Berlin 59 (2018) : le test complet du DVD

Ku'damm 59

Réalisé par Sven Bohse
Avec Sonja Gerhardt, Claudia Michelsen et Maria Ehrich

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 26/07/2019
Critique

Berlin Ouest à la fin des années 50 : le miracle économique, la remise en cause des valeurs traditionnelles et l’émancipation des femmes…

Berlin 59

Berlin Ouest, 1957. Caterina Schöllack, directrice de l’école de danse du 56 Kurfürstendamm, la grande avenue de Berlin Ouest a satisfait une de ses obsessions : ses deux filles aînées, Helga et Eva, ont épousé des hommes riches. Mais le mari de la première, Wolfgang, un avocat, est homosexuel. Et celui d’Eva, Jürgen, professeur de médecine, beaucoup plus âgé qu’elle, est brutal et misogyne. La plus jeune, chanteuse et danseuse, Monika, frappe à la porte de sa mère un soir de l’hiver 1957 pour lui demander asile : encore célibataire, sur le point d’accoucher, elle a été chassée du foyer qui l’abritait…

Berlin 59 (titre original : Ku’damm 59, l’abrégé de Kurfürstendamm) est la deuxième saison d’une série produite par UFA Fiction et créée par la scénariste allemande Annette Hess, auteur du scénario du film Parfum d’absinthe (Was nützt die Liebe in Gedanken, Achim von Borries, 2004) et de 25 scénarios de téléfilms et séries, dont Weissensee, en 2010, sur la vie de deux familles de Berlin Est de 1980 à 1990, au crépuscule du communisme.

Berlin 59

La première saison, intitulée Berlin 56 (Ku’damm 56), diffusée par ARTE France les 6 et 13 avril 2016, avait reçu le Prix de la meilleure fiction européenne au dernier Festival de la Fiction TV de la Rochelle. Il aura fallu attendre trois ans pour que sorte la suite, Berlin 59, qui commence à la fin de 1957 et se termine deux ans plus tard, en 1959. Elle a été diffusée en Allemagne en trois épisodes : 1. Nicki und Freddy machen Musik, 2. Der Skandal et 3. Im Urwald (Dans la jungle).

En toile de fond de l’histoire, plutôt bien racontée, des trois soeurs, Helga, Eva et Monika, sensiblement plus mélodramatique qu’elle ne l’était au cours de la première saison, on retrouve le point fort de la série, l’évocation de l’Allemagne des années d’après-guerre.

La guerre n’est qu’une notion assez abstraite pour les jeunes. À l’ouest, dans la Bundesrepublik Deutschland (République Fédérale d’Allemagne, RFA), comme leurs aînés, ils profitent des retombées du miracle industriel des années Adenauer. À l’est, dans la Deutsche Demokratische Republik (la prétendue République Démocratique d’Allemagne, RDA), la vie est moins drôle, si bien que les contrôles à la frontière tentent de ralentir les passages à l’ouest avant qu’ils ne soient stoppés par l’érection d’un mur à partir d’août 1961.

Berlin 59

Berlin 59 illustre la montée de la tension entre les deux Allemagnes avec une petite histoire racontée à un pot d’anniversaire :
- Qui est ton père ?
- Walter Ulbricht.
- Qui est ta mère ?
- La RDA.
- Que veux-tu faire plus tard ?
- Être orpheline !

Berlin 59 évoque aussi, comme le faisait la saison précédente, la nostalgie de la gloire éphémère du IIIème Reich censé durer mille ans, la rémanence de l’antisémitisme. L’accent est mis sur le conflit des générations, pas seulement au travers de la musique (la valse contre le rock’n’roll), mais aussi, plus profondément, en montrant la soif d’affranchissement des valeurs traditionnelles des plus jeunes, en particulier des femmes, encore sous la tutelle de leurs maris.

Comme nous l’avions souligné à l’occasion de la sortie de Berlin 56, alors que peu d’immeubles des années 50 sont aujourd’hui encore debout, la série a réussi à reconstituer par des effets visuels convaincants le Berlin d’alors, à animer le Kurfürstendamm, sans lésiner sur les voitures d’époque et les costumes des nombreux figurants.

S’ajoute à l’intérêt du scénario et au soin apporté dans la mise en scène, un excellent casting en tête duquel brille Sonja Gerhardt, la fougueuse Monika qui s’était déjà imposée dans une autre remarquable série d’outre-Rhin, Deutschland 83, suivie de Deutschland 86.

Berlin 59

Généralités - 3,5 / 5

Berlin 59 (6 épisodes d’une durée cumulée de 283 minutes) tient sur deux DVD-9 logés dans un digipack de 13 mm, glissé dans un étui.

Une présentation très soignée avec une dizaine de photos sur les couvertures du digipack et une sous chacun des disques sérigraphiés, le premier avec le chiffre 5, le second avec le chiffre 9. Le perfectionnisme a même été jusqu’à imprimer une photo à l’intérieur de l’étui : les fouineurs pourront y reconnaître Caterina.

Le menu animé et musical propose la série dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, et dans un doublage en français, les deux au format audio Dolby Digital 2.0 stéréo.

Alors que la première saison, Berlin 56, était disponible dans une édition Blu-ray, il faut se contenter d’un DVD pour Berlin 59. L’édition Blu-ray n’est disponible qu’outre-Rhin, sans sous-titres français.

Sous-titres pour malentendants.

Berlin 59

Bonus - 0,0 / 5

Nichts! Autrement dit : rien, pas même une bande annonce.

Image - 4,5 / 5

L’image (1.78:1) est aussi bien définie que l’autorise le support DVD. Lumineuse, avec des contrastes fermes et des noirs denses, parfaitement lisible dans toutes les conditions d’éclairage, elle propose une délicate palette de couleurs naturelles.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo bénéficie, dans les deux versions, d’une bonne dynamique et d’un spectre ouvert, mais avec une faible séparation des deux canaux. Les dialogues sont restitués avec clarté, bien qu’ils manquent de naturel dans le doublage.

De même que l’on reprochait à l’édition Blu-ray de Berlin 56 de s’être limitée au format DTS-HD Master Audio 2.0 stéréo au lieu du 5.1, on regrette l’absence du DD 5.1 pour l’immersion qu’il aurait pu créer, notamment dans les moments musicaux.

Berlin 59

Crédits images : © Stefan Erhard

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 27 juillet 2019
En arrière-plan du parcours dramatique de trois sœurs, cette suite de Berlin 56, à l’aube de l’érection du mur qui matérialisera la séparation de la ville en deux parties, Berlin 59 brosse, dans différents milieux sociaux, un tableau réaliste de la vie à Berlin, avec le rejet des valeurs traditionnelles par la jeunesse, la soif d’émancipation des femmes… À voir !

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus