Una questione privata (2017) : le test complet du DVD

Réalisé par Paolo Taviani
Avec Luca Marinelli, Lorenzo Richelmy et Valentina Bellè

Édité par Pyramide Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/12/2018
Critique

Una Questione privata

Été 43, Piémont. Milton a pris le maquis pour résister aux fascistes. Il se souvient de Fulvia qui aimait tant lire ses lettres. Mais il apprend que Fulvia lui préférait Giorgio, lui aussi engagé dans la résistance. Informé de son arrestation, Milton part à la recherche de Giorgio, qu’il espère libérer en l’échangeant contre un fasciste…

Una questione privata choisit d’adapter le roman éponyme de Beppe Fenoglio, publié en 1963, deux mois après sa mort à l’âge de 42 ans, en mettant en premier plan, dans plusieurs flashbacks, l’aspect romantique de l’oeuvre, l’amour de Milton, jamais déclaré, pour Fulvia et sa quête désespérée pour sauver Giorgio, son meilleur ami.

La guerre est certes présente, mais en arrière-plan, le plus souvent, sauf dans une inoubliable scène où une fillette qu’on aurait pu croire morte, se lève d’entre les cadavres d’hommes et de femmes gisant dans une cour de ferme pour aller boire un verre d’eau avant de se recoucher contre le corps de sa mère. Mais les rencontres avec les chemises noires, les « scarafaggi » (les cafards, comme les appelaient les partisans) sont plutôt rares.

Una questione privata condamne pourtant le fascisme sans ambiguïté, comme l’ont toujours fait les frères Taviani. Soigneusement réalisé, par ses dialogues et sa photo des collines des Langhe, souvent enveloppées de brume, le film dégage une indéniable forme de poésie.

Dans l’entretien qui complète le film, Paolo Taviani dit avoir souhaité confier le rôle de Milton à Luca Marinelli, présent dans presque tous les plans, pour sa capacité à changer d’apparence pour mieux se fondre dans le personnage qu’il doit interpréter, ce qu’on ne saurait mettre en doute après l’avoir vu dans la peau de Zingaro, le super-vilain de l’étonnant On l’appelle Jeeg Robot (Lo chiamano Jeeg Robot, Gabriele Mainetti, 2015).

Una Questione privata

Généralités - 3,5 / 5

Una questione privata (81 minutes) et ses suppléments (33 minutes) tiennent sur un DVD-9 logé, comme les autres éditions Pyramide Vidéo, dans un Digipack non fourni pour le test.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale au format audio Dolby Digital 5.1 ou 2.0 stéréo, avec sous-titres imposés, mais idéalement placés sur la bande noire.

Bonus - 3,5 / 5

Entretien avec Paolo Taviani (31’). Il a toujours apprécié Beppe Fenoglio et l’idée d’adapter Una questione privata lui est venue il y a trois ans, en écoutant l’acteur Omero Antonutti (Padre padrone, Good morning Babilonia) en faire la lecture à la radio, d’autant plus que l’idéologie fasciste semble vouloir refaire sournoisement surface en Italie. Dans cette histoire de triangle amoureux, le personnage de Milton peut faire penser à l’Orlando furioso d’Arioste, un fier guerrier devenu fou quand il apprend qu’Angelica en aime un autre, et aussi à l’Othello de Shakespeare, jaloux à en perdre la raison. La femme qui a inspiré Fulvia à Fenoglio vit toujours : elle a 90 ans. Si la maladie a empêché Vittorio d’assister au tournage, il a contribué à l’écriture du scénario et pu influer sur la réalisation du film en visionnant les rushes. C’est pourquoi le générique affiche « Un film de Paolo et Vittorio Taviani »… pour la dernière fois.

Pour finir, une scène coupée (2’) et trois bandes-annonces, celle du film, et celles d’Après la guerre (Dopo la guerra, Annarita Zambrano, 2017) et de l’extraordinaire saga Nos meilleures années (La Meglio gioventù, Marco Tullio Giordana, 2003), primée à Cannes dans la section Un certain regard, désormais disponible dans une édition Blu-ray.

Una Questione privata

Image - 5,0 / 5

L’image (2.35:1), bien définie, avec des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées, met en valeur la belle photo de Simone Zampagni que les frères Taviani avaient déjà choisi en 2015 pour Contes italiens (Maraviglioso Boccaccio). Aucun défaut de compression à l’épreuve de la brume omniprésente.

Son - 5,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 (ou 2.0 stéréo, au choix, délivre les dialogues avec une parfaite clarté et restitue finement l’accompagnement musical. Une bonne séparation des cinq voies immerge le spectateur dans l’ambiance, avec quelques effets spectaculaires, notamment dans la scène de l’attaque d’un camp de partisans un peu avant le milieu du film.

Una Questione privata

Crédits images : © Pyramide

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 décembre 2018
Le dernier film des frères Taviani, un récit romantique avec une condamnation sans ambiguïté du fascisme, magnifiquement photographié, dégage une indéniable forme de poésie.

Lire les avis »

Multimédia
Una questione privata
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus