Samson

Samson (2018) : le test complet du DVD

Réalisé par Bruce Macdonald
Avec Taylor James, Billy Zane et Lindsay Wagner

Édité par SAJE Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/02/2020
Critique

Une nouvelle apparition sur les écrans du légendaire héros biblique qui mit sa force au service de la tribu de Dan, pressurée par les Philistins.

Samson

Samson, un jeune hébreu doté d’une force surnaturelle, doit répondre à l’appel de Dieu pour sortir son peuple de l’esclavage. Après avoir perdu l’amour de sa vie, par la faute d’un cruel prince philistin, Samson va entrer en guerre avec l’armée philistine. Il est prêt à tout sacrifier pour venger son amour, son peuple mais aussi son Dieu…

Samson, coréalisé en 2018 par Bruce Macdonald et Gabriel Sabloff, tourné en Afrique du Sud (avec de beaux paysages), financé par Pure Flix, une société de production américaine dans la mouvance du christianisme évangéliste, est édité en France par SAJE Distribution dont « l’ambition est d’évangéliser et de transformer la culture contemporaine » nous dit un des suppléments du DVD.

On ne sait pas encore grand-chose du producteur et réalisateur Bruce Macdonald dont c’est le deuxième long métrage après The Perfect Wave, une romance entre deux surfeurs. On en sait un peu plus sur Gabriel Sabloff, réalisateur d’une dizaine d’épisodes de séries et de quelques longs métrages, la plupart sur des thèmes religieux, produits par Pure Flix.

La légende biblique de Samson, probablement le premier superhéros de l’histoire, a inspiré de nombreux artistes. Des peintres et pas des moindres, tels Mantegna, Rubens ou Rembrandt. Des musiciens, Georg Friedrich Händel pour un oratorio, Camille Saint-Saëns, pour un opéra. Il semble qu’il soit apparu pour la première fois sur les écrans dans Samson et Dalila, un des quelques 25 courts métrages sortis en 1902, du réalisateur, scénariste et producteur Ferdinand Zecca que Charles Pathé avait recruté en 1900.

Sur les écrans, Samson a aisément concurrencé Superman et semble n’avoir pas dit son dernier mot : la sortie récente du Samson de Bruce MacDonald n’est pas un point final : d’autres moutures sont en préparation qui nous apporteront peut-être le film qui détrônera le Samson et Dalila de Cecil B. DeMille (Samson and Delilah, 1949) avec, dans les rôles-titres, Victor Mature et Hedy Lamar, autrement plus expressifs que Taylor James et Caitlin Leahy dans le film qui nous intéresse aujourd’hui.

Samson

Si le film de 1949 n’est pas à classer dans les chefs-d’oeuvre de Cecil B. DeMille, il avait au moins une bonne tenue artistique qui lui valut de décrocher deux Oscars, pour la direction artistique et pour les costumes et, surtout, une belle photo, celle d’un des plus talentueux chefs-opérateurs de l’époque, George Barnes, oscarisé en 1941 pour Rebecca d’Alfred Hitchcock.

Des atouts qui manquent cruellement au Samson de Bruce MacDonald et Gabriel Sabloff, photographié, sans souci de cadrage par une caméra peu maîtrisée, et desservi par un montage aléatoire qui n’arrive pas à soutenir la tension dramatique. Toutefois, si les décors font un peu carton-pâte, les costumes sont le point fort de la production.

Les acteurs n’ont pas l’air présents, même le regretté Rutger Hauer, dans un de ses derniers rôles, qu’on peine à reconnaître sous l’épaisseur de la tignasse et de la barbe qui lui mangent le visage. Le seul qui ait vraiment l’air dans le coup, bien qu’il en fasse un peu trop, c’est Jackson Rathbone (le Jasper de la saga Twilight) dans son interprétation de Rallah, fils du roi Balek (Billy Zane) et commandant des armées philistines. Ce super-vilain exauce pourtant la supplique de Tobias qui lui demande de réduire les impôts pour que sa tribu ait de quoi se nourrir : il l’assure qu’il ne connaîtra plus jamais la faim et tient aussitôt sa promesse… en le tuant !

Même l’attendu clou du spectacle, l’anéantissement de mille Philistins à coups de mâchoire d’âne, paraît traîner en longueur, une impression accentuée par le recours répété au ralenti. Et l’accompagnement musical, peu inspiré et parfois grandiloquant, ne laisse pratiquement aucun répit.

Samson

Généralités - 3,0 / 5

Samson (105 minutes) et ses suppléments (9’) tiennent sur un DVD-9 logé dans un boîtier épais de 14 mm.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, et un doublage en français, les deux avec le choix entre les formats audio Dolby Digital 5.1 ou 2.0 stéréo.

Une édition Blu-ray du film est disponible au Royaume Uni et en Allemagne.

Bonus - 2,0 / 5

Making of Samson (6’). Un document exclusivement promotionnel dans lequel la productrice Brittany Yost et les principaux acteurs essaient de nous convaincre que le film « raconte des histoires pour les générations futures » (…) pour les aider à réaliser ce qui pourrait leur paraître « difficile ou impossible ». Et Greg Kriek, l’interprète de Caleb, le frère de Samson, nous assure qu’il n’était plus le même homme, au début et à la fin du tournage !

Clip musical « Home » (3’).

Bande-annonce de Samson, en VO et VF.

Bandes-annonces, doublées en français, de La Voix du pardon (I Can Only Imagine, The Erwin Brothers), 2018), Interview avec Dieu (An Interview with God, Perry Lang, 2018), Dieu n’est pas mort 3 (God’s Not Dead: A Light in Darkness, Michael Mason, 2018), Forgiven (The Forgiven, Roland Joffé, 2017) et Popieluszko (Popieluszko. Wolnosc jest w nas, Rafal Wieczynski, 2009).

Samson

Image - 4,5 / 5

L’image (2.35:1), bien définie, lumineuse, propose une chaude palette de couleurs saturées, des contrastes fermes avec des noirs denses, assurant une parfaite lisibilité des scènes de nuit.

Son - 4,5 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale bénéficie d’une bonne dynamique et d’une large bande passante. Une répartition équilibrée sur les cinq canaux crée une sensation d’immersion dans l’ambiance, particulièrement dans les scènes d’action.

Ces observations valent pour le doublage en français, très monotone.

Crédits images : © SAJE

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

2,0
5
0
4
0
3
0
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 février 2020
Cette nouvelle illustration de la légende de Samson fait bien pâle figure à côté de celle réalisée par Cecil B. DeMille en 1948.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus