Shadow Dancer (2012) : le test complet du DVD

Réalisé par James Marsh
Avec Clive Owen, Andrea Riseborough et Gillian Anderson

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 25/07/2013
Critique

Collette, jeune veuve, est une républicaine, vivant à Belfast, avec sa mère et ses frères, de fervents activistes de l’IRA. Suite à son arrestation après un attentat avorté au coeur de Londres, Mac, un agent secret du MI5, lui offre le choix : passer 25 années en prison et ainsi perdre ce qu’elle a de plus cher, son fils, ou espionner sa propre famille. Elle décide de faire confiance à Mac, et retourne parmi les siens…

Shadow Dancer est l’adaptation du livre éponyme de Tom Bradby, ancien correspondant de guerre pour la télévision en Irlande du Nord, publié en 1998. L’écrivain signe lui-même cette remarquable transposition au cinéma.

Solidement réalisé par le documentariste James Marsh, réalisateur remarqué du Projet Nim et surtout Le Funambule, Grand Prix du Documentaire au Festival de Sundance, Oscar du meilleur film documentaire et BAFTA du meilleur film britannique, Shadow Dancer met en avant des personnages d’une rare complexité magnifiquement incarnés par Clive Owen et Andrea Riseborough, aperçue dans Never Let Me Go de Mark Romanek et W.E. de Madonna, qui crève littéralement l’écran ici dans le rôle de Colette.

Le spectateur se prend immédiatement d’empathie pour cette jeune femme confrontée au danger en permanence qui se retrouve face à un dilemme insupportable. Cet enjeu exposé avec calme, sobriété mais réalisme (on sent la griffe du documentariste), ancré durant le conflit sévissant en Irlande du Nord, n’en est que plus renforcé à mesure que le métrage avance grâce à une mise en scène carrée, une photographie glaçante, des personnages qui font froid dans le dos, l’ensemble faisant la part belle aux décors naturels.

Bien loin du nappage glacé, ennuyeux et hermétique de La Taupe

, humain et fragile, profondément pessimiste et pourtant terriblement empathique, Shadow Dancer est un grand et haletant thriller politique et psychologique doublé d’un troublant drame familial.

Généralités - 3,5 / 5

Le test a été réalisé sur check-disk. Le menu principal est animé, lumineux et musical.

Bonus - 3,0 / 5

Nous entrons dans le vif du sujet avec un solide entretien du réalisateur James Marsh (26’). Notre interlocuteur se penche sur la situation politique de l’Irlande du Nord durant la guerre civile, développe posément les thèmes de Shadow Dancer et les partis-pris adoptés (les couleurs, les décors), la psychologie des personnages, la transposition du roman de Tom Bradby et le casting.

S’ensuit un making of rapide de huit minutes reprenant en images tout ce qui est dit précédemment dans l’interview du metteur en scène. Les comédiens, le chef opérateur Rob Hardy et l’écrivain Tom Bradby éclairent un peu plus sur les motivations des personnages, l’ensemble est à la promotion du film mais demeure plutôt sobre et efficace.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce, des liens internet et les credits du DVD.

Image - 4,0 / 5

Les volontés artistiques du réalisateur et du chef opérateur Rob Hardy (Boy A) sont heureusement préservées à travers cet élégant master SD. La photographie éthérée marquée par des teintes grise, verte et brune est habilement retranscrite grâce à un encodage costaud qui ne tente aucun lissage excessif du grain inhérent aux conditions de tournage. Le cadre large subjugue dès les premiers plans, les couleurs froides et même glacées flattent la rétine, le piqué s’en sort avec les honneurs. Les contrastes sont assurés, les détails ne manquent pas, les blancs sont éblouissants et la profondeur de champ demeure soignée. Malgré un léger bruit vidéo sur les arrière-plans et une perte légère de la définition sur les scènes en intérieur entrainant quelques flous sporadiques, la copie demeure éclatante

Son - 4,0 / 5

Shadow Dancer bénéficie d’une version française Dolby Digital 5.1. Si la qualité technique est au rendez-vous, le doublage laisse souvent à désirer alors précipitez-vous immédiatement sur la piste originale DTS 5.1 qui instaure une très agréable spatialisation et use du caisson de basses aux moments opportuns. La balance frontale est dynamique à souhait et les latérales ne manquent pas de distiller leurs petits effets. Les ambiances naturelles ne sont jamais oubliées, les voix demeurent solidement plantées sur la centrale. La version originale dispose également d’une stéréo qui s’en sort très bien avec une belle homogénéité d’ensemble et une ardeur rarement démentie. Le changement de langue est impossible en cours de route.

Crédits images : © Wild Bunch

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 25 juillet 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Shadow Dancer
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus