The Good Fight - Saison 1 (2017) : le test complet du DVD

The Good Fight

Réalisé par Brooke Kennedy
Avec Christine Baranski, Rose Leslie et Cush Jumbo

Édité par CBS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/03/2019
Critique

The Good Fight - Saison 1

Diane Lockhart quitte le cabinet d’avocats qu’elle avait fondé à Chicago pour se retirer en Provence dans la villa de ses rêves. Son projet s’effondre aussitôt : toutes ses économies ont été englouties dans une escroquerie financière. Ses anciens associés refusant de revenir sur sa démission, elle finit par entrer dans un cabinet d’avocats afro-américains Reddick, Boseman et Kolstad qui tire une bonne partie de ses revenus d’affaires de brutalités policières, ce qui lui vaut l’animosité du procureur général de l’Illinois. Diane a pris sous son aile sa filleule Maia Rindell, la fille d’un des financiers soupçonnés de l’escroquerie qui l’a ruinée…

The Good Fight est le spin off de la série The Good Wife. Créée en 2009 par le couple Michelle et Robert King, avec Julianna Margulies dans le rôle-titre, elle tint l’antenne au long de sept saisons et 156 épisodes.

Ce succès les a incités à poursuivre l’aventure en créant la série dérivée The Good Fight, en collaboration avec un troisième larron, le scénariste et producteur Phil Alden Robinson, réalisateur de Jusqu’au bout du rêve (Field of Dreams, 1989) et de Les Experts (Sneakers, 1992). La série nous arrive sur DVD un an, jour pour jour, après sa sortie aux USA.

The Good Fight - Saison 1

La liaison entre les deux séries, outre leur cadre professionnel commun, est assurée par l’actrice Christine Baranski, fondatrice du cabinet Lockhart, présente dans tous les épisodes de la série The Good Wife, mais aussi par deux actrices récurrentes de la dernière saison, Cush Jumbo, toujours dans le rôle de Lucca Quinn et Sarah Steele dans celui de Marissa Gold, une assistante particulièrement débrouillarde ! Beaucoup d’acteurs afro-américains au générique, parmi lesquels Delroy Lindo (Kidnapped, 2006, 13 épisodes). Le rôle de Maia Rindell, un des personnages-clés, est tenu par Rose Leslie, l’Ygritte de Game of Thrones (Le Trône de Fer). On a aussi la bonne surprise de retrouver Jane Lynch, tête d’affiche de Glee dans le rôle d’un agent du FBI haut en couleurs !

The Good Fight - Saison 1

Si certaines affaires se dénouent à l’intérieur d’un épisode, trois arcs narratifs, la défense de Henry Rindell, le père de Maia (Paul Guilfoyle, le Jim Brass de Les Experts / C.S.I.: Crime Scene Investigation), l’affrontement entre le cabinet d’avocats et le procureur général et la relation, génératrice de conflit d’intérêts, entre Lucca Quinn et l’adjoint du procureur font de The Good Fight une série feuilletonnante, avec un cliffhanger à la fin de chaque épisode.

The Good Fight ajoute à cela un scénario suffisamment riche en événements et en personnages diversifiés pour soutenir l’attention (et la tension), une orientation résolument politique, révélée dès le plan d’ouverture montrant l’expression de Diane Lockhart, figée dans l’incompréhension en regardant à la télé la prestation de serment de Donald Trump. La tendance est affirmée par la nature des affaires qui défilent, scandales financiers, violences racistes, fake news, cyber-harcèlement… avec, en arrière-plan, la dénonciation d’un appareil judiciaire manquant de neutralité.

The Good Fight suit donc, plus qu’honorablement, les traces de The Good Wife : la diffusion de la saison 3 sur les écrans de CBS commence alors que nous écrivons ces lignes.

The Good Fight - Saison 1

Généralités - 3,0 / 5

The Good Fight, saison 1 (10 épisodes d’une durée cumulée de 471 minutes) et ses suppléments (26 minutes) tiennent sur trois DVD-9 logés dans un boîtier non remis pour le test, effectué sur check discs.

Le menu fixe et muet propose la série dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, au format audio Dolby Digital 5.1 et dans un doublage en quatre langues, dont le français, dans le même format.

Sous-titres dans dix langues, dont le français, et l’anglais pour malentendants.

Bonus - 1,5 / 5

Scènes coupées (21’), en anglais, sous-titrées.

Bêtisier (5’)

The Good Fight - Saison 1

Image - 4,5 / 5

L’image (2.00:1) assez bien résolue, agréablement contrastée, avec des noirs denses, propose, dans toutes les conditions d’éclairage, des couleurs naturelles, étalonnées avec soin.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale tend à se cantonner dans le plan frontal, ce qui n’est pas trop frustrant pour une série privilégiant les dialogues, toujours clairement restitués, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical qui aurait bénéficié d’un peu plus d’aigus.

Ces remarques valent pour le doublage en français, assez peu naturel et qui place les dialogues trop en avant.

The Good Fight - Saison 1

Crédits images : © 2017 CBS Interactive, Inc. All Rights Reserved

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 mars 2019
Riche en événements, avec des personnages diversifiés, une orientation politique affirmée, un scénario bien construit autour de trois arcs narratifs, The Good Fight prolonge dignement The Good Wife.

Lire les avis »

Multimédia
The Good Fight - Saison 1
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus