Le Jeune Casanova : le test complet du DVD

Giovane Casanova, Il

2002. Réalisé par Giacomo Battiato
Avec Stefano Accorsi, Thierry Lhermitte et Barbara Schulz

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/05/2015
Critique

Le jeune Casanova

Giacomo Casanova a grandi à Venise dans une famille de bateleurs. Il sauve de la mort François de Bernis, l’ambassadeur de France, qui lui assure sa protection. Giacomo, séducteur insatiable, se fait des ennemis. Ce qui lui vaut d’être enfermé dans la prison des Plombs dont il s’évade pour rejoindre Paris…

« La pitié nuit à l’amour et conduit au mépris… Et moi, je t’aime ! » lance notre héros lorsqu’il quitte Elisabetta, son premier amour. Cette réplique donne le ton de la minisérie Le Jeune Casanova, une approche galante et raffinée d’un sujet traité dans près d’une dizaine de téléfilms et pas moins d’une cinquantaine de films pour le grand écran dominée par le brillant et picaresque Casanova, un adolescent à Venise (Infanzia, vocazione e prime esperienze di Giacomo Casanova, veneziano) de Luigi Comencini (1969) et le sombre et pessimiste Le Casanova de Fellini (1976).

Le Jeune Casanova opte pour un ton volontairement léger, superficiel, sans autre prétention que nous inviter à feuilleter un beau livre d’images. La photographie est somptueuse, même enchanteresse, légèrement estompée, dans des tons adoucis. La caméra caresse les corps avec sensualité. Beaucoup de plans rapprochés sur les visages, ce qu’autorise la qualité du jeu des acteurs et d’un doublage fort soigné : apparemment, chaque personnage, dans cette coproduction européenne, parle dans sa langue maternelle, mais le « lip sync » (synchronisation des paroles avec les lèvres) frise la perfection sans que la spontanéité du jeu en soit gâchée, comme cela arrive trop souvent, par un doublage décalé et inexpressif.

Le jeune Casanova

Stefano Accorsi incarne parfaitement le légendaire séducteur avec la présence que lui donnait alors une expérience acquise au long de vingt films. Comment résister aux charmes de Claire Keim, aux yeux gris perle de Catherine Flemming, à la beauté fragile de Barbara Schulz, à l’élégance de Katja Flint ? Il est évident que Casanova, soumis à de telles tentations, ne pouvait que quitter l’une pour se jeter dans les bras de l’autre ! Et, pourtant, il a su préserver la vertu de la plus  » craquante « , la jeune Cristiana Capotondi, qui incarne avec une présence extraordinaire la comédienne qui n’avait d’yeux que pour lui alors qu’elle n’était encore qu’une enfant et qu’il appelait « petite soeur ». Thierry Lhermitte tient le rôle de Bernis avec élégance et distinction.

Les décors princiers des canaux et palais vénitiens, pour la première partie, puis l’écrin royal du château de Versailles, pour la seconde, sont habités par une foule de figurants. La musique originale, un peu trop convenue mais pas envahissante, ne gâche pas notre plaisir.

Bonne idée d’avoir réédité Le Jeune Casanova, un plaisant divertissement populaire qui doit au talent de Giacomo Battiato, réalisateur pour le grand écran, notamment, de deux films toujours en attente d’une édition DVD : l’inquiétant Le Journal de Luca (Cronaca di un amore violato, 1995) et le remarquable Benvenuto Cellini : l’or et le sang (Una vita scellerata, 1989), un chef-d’oeuvre.

Le jeune Casanova

Technique - 7 / 10

Les deux épisodes de 90 minutes sont répartis sur deux DVD-5 (et non 9 comme indiqué sur la jaquette), joliment sérigraphiés dans la charte graphique de la jaquette, logés dans un keep case inséré dans un fourreau. Beau menu animé et musical.

Pas de bonus. Seulement les bandes annonces de deux téléfilms politiques, Mort d’un président et Crime d’état, et trois miniséries, La Chambre des Dames - L’intégrale, Les Quatre filles du Docteur March (Little Women, 1978) et La Vie aux aguets (Restless, 2011).

L’image (1.66:1) propose une délicate palette de couleurs, des contrastes affirmés dans toutes les conditions d’éclairage, des noirs denses et de beaux clairs-obscurs, sans défaut de compression.

Le son Dolby Digital 2.0 n’appelle aucune réserve : il restitue avec clarté et dans un bon équilibre dialogues, ambiance et musique d’accompagnement.

Le jeune Casanova

Crédits images : © Fabian Corbis Sygma

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 27 mai 2015
Sur un ton volontairement léger, Giacomo Battiato et une généreuse troupe d'acteurs nous invitent à feuilleter un beau livre d’images, enrichi par une photo enchanteresse qui caresse les corps avec volutpté…

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus