Le Météore de la nuit (1953) : le test complet du DVD

It Came from Outer Space

Réalisé par Jack Arnold
Avec Richard Carlson, Barbara Rush et Charles Drake

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 16/09/2013
Critique

Un vaisseau spatial atterrit en catastrophe dans le désert d’Arizona. Les extra-terrestres prennent l’apparence des êtres humains qu’ils hypnotisent…

Au coeur de la Guerre Froide, la sortie du film Le Météore de la nuit (plus connu universellement sous son titre original : It Came From Outer Space) avait été précédée d’une tapageuse campagne publicitaire: « Amazing! Exciting! Spectacular! », « La terreur jaillit de l’écran pour vous agripper ! » Il faut, pour comprendre cet abus de superlatifs, se souvenir qu’est sortie une version pour écran large (une nouveauté en 1953) et, qui plus est, en 3D !

Les caractéristiques du DVD Universal sont plus discrètes : il supporte la version 4/3 (et 2D).

Rien de vraiment effrayant, rien que le charme désuet d’un petit film de science fiction. La campagne de presse avait d’ailleurs largement forcé le trait des mérites de la version en relief, les prises de vue trop sages n’ayant créé que très peu d’occasions de jaillissement hormis lors de l’éboulement du cratère creusé par le vaisseau dans sa chute.

Les extra-terrestres qu’on aperçoit brièvement à quelques reprises, sortes de céphalopodes avec un gros oeil rond (qui voit en caméra subjective comme au travers d’une bulle de savon), prêtent plus à sourire qu’ils n’effraient.

Leur laideur contraste avec la beauté des deux jeunes stars, Kathleen Hughes en blond platine et la brunette Barbara Rush (elle montre qu’elle sait crier et pas qu’une fois !) qu’on allait revoir, peu après, dans Le Secret magnifique de Douglas Sirk et dans Derrière le miroir (Bigger Than Life) de Nicholas Ray, tous deux édités par Carlotta Films.

Il y avait pourtant du bon matériau à l’origine du projet du Météore de la nuit : une histoire de Ray Bradbury, prolixe auteur de romans et nouvelles d’anticipation qui ont inspiré de nombreux cinéastes, dont Hitchcock pour plusieurs épisodes de la collection Alfred Hitchcock présente et, bien sûr, François Truffaut pour Fahrenheit 451. Puis le talent de Jack Arnold qui allait, dans les années qui suivirent, réaliser deux vrais petits chefs d’oeuvre du genre, L’Étrange créature du lac noir et L’Homme qui rétrécit.

Si cette coopération n’a pas enfanté une oeuvre inoubliable, les cinéphiles amateurs de SF apprécieront de pouvoir ajouter à leur collection ce petit film (qui plaide, avec une naïve sincérité, pour une acceptation de la différence) pour la première fois disponible en France, dans une version correctement restaurée.

Technique - 6,5 / 10

Le test a été effectué sur un check disc. Le menu reprend l’affiche du film au graphisme de bande dessinée.

Interactivité très limitée : pas d’autre version audio que la version originale en anglais (les sous-titres français ne sont toutefois pas imposés) et aucun supplément, ce que nous serons assez enclins à pardonner pour un film de série B qui fête ses 60 ans. Le cadeau bonus, c’est l’arrivée du film dans les bacs !

L’image (4/3) est en noir et blanc, égayé d’une très discrète coloration rose discernable dans les parties les plus claires. Elle est assez propre et très peu bruitée tout en conservant le grain d’origine. Quelques petits scintillements et une tendance des noirs à se boucher (les personnages sont littéralement avalés par le fond sombre à 8’15”). La résolution et le contraste des scènes en pleine lumière sont étonnants.

Le son DD 2.0 mono, pratiquement exempt de souffle, donne une assez bonne ampleur aux bruits d’ambiance et à l’accompagnement musical (aux sonorités 120% extra-terrestres !) avec peu de saturations. Les dialogues sont clairement restitués par la voie centrale. Un son qui ne fait pas son âge.

Crédits images : © Universal

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
6,5 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
3
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 16 septembre 2016
La toute première écriture spécifique au cinéma de Ray Bradbury conserve encore aujourd’hui, grâce à ce film, bien des niveaux de lecture. Quoiqu’il en soit, kitsch ou pas, dénonciateur ou propagandiste, Le météore de la nuit se doit d’intégrer toute collection SF qui se respecte.
Avatar
jean-marc
Le 13 septembre 2016
Ah flûte, j'ai confondu avec "l'invasion des profanateurs de sépultures"...
Je ne le connais pas du coup celui-la.
Avatar
Philippe Gautreau
Le 17 septembre 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Le Météore de la nuit
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus