Le Rêve dans la hutte bergère + Le chant de la fleur écarlate : le test complet du DVD

Unelma karjamajalla + Laulu tulipunaisesta kukasta

Réalisé par Teuvo Tulio
Avec Sirkka Salonen, Olga Tainio et Kaarlo Oksanen

Édité par Tamasa Diffusion

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 01/07/2019
Critique

Une première en vidéo : deux films du Finlandais Teuvo Tulio, oublié, puis redécouvert, reconnu comme un maître par Aki Kaurismäki.

reve_dans_la_hutte_bergere_le_chant_de_la_fleur_ecarlate

Ce coffret comprend deux films, inédits en vidéo en France, du cinéaste finlandais Teuvo Tulio :

Le Chant de la fleur écarlate (Laulu tulipunaisesta kukasta, 1938). Olavi, fils d’un riche propriétaire terrien, est admonesté par son père qui lui reproche de courtiser les jeunes domestiques. Il quitte la ferme familiale pour devenir flotteur de bois…

Le scénario est adapté d’un roman populaire du Finlandais Johannes Linnankoski qui aura été adapté cinq fois pour le grand et le petit écran.

Le Rêve dans la hutte bergère (Unelma karjamajalla, 1940). Sirkka, 18 ans, est séduite par Aarne, copropriétaire d’une ferme avec son frère. Incapable d’honorer ses dettes de jeux, sur le point d’être arrêté pour escroquerie, Aarne quitte le pays en abandonnant Sirkka qui porte son enfant…

Ce film est l’adaptation d’une pièce de théâtre du Suédois Henning Ohlson, un mélodrame à quatre personnages. Deux frères, Urho, l’aîné, le seul à assumer la responsabilité de l’exploitation de la ferme, Aarne dilapidant le patrimoine familial. Deux femmes, Kirsti, la jalouse, qui a juré de faire le malheur de Sirkka, l’innocente.

Ces deux films, les plus anciens de Teuvo Tulio encore visibles, les précédents ayant été détruits dans un incendie, ont beaucoup en commun.

reve_dans_la_hutte_bergere_le_chant_de_la_fleur_ecarlate

Sur le fond, ces deux mélodrames ont pour cadre la pleine nature, mise en valeur dans de longs plans-séquences, en particulier dans Le Chant de la fleur écarlate où l’on suit, dans une périlleuse descente de rapides, Olavi en équilibre sur un tronc d’arbre. L’homme, tirant profit de son statut social privilégié et de sa notoriété, séduit et abandonne les femmes, dont le courage est mis en avant par les scénarios. Les deux films ont une dimension résolument féministe, soutenue par des dialogues parfois très appuyés. Le repentir de l’homme assure une conclusion heureuse à chacun des drames. Après la guerre à laquelle il a participé en qualité de photographe, le cinéma de Teuvo Tulio deviendra urbain et plus pessimiste.

Sur la forme, on note l’influence du cinéma russe : les prises en contre-plongée et les superpositions symbolistes rappellent le style de Serguei M. Eisenstein tout comme l’importance donnée à la musique qui s’annonce sur un écran noir, avant que n’apparaisse la première image. La symbiose entre image et musique peut aller jusqu’à la maladresse, notamment dans Le Rêve dans la hutte bergère quand une transposition de la fameuse Toccata et fugue en ré mineur de Bach (BWV 565) accompagne, très lourdement, une scène dramatique.

Tamasa Distribution a largement contribué à faire connaître en France Teuvo Tulio qu’Aki Kaurismäki reconnaît comme un maître, en assurant la sortie en salles de ces deux films en octobre 2015 et en les proposant maintenant dans cette édition exclusive.

reve_dans_la_hutte_bergere_le_chant_de_la_fleur_ecarlate

Généralités - 3,5 / 5

Le Chant de la fleur écarlate (99 minutes, et pas 110, comme mentionné au dos du digipack) et Le Rêve dans la hutte bergère (97 minutes et non pas 108), tiennent, avec leur supplément vidéo (39 minutes et non pas 45) sur deux DVD-9 logés dans un digipack.

Un menu fixe et musical propose chaque film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, au format audio Dolby Digital 1.0.

À l’intérieur du digipack, un livret illustré de 16 pages s’ouvre sur une courte présentation de Teuvo Tulio et de son oeuvre, élaborée pour le Festival international du film de La Rochelle : « un cinéaste méconnu, mais remarquable, qui, de 1936 à 1972, aura réalisé treize films, tous les mélodrames ». Quelques références sont faites aux deux films du coffret, et à d’autres. Le livret se referme sur une très courte analyse de Le Rêve dans la hutte bergère et une autre, un peu plus longue, du film Le Chant de la fleur écarlate, dont une scène rappelle Extase (Ekstase, Gustav Machatý, 1933) que Bach Films vient de rééditer.

reve_dans_la_hutte_bergere_le_chant_de_la_fleur_ecarlate

Bonus - 3,0 / 5

Sur le disque du film Le Chant de la fleur écarlate :

De Theodor à Teuvo : le regard d’Irmeli Debarle (39’, 2019). Le réalisateur finlandais Theodor Tugai, né en 1912 à bord d’un train qui conduisait sa mère de Lettonie à Saint Pétersbourg, a été élevé par ses grands-parents, propriétaires d’une ferme en Lettonie avant de rejoindre, à dix ans, sa mère, une danseuse, à Helsinki. Il y découvre le cinéma avec son ami Valentin Vaala. Tous deux tournent ensemble, Theodor acteur et coscénariste, leur premier film en 1927, Mustat silmät (Les Yeux noirs, qu’ils détruiront), puis plusieurs autres, dont Sininen varjo (L’Ombre bleue), en 1933, le premier film policier finlandais. En 1936, Theodor Tugai troque son nom pour celui de Teuvo Tulio qui sonnait plus finlandais. Deux périodes dans son oeuvre : avant la guerre, avec des films champêtres aux fins heureuses. La guerre, pendant laquelle il fut photographe sur le front, l’a marqué : ses films, plus pessimistes, auront alors pour cadre la ville. Il aura, pour actrice principale et coscénariste, Regina Linnanheimo, une camarade d’école. Féministe avant l’heure, le cinéma de Teuvo Tulio connut un grand succès en Finlande, avant d’être jugé trop populaire et oublié. L’intérêt renaissant qu’il suscita, à partir de 2006, sera favorisé par le DVD.

Sur le disque du film Le Rêve dans la hutte bergère : la bande-annonce.

reve_dans_la_hutte_bergere_le_chant_de_la_fleur_ecarlate

Image - 2,5 / 5

L’image (1.33:1) a certainement bénéficié d’une restauration, mais qui n’a pas effacé toutes les marques de détérioration de la pellicule. Presqu’irréprochable dans certains plans, elle est souvent affectée par des taches positives et négatives, par des sauts d’image et par des fluctuations de luminosité et de contraste, plus importants pour Le Rêve dans la hutte bergère.

Son - 2,5 / 5

Le son Dolby Digital 1.0, lui aussi, n’a pas été soigneusement restauré. Celui du film Le Chant de la fleur écarlate souffre surtout d’un bruit de fond qui fait penser à celui d’un moteur. Un souffle important affecte celui du film Le Rêve dans la hutte bergère dont le niveau de certains dialogues est si bas qu’ils deviennent, assortis de crachotements, à peine audibles, par exemple dans la scène commençant à 81’52”.

Crédits images :

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 1 juillet 2019
Deux mélodrames, inédits en vidéo, de Teuvo Tulio, une des figures du cinéma finlandais, le maître d’Aki Kaurismäki, viennent enrichir le précieux catalogue de Tamasa Diffusion.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus