Pioneer (2013) : le test complet du DVD

Réalisé par Erik Skjoldbjaerg
Avec Aksel Hennie, Wes Bentley et Stephen Lang

Édité par KMBO

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 03/08/2015
Critique

Pioneer

1980, Norvège. Un gigantesque gisement de pétrole est découvert dans les profondeurs des fonds marins. L’État norvégien collabore avec les États-Unis pour débuter l’extraction du pétrole. Petter et son frère font partie des plongeurs envoyés dans les eaux abyssales pour cette mission. Lors de l’une de leurs descentes, un étrange accident arrive à l’un d’eux. Commence alors une incroyable quête de vérité.

Réalisée par Erik Skjoldbjaerg, Pioneer est vendue comme une plongée en apnée. Certes le film se démarque avec quelques séquences sous-marines, mais celles-ci sont finalement trop rares. En réalité, l’essentiel se passe sur terre et s’apparente plutôt à un thriller social. Le fait est que Pioneer est un film au budget restreint, qui ne manque certainement pas d’ambitions, mais qui ne fonctionne pour ainsi dire pas du tout. Remarqué en 1997 avec Insomnia, dont le remake avait été réalisé en 2002 par Christopher Nolan, et Prozac Nation en 2001, le cinéaste norvégien nous plonge (ah ah) à la fin des années 1970.

D’énormes gisements de pétrole et de gaz sont découverts en mer du Nord. Des gisements si profonds que la Norvège ne dispose pas des moyens techniques pour les acheminer sur la terre ferme. Les autorités norvégiennes financent des plongées expérimentales visant à poser des pipelines en grande profondeur. L’industrie pétrolière américaine les aide à trouver une méthode adaptée, avec à la clé une véritable mine d’or qui changerait l’économie du pays. Pioneer est inspiré de faits réels.

Si le film démarre sur les chapeaux de roue avec une séquence de plongée expérimentale, très vite l’oeuvre d’Erik Skjoldbjaerg patine. Certes les scènes de plongée sont plutôt impressionnantes, mais la mise en scène frôle trop l’amateurisme pour éveiller l’intérêt. Ce n’est pas que l’histoire est inintéressante - ce serait dommage et étonnant avec 5 scénaristes crédités au générique - c’est juste que la réalisation est mauvaise. La musique signée par le groupe AIR souligne efficacement cette entreprise, mais même les acteurs, norvégiens (Aksel Hennie) et américains (Wes Bentley, Stephen Lang) semblent brasser pas mal de vent et se démener pour au final pas grand-chose, comme dans un roman de gare issu des pays scandinaves qui cartonnent depuis le triomphe de Millenium de Stieg Larsson. Le personnage principal n’est guère attachant, l’émotion a du mal à s’installer, la dimension claustrophobique et paranoïaque attendue de ce thriller nordique ne prend pas malgré les efforts de l’équipe et on se lasse finalement de ce personnage caricatural, seul contre tous, en quête de la vérité.

Néanmoins, il semble que le film ait tapé dans l’oeil de George Clooney qui en a obtenu les droits afin de produire le remake à Hollywood.

Pioneer

Généralités - 4,0 / 5

Le DVD de Pioneer, édité chez KMBO, repose dans un superbe slim digipack à volet et aux couleurs bleutées. L’un des volets propose une petite bio-filmo du réalisateur Erik Skjoldbjaerg. Le menu principal est animé et musical.

Bonus - 3,0 / 5

On soupçonne l’éditeur d’avoir éclaté le making of de 35 minutes en six petits modules pour « garnir » cette section.

Le tournage sous l’eau (8’), les lieux du tournage (5’), les comédiens (5’), les tests en plongée (5’), le tournage en Norvège (6’) et le tournage des scènes d’action (6’) donnent un bel et réel aperçu des prises de vues aquatiques (très impressionnantes), des décors, de la préparation de l’équipe, à travers les interviews du cinéaste Erik Skjoldbjaerg, du réalisateur des scènes sous-marines, des producteurs, des acteurs (norvégiens et américains). C’est peut-être dingue à dire, mais ce making of et les images de tournage (dans un lac en Islande pour la scène de la cloche de plongée, dans une piscine à Hambourg avec les acteurs), s’avèrent beaucoup plus impressionnantes que le film lui-même.

Pioneer

Image - 4,0 / 5

La copie affiche une propreté absolue. Le cadre large a souvent l’occasion de briller, la clarté est de mise et le piqué nettement appréciable sur toutes les séquences en extérieur, y compris lors des scènes sous-marines d’une beauté à couper le souffle. La définition est optimale pour une édition SD, le piqué aiguisé à souhait, la colorimétrie froide et équilibrée, tout comme les contrastes dont la gestion se révèle savamment entretenue par un encodage de haute volée. Une édition élégante.

Pioneer

Son - 4,0 / 5

Dès la première séquence, l’ensemble des enceintes des pistes norvégiennes et française Dolby Digital 5.1 est mis à contribution aux quatre coins cardinaux. Les ambiances sont concrètes, la musique envoûtante bénéficie d’un traitement de faveur avec une belle ouverture, plongeant constamment le spectateur dans l’ambiance. Seuls les dialogues sur la version originale manquent parfois d’ardeur sur la centrale par rapport à la piste française qui de son côté délivre les voix avec plus de peps. Les effets ne cessent d’être balancés de gauche à droite, et des enceintes avant vers les arrières sur les scènes plus agitées. Les versions Stéréo s’en tirent également avec les honneurs, même si les effets demeurent frontaux par définition. Ces pistes devraient néanmoins largement satisfaire ceux qui ne seraient pas équipés sur la scène arrière.

Pioneer

Crédits images : © Friland, Pandora Filmproduktion, Garagefilm, Film i Väst, Les Films d’Antoine, Matila Röhr Productions

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

2,0
5
0
4
0
3
0
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 5 août 2015
Réalisée par Erik Skjoldbjærg, Pioneer est vendue comme une plongée en apnée. Certes le film se démarque avec quelques séquences sous-marines, mais celles-ci sont finalement trop rares. En réalité, l’essentiel se passe sur terre et s’apparente plutôt à un thriller social. Le fait est que Pioneer est un film au budget restreint, qui ne manque certainement pas d’ambitions, mais qui ne fonctionne pour ainsi dire pas du tout.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus