Charité - Saisons 1 & 2 (2019) : le test complet du DVD

Charité

Réalisé par Sönke Wortmann
Avec Alicia von Rittberg, Maximilian Meyer-Bretschneider et Justus von Dohnányi

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 16/06/2021
Critique

Une invitation à découvrir le fonctionnement d’un grand hôpital universitaire à deux périodes cruciales de sa longue histoire.

Charité - Saisons 1 & 2

Cette série allemande, dans chacune de ses trois saisons (la troisième, pas encore disponible en vidéo en France, a été diffusée en Allemagne par la chaîne ARD en janvier 2021), raconte trois chapitres de l’histoire de La Charité, le plus vieil hôpital de Berlin. Fondé en 1710 pour accueillir les malades de la peste, il a abrité, au long de son histoire, d’illustres chercheurs. La première saison nous ramène à la fin du XIXème siècle, la seconde en 1943, quand le Troisième Reich, promis pour durer mille ans, vacille dangereusement.

Charité, dans sa première saison, est centrée sur le personnage d’Ida Lenze. Fille d’un médecin berlinois réputé, elle a été confiée très jeune, à la mort de ses parents, à un oncle qui a dilapidé son héritage. En 1888, à 18 ans, elle échappe à la mort grâce à une appendicectomie pratiquée à La Charité. Pour payer sa dette à l’hôpital, elle doit servir comme aide-soignante pendant un an. La découverte par Ida de son nouvel environnement donne à la série son principal intérêt, sa dimension documentaire.

Ida est le témoin des ravages causés par la tuberculose, la diphtérie, le choléra, du manque de moyens de l’hôpital favorisant la transmission des maladies nosocomiales, des progrès de la médecine : l’appendicectomie était alors une nouveauté. Elle rencontre d’autres personnages, réels ceux-là, les sommités médicales de la fin du XIXème siècle, Robert Koch (prononcé « Coq » dans le doublage en français, seul disponible !), le découvreur de la bactérie responsable de la tuberculose (qu’on appellera « bacille de Koch »), Emil von Behring et Paul Ehrlich, inventeurs du sérum contre la diphtérie, Rudolf Virchow, éminent hygiéniste et précurseur des systèmes étatiques de santé.

Charité - Saisons 1 & 2

Charité nous fait faire un saut dans le temps pour sa deuxième saison. Elle s’ouvre à l’automne 1943 quand le régime nazi s’entête à claironner la proximité de la victoire finale alors que l’opération Barbarossa, l’invasion de la Russie, se solde par un échec et de lourdes pertes dans les rangs de la Wehrmacht alors que se forme le front de l’Ouest avec les bombardements alliés.

Le personnage principal est encore une femme, Anni Waldhausen, jeune médecin mariée à un collègue. Elle joue, à son tour, le rôle de témoin de faits réels : des mensonges de la propagande de Joseph Goebbels, surnommé sous le manteau « le têtard » (grande gueule et petite queue), d’arrestations arbitraires, de l’eugénisme rendant obligatoire l’euthanasie des handicapés et la stérilisation des parents porteurs des mauvais gènes, du gazage des plus graves blessés de guerre, occupant inutilement des lits d’hôpital… Comme Ida, 55 ans plus tôt, Anni croise le chemin de personnages réels, de Ferdinand Sauerbruch (dont la série masque les penchants pour le nazisme) et Max De Crinis, le sinistre auteur d’Aktion T4, le nom de code du programme d’extermination des handicapés physiques et mentaux appliqué à quelques 80 000 personnes.

La réalisation, par Sönke Wortmann pour la première saison, par Anno Saul pour la seconde, à défaut d’être remarquable, est faite avec soin, mais avec les moyens du bord, visiblement limités. La représentation du Berlin de 1888 ne fait pas illusion, et pour cause : les extérieurs ont été tournés à Prague ! Une astuce a été trouvée pour la saison 2, l’insert moins coûteux et plus réaliste d’archives filmées colorisées, montrant la destruction progressive de la ville par l’aviation alliée. On apprécie beaucoup moins l’usage artificiel du ralenti dans de trop nombreuses séquences de la saison 1.

On espère la prochaine sortie vidéo de la saison 3, déjà diffusée en Allemagne : elle nous ramènera à Berlin à l’été 1961, l’année de la construction du « mur de la honte ».

Charité - Saisons 1 & 2

Généralités - 1,5 / 5

Charité, saisons 1 et 2, chacune composée de 6 épisodes de 50 minutes, tient sur quatre DVD-9 logés dans deux boîtiers de 14 mm, glissés dans un étui.

Le menu animé et musical propose les épisodes de la saison 1 éditée par Koba Films) uniquement dans un doublage en français et ceux de la saison 2 dans leur version originale, en allemand, avec sous-titres imposés, un peu haut placés sur l’image, ainsi que dans un doublage en français, tous au format audio Dolby Digital 2.0 stéréo.

L’absence de version originale pour la saison 1 impacte la note. Cette option très regrettable est, heureusement, inhabituelle à Koba Films !

Bonus - 0,5 / 5

Aucun complément à la série.

Juste L’Espace découverte, avec les bandes-annonces ou des extraits de huit miniséries de Koba Films, certaines coéditées avec L’Atelier d’Images : Miniaturiste, [SAGA(cathedrale_de_la_mer_saison_1)], Charles II : Le pouvoir et la passion, Quand sort la recluse - Intégrale, Miss Fisher enquête, Marie-Thérèse d’Autriche, Les Enfants de Windermere et De Gaulle, l’éclat et le secret.

Charité - Saisons 1 & 2

Image - 4,0 / 5

L’image numérique, au ratio 1.78:1, bien définie, lumineuse, agréablement contrastée, avec des noirs denses et des couleurs naturelles étalonnées avec soin, assure une parfaite lisibilité de toutes les séquences, y compris celles prises de nuit.

On regrettera toutefois d’être privés d’une édition Blu-ray, sortie en Allemagne.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo assure la clarté des dialogues, dans un bon équilibre avec l’accompagnement musical. Mais la faible séparation des deux voies limite beaucoup la sensation d’immersion dans l’action.

Ces remarques s’appliquent au doublage en français, un peu monotone.

Crédits images : © Nik Konietzny - Julie Vrabelova

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 16 juin 2021
Cette série de bonne facture nous fait découvrir La Charité, le plus célèbre hôpital d’Allemagne, incubateur d’avancées dans la recherche médicale, à deux périodes de son histoire, à la fin du XIXème siècle et au crépuscule du troisième Reich.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus