Song for Marion (2012) : le test complet du DVD

Réalisé par Paul Andrew Williams
Avec Terence Stamp, Vanessa Redgrave et Gemma Arterton

Édité par M6 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 07/11/2013
Critique

Arthur et Marion, couple de retraités londoniens, sont profondément unis malgré leurs caractères dissemblables ; Marion est positive et sociable, Arthur est morose et fâché avec la terre entière. Aussi ne comprend-il pas l’enthousiasme de sa femme à chanter dans cette chorale férue de reprises pop décalées et menée par la pétillante Elizabeth. Mais peu à peu, Arthur se laisse toucher par la bonne humeur du groupe et par la gentillesse d’Elizabeth. Encouragé par cette dernière, qui a inscrit la chorale à un concours, Arthur réalise qu’il n’est jamais trop tard pour changer.

Le réalisateur Paul Andrew Williams s’est fait remarquer en 2006 avec l’impressionnant, oppressant et violent thriller London to Brighton. Après Bienvenue au cottage sorti en 2008, Cherry Tree Lane n’a pas bénéficié d’une sortie dans l’Hexagone. Le cinéaste britannique revient avec Song for Marion, une comédie dramatique à mille lieues du genre qui l’a fait connaître, destinée uniquement à émouvoir et à faire rire les spectateurs, sans aucune autre prétention, en s’entourant d’excellents comédiens.

Song of Marion est typiquement le film qui peut passer inaperçu, mais qui se révèle attachant dès qu’on le regarde cinq minutes. La mise en scène est fonctionnelle et se met totalement au service du jeu impeccable du merveilleux Terence Stamp, vieux grincheux charismatique en diable, qui va tomber le masque et pousser (très bien) la chansonnette, de la grande Vanessa Redgrave et du joli minois de la pétillante Gemma Arterton.

Sur un rythme plutôt soutenu, Paul Andrew Williams compose de belles images, met ses acteurs en valeur, évite le pathos dégoulinant ainsi que l’estampillage systématique du « film du troisième âge » et livre un feel-good movie plaisant (même si on y parle de la vieillesse et de la mort), typiquement british - on pense d’ailleurs aux Virtuoses et The Full Monty - qui ravit autant l’esprit qu’il réchauffe le coeur pendant 1h25. C’est déjà ça de pris et ce n’est pas donné à tous les films.

Généralités - 4,0 / 5

La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le menu principal est joliment animé et musical.

Bonus - 2,5 / 5

L’éditeur propose tout d’abord une petite compilation d’interviews (13’) des comédiens principaux, des producteurs et du réalisateur, tous revenant sur l’histoire du film et les personnages. Nous n’en tirons pas grand-chose au final, si ce n’est que tous étaient ravis de travailler avec un tel et blablabla. Quelques images de tournage dévoilent l’envers du décor.

En plus de la bande-annonce, nous trouvons également un commentaire audio du réalisateur Paul Andrew Williams accompagné d’un de ses producteurs, que l’éditeur n’a même pas pensé sous-titré en français.

Image - 4,5 / 5

Si Song for Marion ne bénéficie pas d’une édition HD, le DVD concocté par M6 remplit et dépasse même les espérances. Ce superbe master SD jouit de contrastes riches et denses, une colorimétrie vive et chatoyante, une clarté évidente et des détails à foison notables aux quatre coins du cadre large. Le piqué est constamment affûté, y compris sur les nombreuses scènes sombres, les partis pris élégants de la belle photo du chef opérateur Carlos Catalán (Cherry Tree Lane) ne cessent de flatter les yeux et se trouvent habilement restitués, le relief est palpable et même les taches de rousseur de Gemma Arterton sont visibles ! Du très bel ouvrage.

Son - 3,5 / 5

Même si les versions anglaise et française sont encodées en Dolby Digital 5.1, on reste quelque peu sur notre faim. Les deux mixages manquent parfois de punch, ont du mal à créer un environnement conséquent et la spatialisation demeure essentiellement musicale. N’hésitez pas à monter le volume à un niveau élevé pour instaurer un confort phonique conséquent. Les voix sont correctement délivrées, les effets frontaux probants, mais les arrière sont à la traîne et aucune ambiance naturelle ne se fait ressentir.

Crédits images : © Nick Wall, Rupert Lloyd Parry

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus