Baptiste - Saison 1 (2019) : le test complet du DVD

Baptiste

Réalisé par Börkur Sigþórsson
Avec Tchéky Karyo, Tom Hollander et Jessica Raine

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/02/2020
Critique

Julien Baptiste, un flic français en retraite, a du mal à décrocher : une nouvelle enquête va le confronter à la mafia roumaine à Amsterdam.

Baptiste - Saison 1

Alors qu’il est en vacances avec sa femme aux Pays-Bas à Amsterdam, Julien Baptiste va mener une enquête criminelle, à la demande de son ex, directrice de la police locale.

Baptiste, est une création des frères Harry Williams et Jack Williams, les fils du scénariste Nigel Williams, auteur du scénario des miniséries Elizabeth I (Tom Hooper, 2005) et Catherine the Great, dont la sortie vidéo est annoncée pour le 20 janvier, et coauteur de celui de la série Le Nom de la rose (Giacomo Battiato, 2019).

Bon sang ne saurait mentir, les frères Williams avaient lancé en 2007 leur première minisérie, Roman’s Empire, une comédie dont le DVD, sorti au Royaume Uni en 2008, n’a pas traversé la Manche. Neuf ans et de nombreuses contributions à des séries plus tard, ils ont sorti The Missing, deux enquêtes sur des disparitions, chacune en huit épisodes d’une heure. Baptiste est la suite d’une anthologie policière avec le même personnage principal, Julien Baptiste, un policier à la retraite. Pas en grande forme (il a été opéré d’une tumeur cérébrale et souffre d’une sévère claudication), il n’a pas son pareil pour résoudre les affaires difficiles, grâce à son flair et à son opiniâtreté.

Toujours interprété par Tchéky Karyo, toujours accompagné de son épouse Celia (Anastasia Hille, dans un emploi effacé), Julien Baptiste reprend du service, encore à la recherche d’une personne disparue, Natalie, une jeune prostituée d’Amsterdam. La disparition, signalée par Edward Stratton, un Anglais qui se dit l’oncle de la jeune femme, apparaît assez vite être imputable à une organisation mafieuse roumaine particulièrement dangereuse, Brigada Serbilu, que traque Genevieve Taylor, agent d’Europol.

Baptiste - Saison 1

Baptiste a été soigneusement mise en scène, les trois premiers épisodes par l’Islandais Börkur Sigþórsson, réalisateur de six épisodes de l’excellente série Trapped, créée par Baltasar Kormákur en 2016, et les trois autres par Jan Matthys, réalisateur des dix épisodes d’Au champ d’honneur (In vlaamse velden, 2014), l’émouvante histoire d’une famille de Ghent prise dans la tourmente de la première guerre mondiale.

Baptiste bénéficie d’une bonne distribution. Après Tchéky Karyo, l’autre acteur principal est, dans le rôle d’Edward Stratton, Tom Hollander, un acteur britannique confirmé qu’on avait notamment remarqué dans deux miniséries, Femmes & filles (Wives and Daughters, 1999), la brillante adaptation d’un roman d’Elizabeth Gaskell par Andrew Davies, et Cambridge Spies, jamais éditée en France, la relation par le scénariste Peter Moffat d’un fait réel, le recrutement d’étudiants anglais par le KGB (DVD toujours disponible en import UK, avec sous-titres anglais).

Le troisième rôle important, celui de Genevieve Taylor, est tenu par Jessica Raine, l’actrice principale des trois premières saisons de la belle série Call the Midwife et qu’on vient de revoir dans la poignante minisérie Patrick Melrose.

Et pourtant, Baptiste, plaisante à regarder, dans le cadre photogénique d’Amsterdam, n’est pas à la hauteur des deux enquêtes de The Missing qui profitaient d’un scénario que nous avions qualifié de « modèle du genre ». Moins rigoureusement construit, celui de Baptiste, chargé de trop d’invraisemblances, laisse s’installer quelques temps morts et se termine par des dialogues de philosophie de comptoir.

Il y aura une saison 2, mais la BBC n’a, à ce jour, communiqué aucune date de sortie.

Baptiste - Saison 1

Généralités - 3,0 / 5

Baptiste, saison 1 (six épisodes de 56 minutes) et son maigre supplément (12 minutes) tiennent sur deux DVD-9 logés dans un boîtier noir de 14 mm coédité par Koba Films et L’Atelier d’Images.

Le menu fixe et musical propose les épisodes dans leur version originale (en anglais, néerlandais, roumain et français), avec sous-titres imposés, placés trop haut sur l’image, et dans un doublage en français, les deux au format audio Dolby Digital 5.1.

Bonus - 2,0 / 5

Entretien avec Tchéky Karyo (12’). C’est le succès de The Missing et les demandes sur les réseaux sociaux qui ont amené les frères Williams à reprendre l’écriture d’un spin-off avec le personnage de Julien Baptiste. La place accordée aux dialogues oblige Tchéky Karyo à une longue préparation avec un coach anglais récompensée par le plaisir de jouer avec de grands acteurs britanniques, Tom Hollander dans Baptiste, James Nesbitt et David Morrissey dans The Missing.

Espace découverte Koba Films et L’Atelier d’Images avec la bande-annonce de sept séries : The Missing, Quand sort la recluse, Meurtres à Sandhamn (Morden i Sandhamn), Les Évadés de Maze (Maze), The Fall, Le Livre perdu des sortilèges (A Discovery of Witches) et Lucky Man (Stan Lee’s Lucky Man).

Baptiste - Saison 1

Image - 5,0 / 5

L’image (1.78:1) est au niveau de qualité de celle de la saison 2 de The Missing avec une bonne définition, des contrastes fermes, des noirs denses et une chaude palette de couleurs bien étalonnées.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale restitue efficacement les dialogues, dans un bon équilibre avec l’ambiance et l’accompagnement musical. Le passage au multicanal (le son de la VO de The Missing était en stéréo) n’a pas entraîné les effets attendus : l’ambiance sonore reste cantonnée dans le plan frontal.

Ces remarques s’appliquent au doublage, dans l’ensemble assez monotone, sauf pour les dialogues de Tchéky Karyo : il se double lui-même.

Crédits images : © Two Brothers Pictures and all3media international

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 14 février 2020
Cette minisérie a de bons atouts : une mise en scène soignée et une solide distribution. Mais un scénario insuffisamment structuré ne lui permet pas d’atteindre le niveau du modèle dont elle est dérivée, l’anthologie The Missing.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus