The Go-Go Boys (2014) : le test complet du DVD

The Go-Go Boys: The Inside Story of Cannon Films

Réalisé par Hilla Medalia
Avec Menahem Golan, Yoram Globus et Jon Voight

Édité par Paradis Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/03/2015
Critique

Photo The Go-Go Boys

L’histoire des studios Cannon vue de l’intérieur est un documentaire retraçant l’épopée de Menahem Golan and Yoram Globus, qui dans leur poursuite du rêve Américain ont révolutionné Hollywood, produisant plusieurs centaines de films et devenant la société de production indépendante la plus puissante au monde. Ce film explore la relation complexe entre deux personnalités opposées, dont la combinaison a été à la fois le moteur de leur succès et la raison de leur chute.

Contrairement au génial documentaire Electric Boogaloo, qui retraçait avec un second degré jubilatoire l’histoire de la compagnie de production Cannon dans les années 80, à travers ses nombreuses productions dont les plus grands nanars du cinéma, qui ont pris de force la machine Hollywoodienne, The Go-Go Boys est le point de vue de ceux qui ont créé ces studios mythiques qui nous ont offert The Last American Virgin (1982), L’Implacable Ninja (1981), Un justicier dans la ville 2 (1982), L’Amant de Lady Chatterley (1981), la trilogie Portés disparus (1984,1985,1988), Delta Force (1986), Invasion USA (1985), Allan Quatermain et les Mines du Roi Salomon (1985), Le Justicier de New York (1985), Superman IV (1987), Les Maîtres de l’univers (1987), Over the Top (1987), Bloodsport - Tous les coups sont permis (1988), j’ai nommé Menahem Golan (1929-2014) and Yoram Globus (né en 1941).

Comme dans le film de Mark Hartley, celui d’Hilla Medalia, scénariste, productrice et réalisatrice, mélange interviews, nombreux extraits de films et archives (dont des images de tournage inédites comme Superman IV), mais brosse principalement les producteurs israéliens dans le sens du poil. Menahem Golan et Yoram Globus avaient décliné l’offre de Mark Hartley pour apparaître dans Electric Boogaloo. Mais comme ils l’ont toujours fait, les deux trublions se sont emparés de cette idée pour mettre en route le film à leur propre gloire, sobrement intitulé The Go-Go Boys donc.

Nous avons donc affaire à un documentaire plus traditionnel, sobre et «  sérieux  » qu’Electric Boogaloo, même si les deux films se complètent. Ici, Golan et Globus évoquent leurs débuts respectifs dans le cinéma, leur passion, leur vie, leur rapport aux spectateurs. Par ailleurs, les enfants et les femmes des deux cousins germains témoignent face caméra et avouent avoir été purement et simplement délaissés au profit de leur amour du 7e art. C’est pour cela que The Go-Go Boys ne manque pas d’intérêt, d’autant plus que JCVD apparaît également pour parler de sa rencontre avec Menahem Golan. Eli Roth, Chuck Norris (via quelques archives), Michael Dudikoff sont également de la partie pour se rappeler avec sincérité de leurs participations à la mythique firme, spécialisée dans la production et la distribution de films à petit et moyen budget (avec de la castagne, des ninjas, des nanas topless, des effets spéciaux minables), soit 120 films (involontairement drôles la plupart du temps) en dix ans, de 1979 à 1989, en passant même par la case auteur avec John Cassavetes, Jean-Luc Godard, Franco Zeffirelli, Andreï Kontchalovski, Barbet Schroeder.

Même s’il s’avère moins savoureux qu’Electric Boogaloo, ce documentaire sur les «  George Foreman et les Mohamed Ali du cinéma indépendant  », producteurs mégalomanes (le passage à Cannes en 1986 est un grand moment !), égocentriques et visionnaires qui ont voulu prendre d’assaut le cinéma américain et rivaliser avec les plus gros studios installés depuis des décennies n’en demeure pas moins intéressant, surtout lorsque Golan s’énerve au moment où la réalisatrice souhaite aborder les lourds échecs financiers de la firme comme Superman IV, ce à quoi il lui répond qu’il n’y a jamais eu d’échecs à la Cannon. Mais bon, les spectateurs ne sont pas cons non plus.

Hilla Medalia semble les avoir pris en «  pitié  » puisque malgré quelques secousses sur les nanars éhontés de la compagnie, la réalisatrice préfère leur assurer un statut d’icônes dans leur pays en les glorifiant envers et contre tous. C’est sans doute le petit bémol de cette entreprise.

Photo The Go-Go Boys

Photo The Go-Go Boys

Technique - 7 / 10

Le test du DVD de The Go-Go Boys a été réalisé sur un check-disc. La jaquette annonce la couleur et place Menahem Golan et Yoram Globus au-dessus de leur célèbre faune. Chuck, Dolph, Charles, Jean-Claude, Sylvester, ils sont tous réunis sur ce visuel explosif ! Le menu est du même acabit, animé et musical.

Seule une bande-annonce est proposée en guise d’interactivité.

Le master de The Go-Go Boys est étincelant. Les participants ressortent très bien sur un fond uni, le piqué est agréable, les couleurs sont bigarrées à souhait. Les extraits de films témoignent parfois des années qui ont passé - c’est d’ailleurs pour cela qu’on aime la Cannon - mais s’avèrent propres.

La piste originale Dolby Digital 5.1 a beau présenter une belle ouverture des enceintes, l’essentiel du mixage demeure essentiellement canalisé sur les frontales et la centrale. Cette dernière exsude sans mal les propos des intervenants, tandis que la balance des enceintes avant se révèle dense et équilibrée. En revanche, les latérales n’ont que peu d’occasions d’intervenir, sauf sur certains effets de transition, le soutien musical, des extraits d’explosions ou de fusillades de Chuck Norris et de Charles Bronson. Mais même à volume élevé, vous ne risquez pas de déranger les voisins. La version Stéréo, également disponible, est donc largement suffisante pour un documentaire de cet acabit. Les sous-titres sont imposés à même l’image.

Photo The Go-Go Boys

Crédits images : © Why Not Productions - Desperate Pictures

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 24 mars 2015
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
The Go-Go Boys
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)