Close Encounters with Vilmos Zsigmond : le test complet du DVD

2016. Réalisé par Pierre Filmon
Avec Vilmos Zsigmond, John Boorman et Jerry Schatzberg

Édité par Tamasa Diffusion

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 03/07/2018
Critique

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

En mai 2014, le documentariste Pierre Filmon invite Vilmos Zsigmond, l’un des grands directeurs de la photographie du cinéma américain, à partager son expérience avec le public de la salle Henri Langlois du Grand Action, rue des Écoles, et le suit en Hongrie, puis en Californie.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond, le premier long métrage de Pierre Filmon, s’ouvre sur une interview au cinéma Grand Action, où il était projectionniste, à un moment où Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu, réalisé par Woody Allen en 2010, était à l’affiche. À l’invitation du réalisateur, Vilmos Zsigmond donne des indications sur le cadrage et l’éclairage…

Close Encounters with Vilmos Zsigmond est fait d’entretiens avec Vilmos Zsigmond (dit Zigi), complétés de conversations plus intimes que le réalisateur a pu avoir avec lui en le suivant en Hongrie, dans sa ville natale de Széged et à Budapest, à Los Angeles, dans une réunion avec ses collègues retraités de l’A.S.C. (American Society of Cinematographers), jusqu’à faire trempette avec lui dans le jacuzzi de sa villa de Big Sur ! Autant d’occasions créées pour recueillir de précieuses informations sur l’homme et sur son art, peu avant sa disparition le 1er janvier 2016.

Vilmos Zsigmond quitte la Hongrie en novembre 1956, au moment de l’insurrection populaire, non sans avoir filmé l’invasion des troupes soviétiques, responsables de quelques 3 000 morts, de l’exil de 200 000 Hongrois et de la pendaison en 1958 d’Imre Nagy. Après des débuts difficiles aux USA et une collaboration à une trentaine de films de série B, Vilmos Zsigmond est embauché en 1971 par Robert Altman comme directeur de la photographie de John McCabe (McCabe & Mrs. Miller), son premier grand film, celui qui assura sa réputation. Les plus grands réalisateurs firent alors appel à lui, parmi lesquels John Boorman pour Delivrance (1972), puis Le Privé (The Long Goodbye, 1973), Jerry Schatzberg pour L’Épouvantail (The Scarecrow, 1973), Steven Spielberg pour Sugarland Express (1974), puis pour Rencontres du troisième type (1977) qui valut à Vilmos Zsigmond l’Oscar de la meilleure photographie, Michael Cimino pour Voyage au bout de l’enfer (The Deer Hunter, 1978), puis pour La Porte du paradis (1980), Mark Rydell pour The Rose (1979) et La Rivière (1984), Brian De Palma pour Blow Out (1981), Le Bûcher des vanités (1990) et Le Dahlia noir (2006), Richard Donner pour Maverick (1994), Woody Allen pour Melinda et Melinda (2004), Le Rêve de Cassandre (2007) et pour Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu (2010). Vilmos Zsigmond estime que sa meilleure contribution est celle à Voyage au bout de l’enfer, saluée par le BAFTA Award de la meilleure photographie en 1978.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

Vilmos Zsigmond a aussi travaillé pour la télévision, notamment sur le téléfilm, plusieurs fois primé, Stalin, un biopic réalisé en 1992 par Ivan Passer.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond, soit par ses propres déclarations, soit par celles de ceux qui ont travaillé à ses côtés ou de collègues qui ont analysé son travail, rappelle certains des choix du chef opérateur, son aversion pour la caméra portée à l’épaule, sa prédilection pour les plans longs assurant la fluidité du récit et « faisant oublier qu’on est au cinéma », l’importance qu’il attachait à l’éclairage, de préférence par des sources directes, un moyen d’expression essentiel dont pourront être privés les directeurs de la photographie avec l’arrivée des caméras numériques.

Vilmos Zsigmond, pensant toujours au scénario et à ce que pourraient être les réactions du public, n’hésitait pas à sortir des limites de sa fonction : « faire de belles images ne suffit pas à communiquer une émotion, à installer une ambiance », disait-il. Il proposait donc ses conseils aux réalisateurs, que tous s’accordent à reconnaître pertinents.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond est un passionnant documentaire, illustré de nombreux extraits de films.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

Généralités - 3,5 / 5

Close Encounters with Vilmos Zsigmond (78 minutes) et ses suppléments (34 minutes) tiennent sur un DVD-9 logé dans un fin digipack dans la couverture duquel est glissé un livret de 12 pages contenant une courte biographie de Vilmos Zsigmond et de Pierre Filmon, ainsi que la fiche technique du film.

Le menu fixe et musical propose le film dans sa version originale en plusieurs langues, l’anglais d’abord, puis le français et l’italien, avec sous-titres en français, anglais, espagnol et hongrois (à choisir dans le menu « versions » qui donne également accès au commentaire du film par le réalisateur).

Bonus - 4,5 / 5

Six documents inédits prolongent le film.

Michael Cimino (8’, Grand Action, 12 octobre 2013) Vilmos Zsigmond garde le souvenir de sa collaboration avec Michael Cimino : tourner avec lui, « c’était comme jouer de la musique en improvisant », au service de l’histoire. Un jour, alors que l’équipe était arrivée très tôt pour le tournage d’une scène dans la lumière du matin, il a fallu attendre que le soleil soit haut pour qu’arrive le vent que le réalisateur fit se lever par une danse incantatoire.

Darius Khondji, chef décorateur (6’, Grand Action, 10 mai 2014) et Vilmos Zsigmond discutent de la collaboration entre le réalisateur, le directeur artistique et le chef opérateur, les trois postes clés de la création d’un film. Les trois doivent s’accorder, avant le tournage, sur le style visuel qu’aura le film.

John Travolta (3’, Los Angeles, 18 janvier 2015) Vilmos Zsigmond, John Travolta et Nancy Allen se souviennent d’une photo de groupe avec chacun une patate sculptée en guise de nez pendant le tournage de Blow Out.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

Rencontres d’autres types (1’, Los Angeles, janvier 2015). Pierre Filmon est surpris de voir deux SDF, sur le trottoir, devant le cinéma de Quentin Tarantino, dont l’un connaissait Vilmos Zsigmond.

Les Fauvettes (5’). Jean-Pierre Lavoignat présente Pierre Filmon et le producteur Marc Olry lors de la projection du film, le 7 juin 2016, au cinéma Les Fauvettes. Pierre Filmon dit comment le chef op’ Darius Khondji, qu’il avait invité dans la cabine de projection du Grand Action, l’a mis en relation avec Vilmos Zsigmond.

Douglas tribute to Vilmos (8’, 2016). Douglas Trumbull, responsable des effets visuels de Rencontres du troisième type, après la projection du film de Pierre Filmon au Grand Action, se souvient du tournage en 65 mm des scènes finales du film de Steven Spielberg, sur un des plus grands plateaux qu’il ait jamais vu. Il estime, d’autre part, qu’avec l’apparition des caméras numériques, il est temps de repenser le futur du cinéma.

Galerie de photos (3’).

Pour finir, le commentaire audio du film par le réalisateur. Tournage à deux caméras, une derrière, pour capter l’environnement, une devant, cadrant Vilmos Zsigmond qui a vérifié l’image sur un moniteur. Pierre Filmon explique ses choix, de mettre en avant les films les plus connus pour toucher un plus grand public, des inserts pour donner de la matière au film, se souvient de l’improvisation des scènes tournées en Hongrie.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

Image - 4,0 / 5

L’image 1.78:1, lumineuse et fine, bien contrastée, propose des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 1.0, format qui convient parfaitement à un film fait d’entretiens, restitue clairement tous les propos et avec finesse les intermèdes musicaux entre chaque conversation.

Close Encounters with Vilmos Zsigmond

Crédits images : © Tamasa

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 3 juillet 2018
Close Encounters with Vilmos Zsigmond : un passionnant documentaire, illustré de nombreux extraits de films sur l’un des plus grands directeurs de la photographie, recherché par les plus célèbres réalisateurs, oscarisé pour Voyage au bout de l'enfer.

Lire les avis »

Multimédia
Close Encounters with Vilmos Zsigmond
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus