La Cathédrale de la mer - Mini-série

La Cathédrale de la mer - Mini-série (2018) : le test complet du DVD

La Catedral del mar

Réalisé par Jordi Frades
Avec Julian Armaya, Jordi Aguilar et Aitor Luna

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/07/2020
Critique

À Barcelone, à la fin du Moyen Âge, le rude parcours d’un fils de paysan, accédant du servage à l’état d’homme libre, exposé à tous les dangers…

La Cathédrale de la mer

À deux jours de marche de Barcelone, en 1319, Bernat Estanyol, un pauvre paysan, fête ses noces avec Francesca quand le seigneur local, propriétaire des terres, surgit pour exercer son droit de cuissage sur la jeune épousée. Peu après qu’elle ait accouché de son fils, Arnau, elle est enlevée par le seigneur pour servir de nourrice au fils de celui-ci. Bernat enlève Arnau, promis à une mort certaine et se réfugie à Barcelone chez sa soeur qui a épousé un riche tanneur. Arnau, à quinze ans, rejoint la confrérie des débardeurs (bastaixos) qui transportent les pierres servant à la construction d’une nouvelle église, Santa Maria del Mar. Devenu adulte, Arnau apprend le métier de cambiste, fait fortune, gagne le respect de la plupart, mais dresse contre lui les nobles dont il ne cesse de remettre en cause les privilèges…

La Cathédrale de la mer (La Catedral del mar), l’adaptation du roman éponyme publié en 2006 par l’avocat barcelonais Ildefonso Falcones, a été réalisée pour Netflix en 2018 par Jordi Frades. Plus connu au-delà des Pyrénées qu’en deçà, il a réalisé plusieurs téléfilms et de nombreux épisodes de près d’une trentaine de séries, celle-ci étant la première à être distribuée sur disque optique en France.

La Cathédrale de la mer est une bonne surprise en raison du bon parti tiré des moyens investis dans la figuration, les décors et les costumes, pour une ambitieuse reconstitution de la vie au XIVème siècle, et pour la qualité de sa photographie.

La Cathédrale de la mer

Le scénario, coécrit par Ildefonso Falcones, Tyler Rhoads et Rodolf Sirera, est, dans ses grandes lignes, assez fidèle à l’histoire : la basilique de Santa Maria del Mar à Barcelone a bien été construite entre 1329 et 1383 avec l’aide des bastaixos qui transportèrent les blocs de pierre de la carrière de Montjuïc ou de la plage où ils arrivaient par bateaux. Sont évoqués les affrontements avec les comtés voisins, le servage, la misère des paysans, la peste, l’oppression de la communauté juive, le statut précaire des femmes, les procès des prétendus hérétiques et autres sorcières par l’inquisition… dans le style d’une bande dessinée, avec son lot de violence, particulièrement dans une scène montrant une esclave fouettée à mort par un chat à neuf queues. Une violence justifiant, avec quelques pendaisons et morts sur le bûcher, l’interdiction aux moins de 12 ans en France, aux moins de 16 ans en Espagne.

Un scénario solidement structuré, avec de surprenants rebondissements, fait de La Cathédrale de la mer une minisérie plutôt addictive, à laquelle on pourrait toutefois reprocher d’être trop manichéenne, plus sans doute que celui de la série Les Piliers de la Terre (The Pillars of the Earth, Sergio Mimica-Gezzan, 2010), l’adaptation d’un autre récit de construction de cathédrale par Ken Follett, dans l’Angleterre du XIIème siècle. Les personnages de La Cathédrale de la mer sont, en effet, soit d’une exemplaire bonté, soit foncièrement méchants, à l’exception du frère « adopté » par Arnau, un franciscain tourmenté et ambivalent.

Interprétée par l’orchestre philarmonique de Budapest, la musique originale du compositeur argentin Federico Jusid, auteur des partitions de Dans ses yeux (El Secreto de sus ojos, Juan José Campanella, 2009), Neruda (Pablo Larraín, 2016), Escobar (Loving Pablo, Fernando León de Aranoa, 2017), Compañeros (La Noche de 12 años, Álvaro Brechner, 2018) est un indéniable plus à la minisérie.

La Cathédrale de la mer

Généralités - 2,0 / 5

La Cathédrale de la mer (8 épisodes d’une durée cumulée de 451 minutes) tient sur trois DVD-9 logés dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check discs.

Le menu animé et musical propose la minisérie uniquement dans un doublage en français au format Dolby Digital 5.1.

L’absence de la version originale est difficilement admissible !

Bonus - 0,5 / 5

Aucun supplément, juste les bandes-annonces de La Jeune fille et la brume (La Niebla y la doncella, Andrés M. Koppel, 2017), L’Accusé (Contratiempo, Oriol Paulo, 2016), Catherine the Great (minisérie créée par Philip Martin, 2019), Poldark (BBC 2015), saison 4 (série créée en 2015 par Debbie Horsfield), Victoria, saison 3 (série créée en 2018 par Daisy Goodwin) et La Foire aux vanités (ITV 2018) (Vanity Fair, James Strong, 2018).

La Cathédrale de la mer

Image - 5,0 / 5

L’image numérique (1.78:1), avec le meilleur de la définition que peut offrir le DVD, sans défaut de compression visible, lumineuse et solidement contrastée, avec des noirs profonds, propose une palette de couleurs souvent froides et délibérément désaturées s’accordant à la tonalité âpre de l’oeuvre. Tous les cadres sont parfaitement lisibles, y compris dans les scènes de nuit.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 du doublage en français (la version originale est absente), propre, avec une bonne dynamique, un spectre ouvert, et une répartition efficace sur les cinq canaux réussit à créer une sensation d’immersion dans l’ambiance qui aurait, toutefois, pu être plus marquée. Il donne aussi une belle ampleur à l’accompagnement musical, parfois un peu invasif, mais un timbre un peu trop mat aux dialogues.

Crédits images : © Koba Films

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 10 juillet 2020
Un scénario solidement structuré, rythmé par des scènes d’action parfois très violentes, avec de surprenants rebondissements, fait de La Cathédrale de la mer une minisérie plutôt addictive, réalisée avec des moyens généreux, bien employés.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus