Summer Love (2018) : le test complet du DVD

Summer '03

Réalisé par Becca Gleason
Avec Joey King, Paul Scheer et Andrea Savage

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/09/2019
Critique

Jamie, 17 ans, n’a qu’une idée en tête au début des vacances d’été : s’initier à la fellation dont sa grand-mère, juste avant de mourir, lui a dit toute l’importance…

Summer Love

Avant de rendre son dernier soupir, Dotty révèle à sa petite-fille Jamie, 16 ans, qu’elle l’a faite secrètement baptiser pour qu’elle conserve ses chances d’aller au ciel bien que sa mère soit juive. Elle lui conseille aussi d’apprendre l’art de la fellation qu’elle a toujours regretté qu’on ne lui ait pas enseigné. Jamie, se sachant maintenant à moitié catholique, décide d’assister à un office à l’église. C’est là qu’elle remarque Luke, un séminariste à quelques jours d’être ordonné prêtre…

Summer Love (Summer ‘03), le premier long métrage réalisé par Becca Gleason, également auteur du scénario, nous arrive directement en vidéo. L’action se déroule en 2003, ce qui peut laisser supposer la nature biographique de l’histoire.

Jamie est une admiratrice de Harry Potter qui s’invite voluptueusement dans ses rêves, sans pouvoir chasser le souvenir de la recommandation de sa grand-mère. Son amie Emily, plus délurée qu’elle, l’initie à certains travaux pratiques sur un cornet de glace à la vanille, avant qu’elle ne se lance dans des travaux d’approche de Luke.

Summer Love

Summer Love, assez superficiel, ne donne pas à ses personnages suffisamment d’épaisseur pour qu’on s’attache à eux. Il se laisse cependant regarder sans ennui, surtout grâce à la présence de Joey King qui affiche, à 20 ans, une soixantaine de rôles au fil d’une carrière commencée à l’âge de 7 ans. On attend avec impatience de la revoir dans un rôle dramatique avec l’arrivée de la minisérie The Act, imaginée par Michelle Dean et Nick Antosca, le créateur de la saga Channel Zero (dont les trois premières saisons viennent de nous arriver sur Blu-ray et DVD).

Luke est interprété par le fils de Val Kilmer, Jack Kilmer qui apparut pour la première fois sur un écran dans Palo Alto, réalisé par Gia Coppola en 2013.

Summer Love se laisse donc regarder dans déplaisir, mais au risque de se faire vite oublier dans une foule titres sur le thème de la sortie de l’adolescence. Restent plus facilement en mémoire, parmi ceux distribués ces dernières années, des films comme Le Monde de Charlie (The Perks of Being a Wallflower, Stephen Chbosky, 2012), The Spectacular Now (James Ponsoldt, 2013), Love, Rosie (Christian Ditter, 2014) ou, encore, Lady Bird (Greta Gerwig, 2017)…

Summer Love

Généralités - 2,0 / 5

Summer Love (92 minutes) et ses suppléments (34 minutes) tiennent sur un DVD-9, logé dans un boîtier épais de 14 mm.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres imposés placés un peu haut sur l’image, et dans un doublage en français, les deux au format audio Dolby Digital 5.1.

Bonus - 0,5 / 5

Aucun supplément, juste l’Espace découvert Koba Films avec les bandes-annonces de Permis de tromper (Permitidos, Ariel Winograd, 2016), 3 mariages de trop (Tres bodas de más, Javier Ruiz Caldera, 2013) N’oublie pas que je t’aime (Miluji te modre, Milos Smídmajer, 2017) et Happy Birthday (All I Wish, Susan Walter, 2017).

Image - 4,5 / 5

L’image (2.10:1, différent du ratio 2.40:1 mentionné sur la jaquette) est correctement définie, lumineuse, avec des noirs denses et des couleurs agréablement saturées, étalonnées avec soin.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 restitue les dialogues avec clarté, dans un bon équilibre avec l’agréable accompagnement musical de Nathan Matthew David. L’image sonore, concentrée dans le plan frontal, est peu immersive.

Crédits images : © Koba Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 18 septembre 2019
Cette comédie légère sur la sortie de l’adolescence, soutenue par la présence de la pétillante Joey King, est un premier film pas inoubliable, mais qui se laisse regarder sans déplaisir.

Lire les avis »

Multimédia
Summer Love
Bande-annonce VO
Summer Love
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus