiller l’intimité du personnage principal (brillamment incarné par Helen Mirren) que pour la peinture sociale esquissée à l’occasion de chaque enquête, un peu à l’instar des enquêtes de Maigret. Ces deux soeurs aînées, respectivement apparues en 1987 et 1991, sont désormais disponibles en France (ne manque plus que la saison 8 de Morse).

Bien que moins originale, Wallander vaut par une unité de style, caractérisée par un pessimisme un peu poisseux et le réalisme, presque insoutenable parfois, de certaines scènes ; si certains épisodes s’étirent un peu en longueur, d’autres soutiennent parfaitement l’intérêt, en particulier l’épisode 6, dont la fin est un remarquable exercice de suspense filmé par une caméra experte dans des éclairages étranges, le tout accompagné par l’efficace musique de Adam Nordén.

La conclusion tragique de l’épisode 13 pouvait laisser penser qu’il allait être le point d’orgue de la série. Erreur car, après une pause de près de deux ans, Wallander a repris du service en Suède, en parallèle avec une adaptation britannique avec Kenneth Branagh dans le rôle-titre.

Généralités - 2,0 / 5

Même s’il est plutôt esthétique, le menu est spartiate : il se limite aux choix des épisodes. Pas de version originale, pas de sous-titres pour les malentendants. Rien !
Cette façon la plus radicale de ne tirer aucun parti de l’interactivité du support, nous ramène aux temps obscurs de la cassette VHS.
Heureusement, les exemples d’une telle pratique restent rares ; je me souviens toutefois de la série Profiler.

Bonus - 0,0 / 5

Là encore : nothing, nada, niente, rien !

Image - 3,5 / 5

L’image est propre, avec quelques fourmillements et des contrastes parfois insuffisants.

Son - 2,5 / 5

Il n’est multicanal 5.1 que sur le papier. C’est plutôt un son mono, avec de rares et timides effets stéréo. Les bruits d’ambiance sont très faiblement repris par les enceintes surround, sans donner la moindre spatialisation. Seule la musique d’accompagnement sollicite toutes les enceintes. Ceci dit, le son est assez clair, en dépit d’un souffle perceptible.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Denon DVD-3910
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus