Un été à Changsha

Un été à Changsha (2019) : le test complet du DVD

Liu Yu Tian

Réalisé par Zu Feng
Avec Zu Feng, Chen Minghao et Huang Lu

Édité par Damned Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/07/2020
Critique

Une insolite enquête policière dans la province de Hunan, dans la moiteur de l’été. Présenté à Cannes, ce premier film a été censuré en Chine.

Un été à Changsha

Dans l’été brûlant de Changsha, au coeur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur la disparition d’un jeune homme dont le bras a été retrouvé sur les bords de la rivière Xiang. Mais les indices sont peu nombreux et Bin pense à abandonner l’affaire. Jusqu’au jour où il rencontre une mystérieuse chirurgienne qui se dit être la soeur de la victime.

Un été à Changsha, le premier film de l’acteur Zu Feng, connu comme acteur en Chine pour sa participation à de nombreuses séries et aussi à Coming Home (Gui lai, 2014) de Zhang Yimou sur la révolution culturelle et à The Golden Era (Huang jin shi dai, 2014), une biographie réalisée par Ann Hui du romancier Xiao Hong, aurait eu toute chance de rester aux oubliettes s’il n’avait été retenu à dans la sélection Un certain regard à Cannes où il fut projeté hors la présence de l’équipe du film, opportunément retenue au pays.

Un été à Changsha

Un été à Changsha bénéficie d’une belle photographie, sans fioritures, dans une succession de plans fixes, cadrés avec talent. Mais l’image pas vraiment exaltante, plutôt étouffante, qu’il donne des personnages et de leur environnement a dû concourir à la censure du film par les autorités de la Chine continentale.

L’affaire policière passe vite au second plan et ses péripéties escamotées : une seule course-poursuite du film et rien ne nous est montré de la seule bagarre du film : la caméra, restée à l’extérieur de l’entrepôt où elle se déroule, n’en dévoile que le son.

Un été à Changsha se concentre sur des secrets enfouis par les deux enquêteurs dépêchés à Changsha au soutien de la police locale, mais aussi par Li Xue, la chirurgienne qui a reconnu dans l’avant-bras retrouvé dans la rivière celui de son frère et a aidé, par ses rêves, à la découverte d’autres parties du corps de la victime.

Un été à Changsha

Le scénario met en avant le mal être de personnages désabusés, voire désespérés, hantés par le remords, souffrant de la solitude à laquelle ils se sont involontairement condamnés. Le cadre de l’action est au diapason de leurs états d’âme : Changsha, écrasée par une chaleur moite, est banale, triste, avec des rues jonchées de détritus.

Une morosité soulignée par des couleurs froides, légèrement désaturées, des éclairages tamisés et le délicat et mélancolique accompagnement musical de Yingda Dong, auteur de la partition de l’émouvant mélodrame So Long, My Son (Di jiu tian chang, Wang Xiaoshuai, 2019).

Un été à Changsha, malgré les baisses de tension imputables à une structuration insuffisante du scénario et quelques dispersions du récit, en laissant une impression durable, annonce l’entrée en scène d’un cinéaste à suivre.

Un été à Changsha

Généralités - 3,0 / 5

Un été à Changsha (115 minutes) tient sur un DVD-9 logé dans l’habituel fin digipack des éditions Damned Films. À l’intérieur, une phrase manuscrite de Zu Feng, emblématique de son premier film : « Le chemin le plus difficile est celui qui mène à l’âme ».

Le menu fixe et muet propose le film dans sa version originale, le mandarin, avec sous-titres incrustés dans l’image, au format audio Dolby Digital 2.0 stéréo.

Bonus - 0,0 / 5

Rien, pas même une bande-annonce.

Image - 4,5 / 5

L’image numérique (1.78:1), finement définie, propose une palette de couleurs soigneusement étalonnées, mais délibérément froides et peu saturées, en harmonie avec l’ambiance dépressive du film. L’atténuation des contrastes ne nuit jamais à la lisibilité des plans.

Son - 4,5 / 5

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo, très clair, restitue parfaitement les dialogues, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical. Une bonne dynamique et une séparation efficace des deux canaux réussissent à créer une assez convaincante impression d’immersion dans l’action.

Crédits images : © Damned Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 10 juillet 2020
Deux policiers désabusés, hantés par des secrets bien enfouis, enquêtent dans la moiteur de l’été, au cœur de la Chine, à Changsha, une ville banale, triste, jonchée de détritus. Ce premier film, mis aux oubliettes par les autorités chinoises pour l’image réaliste qu’il donne du payx, serait resté inconnu s’il n’avait été élu à Cannes dans la sélection Un Certain Regard. À découvrir.

Lire les avis »

Multimédia
Un été à Changsha
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus