Prodigal Son - Saison 1 (2019) : le test complet du DVD

Réalisé par Lee Toland Krieger
Avec Tom Payne, Lou Diamond Phillips et Halston Sage

Édité par Warner Bros. Entertainment France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/01/2021
Critique

Tel père, tel fils… L’adage est démenti par cette nouvelle série : Martin est un tueur en série. Son fils Malcom est devenu profiler.

Prodigal Son - Saison 1

New York, 1998. Le NYPD arrête le docteur Martin Whitly, un serial killer surnommé « le chirurgien », sous les yeux de son fils Malcolm. Avant d’être emmené, il lui dit : « Malcolm, je t’aime et je t’aimerai toujours… parce que nous sommes pareils ». Une vingtaine d’années plus tard, le garçonnet est devenu Malcolm Bright, l’un des meilleurs profileurs du FBI, jusqu’à ce qu’il soit renvoyé pour avoir agressé un sheriff : il avait tué sans sommation un serial killer qui avait accepté de poser son arme. Malcolm est embauché comme profiler par la brigade Major Crimes du NYPD. Sa première enquête porte sur un triple meurtre commis selon mode opératoire du « chirurgien ».

Prodigal Son est une création de Chris Fedak, le cocréateur de la série Chuck (2007, 5 saisons, 91 épisodes), le coscénariste de Forever et de DC’s Legends of Tomorrow, et de Sam Sklaver, notamment coscénariste de Bored to Death.

Prodigal Son - Saison 1

Completely cool, 100%!

Prodigal Son reprend les codes des séries policières, notamment de Esprits criminels, dédiée aux serial killers avec un rôle important donné à un profiler. Elle peut également rappeler Elementary, ou d’autres séries inspirées par Sherlock Holmes : il ne faut à Malcolm Bright que quelques secondes sur une scène de crime pour reconstituer son déroulement et ébaucher une première esquisse du meurtrier.

Prodigal Son, à défaut de renouveler le genre, tire son originalité de la personnalité torturée du personnage principal. Malcolm, bien qu’il se dise « complètement normal, à 100% », n’est pas guéri du traumatisme subi par l’arrestation de son père qu’il a provoquée après avoir découvert le corps d’une jeune femme dans une malle. Il souffre d’hallucinations, de troubles du sommeil, de terribles cauchemars, d’un tremblement épisodique de la main droite… Des symptômes aggravés par ses visites répétées à la prison où est enfermé son père qui l’aide à pister les tueurs en série.

Prodigal Son est une série semi-feuilletonnante : la plupart des enquêtes sont bouclées à l’intérieur d’un seul des épisodes, toutefois reliés entre eux par plusieurs arcs narratifs.

Prodigal Son - Saison 1

Cette série chorale est servie par une solide distribution. Malcolm est interprété par Tom Payne, le Paul ‘Jesus’ Rovia de The Walking Dead. Il est entouré de Lou Diamond Phillips, dans le rôle du chef du service Major Crimes, d’Aurora Perrineau et Frank Harts, dans ceux de deux lieutenants du NYPD, de Halston Sage et Bellamy Young, dans celui de la soeur et de la mère de Malcolm. On retrouve aussi, sous la blouse du médecin légiste, un personnage qui apporte à la série sa note humoristique, Keiko Agena, l’interprète de Kim, la meilleure amie de Rory, l’héroïne de la série Gilmore Girls.

Le second personnage important, entravé et menotté dans une prison de sécurité en plein New York, est le docteur Martin Whitly, chirurgien réputé, le père de Malcolm, condamné à la prison à vie pour l’assassinat d’au moins 23 personnes. Il est finement campé par Michel Sheen, le Dr. William Masters de l’excellente série Masters of Sex (2013-2016, 46 épisodes), que l’on a revu dans l’originale minisérie Good Omens.

Prodigal Son, avec des rebondissements bien amenés, des moments de suspense, souvent dans la pénombre de sous-sols, quelques scènes d’action, parfois violentes, et des cliffhangers à la fin de chaque épisode, réussit à soutenir la tension dramatique, sans temps morts. La diffusion de la saison 2 commence le 12 janvier 2021 sur la chaîne Fox.

Prodigal Son - Saison 1

Généralités - 3,0 / 5

Prodigal Son, saison 1 (20 épisodes de 42 minutes, soit 14 heures) tient sur quatre DVD-9 logés dans un boîtier de 14 mm, glissé dans un étui.

Le menu fixe et muet propose la série dans sa version originale, en anglais, au format audio Dolby Digital 5.1, et dans un doublage en français, au format Dolby Digital 2.0 stéréo.

Sous-titres en français, néerlandais et anglais pour malentendants.

Bonus - 0,0 / 5

Rien, pas même une bande-annonce.

Image - 4,0 / 5

L’image numérique, au ratio 2.0:1, bien définie, propose une palette assez froide de couleurs soigneusement étalonnées, avec des noirs manquant généralement de densité dans les scènes d’intérieur.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 de la version originale délivre les dialogues avec un léger excès de réverbération, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical. La sensation d’immersion dans l’action est limitée par une sollicitation trop timide des canaux latéraux.

Le doublage en français au format DD 2.0 stéréo, assez réussi, donne un timbre plus sec aux dialogues.

Crédits images : © Droits réservés

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 12 janvier 2021
Le particularisme du personnage principal caractérise cette série policière aux rebondissements bien amenés, avec des moments de suspense et des cliffhangers à la fin de chaque épisode qui réussissent à soutenir la tension dramatique.

Lire les avis »

Multimédia
Prodigal Son - Saison 1
Bande-annonce VOST
Prodigal Son - Saison 1
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)