La Cour de Babel (2014) : le test complet du DVD

Réalisé par Julie Bertuccelli

Édité par Pyramide Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/11/2014
Critique

Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Ukrainiens, Lybiens, Tunisiens, Irlandais, Chinois ou Sénégalais… Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même classe d’accueil pour apprendre le français. Dans ce petit théâtre du monde s’expriment l’innocence, l’énergie et les contradictions de ces adolescents qui, animés par le même désir de changer de vie, remettent en cause beaucoup d’idées reçues sur la jeunesse et l’intégration et nous font espérer en l’avenir…

Quatre ans après son magnifique long métrage L’Arbre, la réalisatrice Julie Bertuccelli revient avec La Cour de Babel, son premier documentaire à connaître les honneurs d’une sortie au cinéma. En effet, la Présidente de la Scam depuis 2013 avait depuis 1993 réalisé plusieurs documentaires pour la télévision, avant de signer son premier long métrage en 2003 avec Depuis qu’Otar est parti… qui avait remporté le César de la meilleure première oeuvre de fiction en 2004.

La Cour de Babel est né d’une rencontre, celle de Julie Bertuccelli avec Brigitte Cervoni, professeur de français au collège de la Grange aux Belles, dans le dixième arrondissement de Paris, au cours d’un festival de films scolaires où la réalisatrice officiait en tant que jury. Brigitte Cervoni était alors en charge d’une classe d’accueil destinée aux élèves de nationalité différente, nouvellement arrivés en France et qui doivent apprendre la langue française pour mieux s’intégrer et envisager le circuit scolaire général traditionnel par la suite. C’est peu dire que nous partageons le coup de coeur de Julie Bertuccelli pour cette femme formidable et sa méthode d’enseignement ! Cette véritable leçon de vie foudroie au même titre qu’Entre les murs, Palme d’or au Festival de Cannes en 2008. Toutefois, ici pas de « tricherie ». Il s’agit bel et bien d’un documentaire, nullement « mis en scène » mais qui plonge le spectateur directement au centre de cette classe atypique, chaleureuse et altruiste.

Pour les besoins de La Cour de Babel, Julie Bertuccelli a passé et filmé une année scolaire entière, en se focalisant uniquement sur la vie de cette classe dans l’enceinte du collège, sans jamais s’immiscer dans l’intimité des familles. Ainsi, nous suivons l’évolution de ce melting-pot, ce microcosme, ce cocon d’adolescents déracinés, sensibles, explosifs, curieux, parfois malheureux, toujours brillants, doux et rayonnants, qui apprennent à vivre, parler, partager (les joies, les peines, les doutes, les progrès et leurs espoirs) et grandir ensemble dans un pays qu’ils n’ont pas forcément choisi. Les personnalités, parcours et cultures rentrent en collision et s’affrontent, parfois avec une violence verbale - sur la religion notamment - qui reflète un mal-être inhérent à leur « vie » précédente.

La caméra s’efface rapidement et capture autant de fascinants visages que de moments privilégiés, libres et magiques, de ces récits initiatiques divers. On a tout et tous à apprendre des 24 protagonistes de La Cour de Babel, follement attachant dans sa musicalité des langues, mais aussi merveilleux, intense, percutant et finalement universel documentaire. Un coup de coeur !

Généralités - 3,5 / 5

Le test a été réalisé sur check-disc. Cette édition comporte deux disques, dont un entièrement consacré aux suppléments. Le visuel de la jaquette reprend celui de l’affiche du film. Les menus principaux sont quant à eux animés et musicaux.

Bonus - 4,5 / 5

DVD 1
Entretien avec Julie Bertuccelli (23’)
Illustré par de nombreuses images du tournage, cet entretien est l’occasion de voir la réalisatrice en interaction avec les élèves. Elle revient sur la genèse du film et évoque sa façon de filmer ainsi que ses choix de mise en scène, comme celui de se concentrer uniquement sur l’univers de l’école et d’écouter les élèves parler de leur réalité plutôt que de la filmer. Enfin, Julie Bertuccelli conclut sur l’importance de valoriser la diversité.

Deux après, rencontre avec les anciens élèves de la classe d’accueil (10’)
Andromeda, Mihajlo, Xin, Maryam, Djenabou…Où en sont-ils dans leurs études, leurs projets, leurs rêves ? Nous écoutons avec plaisir leurs témoignages et leur avis sur le film.

L’interactivité de ce premier DVD se clôt sur la bande-annonce.

DVD 2
Entretien avec Brigitte Cervoni, professeure de français de la classe d’accueil (12’)
Après quatorze ans d’enseignement à l’étranger et douze ans en classe d’accueil, Brigitte Cervoni est aujourd’hui inspectrice. Elle évoque son parcours, les missions d’une classe d’accueil, se souvient du tournage et revient sur quelques moments forts du film.

Scènes coupées (45’)
L’éditeur joint des séquences inédites où l’on découvre d’autres moments de vie de classe, notamment leur rencontre avec des enfants parlant la langue des signes ou encore des images des élèves pendant leurs cours en classe «  ordinaire  ». Mention spéciale à la séquence prolongeant un peu plus le dernier jour d’école avec un superbe cadeau réalisé par les élèves pour leur professeure de français.

Courts-métrages des élèves de la classe d’accueil :
L’Enfant lune (10’) et Making of de L’Enfant lune (4’)
Librement inspiré de l’enfance de Salif Keita, ce très beau court-métrage d’animation raconte le parcours d’un jeune garçon albinos au Mali. Ce film a reçu le 2e Prix au Festival Ciné-Clap (Chartres) et le Prix du jury au Festival parisien du film scolaire et périscolaire.

Elèves d’ici et venus d’ailleurs (15)
Sur le thème de la différence à l’école, les élèves témoignent de leur expérience et des raisons de leur venue en France. Ils abordent aussi des sujets forts tels que la religion et l’égalité des sexes. On voit les élèves tourner ce court-métrage dans La Cour de Babel.

Image - 4,0 / 5

L’image est éclatante et propre, l’encodage est solide et le piqué demeure mordant tout du long. Chaque plan est soigné, la définition demeure claire et la colorimétrie riche. Les protagonistes sont sans cesse mis en valeur et les contrastes affirmés.

Son - 3,5 / 5

La piste Dolby Digital 5.1 a beau présenter une belle ouverture des enceintes, l’essentiel du mixage demeure essentiellement canalisé sur les frontales et la centrale. Cette dernière exsude sans mal les propos des intervenants, tandis que la balance des enceintes avant se révèle dense et équilibrée. En revanche, les latérales n’ont que peu d’occasions d’intervenir (quelques ambiances naturelles, et encore) et d’appuyer le confort acoustique. L’écoute demeure riche mais n’hésitez pas à sélectionner immédiatement la piste stéréo, qui offre une densité acoustique encore plus flagrante et surtout largement suffisante pour un film de ce genre.

L’éditeur joint également les sous-titres destinés au public sourd et malentendant.

Crédits images : © Pyramide

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus