L'Orchidée blanche : le test complet du DVD

The Other Love

Édition Spéciale

1947. Réalisé par André De Toth
Avec Barbara Stanwyck, David Niven et Richard Conte

Édité par Sidonis Calysta

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/03/2015
Critique

Photo L'orchidée blanche

Epuisée par une longue tournée mondiale, la célèbre pianiste Karen Duncan, atteinte de la tuberculose, est admise dans un sanatorium suisse. Au lieu de suivre les conseils du Docteur Stanton, elle quitte le sanatorium en compagnie de Paul Clermont, un playboy.

Le scénario de L’Orchidée blanche (The Other Love), tourné par André de Toth en 1947, est tiré d’une nouvelle d’Erich-Maria Remarque dont l’écrivain fit un roman qui inspirera le scénario d’un autre film, Bobby Deerfield que Sydney Pollack réalisera en 1977.

Le récit aurait gagné à être plus structuré, son rythme étant un peu languissant. Le film se voit pourtant avec plaisir parce qu’il rassemble dans sa distribution trois monstres sacrés d’alors, magnifiquement photographiés : Barbara Stanwyck, mystérieuse séductrice, David Niven, ici peu de temps après la sortie du film Une question de vie ou de mort et Richard Conte, dans le rôle de Paul Clermont.

Sans oublier le titulaire d’un petit rôle, Michael Romanoff (Henry Gerguson pour l’état civil) qui laissa son nom dans la petite histoire du cinéma en se faisant passer pour un prince russe… et pas n’importe lequel : le neveu de Nicolas II, le dernier tsar de Russie !

Un autre atout du film est la brillante musique de Miklós Rózsa, bien qu’elle soit à quelques reprises un peu envahissante.

Ce film, encore inédit en France sur DVD, est l’un des premiers titres d’une nouvelle collection, Perles Noires, lancée par Sidonis Calysta, éditeur particulièrement actif. Les deux autres titres ont également été testés : L’Impitoyable (Ruthless) d’Edgar G. Ulmer et Le Passé se venge (The Crooked Way) de Robert Florey.

Photo L'orchidée blanche

Technique - 7,5 / 10

Le boîtier keep case du DVD est inséré dans un fourreau avec le même montage photographique de Barbara Stanwyck et de David Niven, repris sur la jaquette et la sérigraphie du disque. Le menu animé et musical propose le film dans sa seule version originale, avec sous-titres français imposés empiétant un peu trop sur l’image.

En supplément, pas moins de trois présentations du film !

Dans sa présentation de 34 minutes, Bertrand Tavernier rappelle l’éphémère histoire du Studio Enterprise, réputé pour laisser toute liberté aux auteurs, ruiné un an après la sortie de L’Orchidée blanche par le laisser-aller du tournage du film de Lewis Milestone, Arc de Triomphe, une autre adaptation d’un roman d’Erich Maria Remarque. Bertrand Tavernier nous dit son admiration pour Barbara Stanwyck et évoque la carrière d’André de Toth.

Suivent deux autres présentations, d’abord par Patrick Brion (10’) qui souligne l’atmosphère intrigante L’Orchidée blanche associant mélodrame et film noir. Il passe rapidement en revue l’oeuvre d’André de Toth, plus connu pour ses films de guerre et ses westerns, en particulier La Chevauchée des bannis (Day of the Outlaw).

Enfin, dans le dernière de 10 minutes, François Guérif rappelle notamment les difficultés du tournage : Robert Stack, malade, dut être remplacé après plusieurs jours de tournage, par Richard Conte. De plus, un incendie détruisit une partie des négatifs.

Pour finir, une galerie de 12 photos incluant l’affiche du film.

L’image est très propre, avec une bonne échelle de gris, des contrastes satisfaisants, des noirs denses mais avec une tendance à se boucher dans les scènes sombres. Des blancs légèrement brûlés entraînent un manque occasionnel de clarté.

Le spectre étroit du son (Dolby Digital 1.0), concentré dans le medium, ne gêne pas la compréhension des dialogues, toutefois un peu étouffés. Souffle audible, d’une niveau variable, mais pas au point d’être trop gênant.

Photo L'orchidée blanche

Crédits images : © Sidonis Calysta

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 2 mars 2015
L’atout majeur de ce mélo, inédit sur DVD, c’est sa solide distribution avec Barbara Stanwick, David Niven et Richard Conte.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus