SS-GB - Saison 1 (2017) : le test complet du DVD

SS-GB

Réalisé par Philipp Kadelbach
Avec Sam Riley, Kate Bosworth et James Cosmo

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/01/2019
Critique

SS-GB - Saison 1

À Londres, le 14 novembre 1941, on célèbre l’amitié germano-soviétique, scellée à Moscou par un pacte signé dix jours avant le déclenchement de la guerre. Le Royaume Uni a été vaincu : tout le sud du pays est occupé par les Allemands et le roi George VI, gravement malade, est retenu prisonnier dans la Tour de Londres. Des résistants s’intéressent à Bringle Sands, une petite ville côtière du sud, où les Allemands cherchent à mettre au point la bombe atomique. Douglas Archer, superintendant à Scotland Yard, est appelé pour le meurtre d’un antiquaire…

SS-GB, minisérie réalisée par l’Allemand Philipp Kadelbach, est inspirée du roman éponyme publié en 1980 par Len Deighton, dont d’autres ouvrages firent l’objet d’adaptations pour le grand écran, les plus réussies étant Ipcress : Danger immédiat (Ipcress File, Sidney J. Furie, 1965) et Mes funérailles à Berlin (Funeral in Berlin, Guy Hamilton, 1966) et, pour le petit écran Game, Set, and Match, une série de 1988 sur les aventures d’un agent du MI-6, le contre-espionnage militaire britannique, pendant la guerre froide. Cette série, en dépit d’un chaleureux accueil par la critique, ne fut jamais éditée en vidéo.

SS-GB - Saison 1

L’histoire alternative a inspiré de nombreux scénarios, notamment, en restant dans le thème de la seconde guerre mondiale perdue par les alliés, En Angleterre occupée (It Happened Here, Kevin Brownlow & Andrew Mollo, 1965), The Man in the High Castle, série créée en 2015 par Frank Spotnitz (2015-2017, 40 épisodes, pas encore d’édition vidéo), où les USA sont tombés sous le joug du IIIe Reich et de l’Empire du Japon. On peut aussi citer Fatherland, téléfilm de Christopher Menaul (1994, disponible outre-Manche) et Iron Sky (Timo Vuorensola, 2012) sur l’invasion de la planète par les nazis tapis sur la face (alors encore) cachée de la lune !

SS-GB, grâce à l’ingéniosité de l’équipe, mais aussi à un budget certainement confortable, réussit à créer l’illusion. De nombreuses scènes furent tournées à Londres (les drapeaux nazis ont été ajoutés en postproduction et les acteurs cachaient leurs uniformes sous des ponchos entre les prises pour ne pas choquer les badauds !) avec un investissement suffisant pour mobiliser une armée de figurants, confectionner les costumes et les uniformes, rassembler une impressionnante collection de voitures et véhicules militaires…

SS-GB - Saison 1

L’ambiguïté des personnages est le ressort dramatique essentiel de la série qui laisse au spectateur le soin de tenter d’identifier, parmi les Anglais, ceux qui soutiennent la résistance et ceux qui collaborent avec l’occupant. Même incertitude du côté des Allemands, en raison de dissensions entre les officiers de la Wehrmacht et ceux de la SS.

SS-GB réussit également à donner une certaine épaisseur aux six personnages principaux, à commencer par celui de Douglas Archer, interprété par Sam Riley que révéla Control, réalisé par Anton Corbijn en 2007. On remarque aussi l’Allemand Lars Eidinger (Babylon Berlin), impressionnant dans le rôle de l’officier SS Oskar Huth, James Cosmo (Citadel, Ciarán Foy, 2012) dans celui de Harry Woods, l’adjoint d’Archer, Kate Bosworth (Still Alice, Richard Glatzer & Wash Westmoreland, 2014) dans le rôle d’une journaliste américaine, et Maeve Dermody (Serangoon Road, série créée par Paul D. Barron en 2013) dans celui de Sylvia, une résistante.

SS-GB, une série prenante, malgré une fin déroutante qui laisse le spectateur avec des questions sans réponses, peut-être parce que les producteurs attendaient la confirmation de l’achat d’une saison 2 par BBC One. Mais, près de deux ans après sa diffusion au Royaume Uni, aucune suite n’a encore été annoncée.

SS-GB - Saison 1

Technique - 7,5 / 10

SS-GB (5 x 58 minutes) tient sur deux DVD-9 logés dans un boîtier de 14 mm. Le menu animé et musical propose le film dans sa seule version originale, avec sous-titres français imposés. Placés trop haut sur l’image, ils cohabitent avec le sous-titrage en anglais des dialogues en allemand.

Aucun complément. Juste l’Espace découverte Koba Films avec un court extrait de quatre séries de la BBC, Un inspecteur vous demande (An Inspector Calls), Call the Midwife, The Game et La Maison d’Apre-Vent (Bleak House).

L’image (1.78:1), lumineuse, aux noirs bien denses, agréablement contrastée, propose des couleurs naturelles, soigneusement étalonnées, avec une bonne définition, y compris dans les plans larges de paysages.

Le son Dolby Digital 5.1, centré sur les voies frontales, donc assez peu immersif, assure une parfaite clarté des dialogues et délivre avec finesse le bel accompagnement musical de Dan Jones (Any Human Heart, minisérie, 2010).

SS-GB - Saison 1

Crédits images : © Laurie Sparham - Sid Gentle Ltd

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 18 janvier 2019
L’histoire alternative a inspiré de nombreux scénarios, notamment celui de cette prenante minisérie située dans une Angleterre... sous occupation allemande, reconstituée avec réalisme. Le ressort essentiel du drame est l’ambiguïté des personnages : à qui se fier pour rester en vie ?

Lire les avis »

Multimédia
SS-GB - Saison 1
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus