L'Oubli que nous serons (2020) : le test complet du DVD

El olvido que seremos

Réalisé par Fernando Trueba
Avec Javier Cámara, Nicolás Reyes Cano et Juan Pablo Urrego

Édité par Nour Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/01/2022
Critique

L’évocation d’un médecin colombien qui fit le sacrifice de sa vie pour la défense des libertés et de la justice dans son pays.

L'Oubli que nous serons

Colombie, années 80. Le docteur Héctor Abad Gómez lutte pour sortir les habitants de Medellín de la misère. Malgré les menaces qui pèsent sur lui, il refuse d’être réduit au silence. Le destin de ce médecin engagé et père de famille dévoué se dessine à travers le regard doux et admiratif de son fils. Adapté de faits réels, L’Oubli que nous serons est à la fois le portrait d’un homme exceptionnel, une chronique familiale et l’histoire d’un pays souvent marqué par la violence.

L’Oubli que nous serons (El Olvido que seremos), sorti dans nos salles en juin 2020, sélectionné au festival de Cannes, distingué par le Goya du meilleur film ibéro-américain, est le quinzième long métrage de fiction du réalisateur, scénariste et producteur espagnol Fernando Trueba, l’auteur du magnifique La Belle époque qui, avec Jambon, jambon (Jamón jamón, Bigas Luna), révéla en 1992 Penelope Cruz.

L'Oubli que nous serons

L’Oubli que nous serons est l’adaptation par David Trueba, jeune frère du réalisateur, du roman quasi-hagiographique d’Héctor Abad Faciolince, le fils du docteur Héctor Abad Gómez, dont le titre insolite est repris du premier vers d’un sonnet de Jorge Luis Borges intitulé Aquí, hoy, trouvé dans l’une des poches du docteur après son assassinat.

Héctor Abad Gómez, père de cinq filles et d’un garçon, fondateur de l’École Nationale de Santé Publique de l’Université d’Antioquia, député à l’Assemblée d’Antioquia, professeur d’université, introduisit en 1971 la vaccination contre la poliomyélite et ne cessa de dénoncer les misérables conditions de vie des déshérités, ce qui lui valut son renvoi de l’université. En 1987, alors qu’il s’était porté candidat à la mairie de Medellin et qu’il s’apprêtait à rendre hommage à son ami l’avocat Luis Fernando Vélez qui venait d’être assassiné, il est abattu de plusieurs balles par des militants d’extrême-droite.

L'Oubli que nous serons

Le rôle d’Héctor Abad Gómez est tenu par le célèbre acteur espagnol Javier Cámara, employé trois fois par Pedro Almodóvar, notamment dans Parle avec elle (Hable con ella, 2002), vu aussi dans la remarquable minisérie italienne Il Miracolo, créée en 2018 par Niccolò Ammaniti. Le fils, à l’âge adulte, est joué par le Colombien Juan Pablo Urrego et, adolescent, par Nicolás Reyes Cano, convaincant dès sa première apparition devant les caméras.

Le choix du noir et blanc pour le présent et de la couleur pour l’évocation du passé bouleverse les usages, peut-être pour souligner la noirceur des années 80 ressentie par Héctor Joaquin, contrastant avec le bonheur de l’enfance passée auprès de son père ?

L’Oubli que nous serons, soigneusement réalisé, avec un montage maintenant la tension dramatique, est accompagné par une partition originale de Zbigniew Preisner, compositeur de l’accompagnement musical de nombreuses réalisations de Krzysztof Kieslowski : la série Le Décalogue (Dekalog, 1989), La Double vie de Véronique (1991), la suite Trois couleurs : Bleu, Blanc, Rouge (1993-1994)… C’est sa deuxième collaboration avec Fernando Trueba après La Reine d’Espagne (La Reina de España, 2014).

L'Oubli que nous serons

Généralités - 2,5 / 5

L’Oubli que nous serons (131 minutes) et ses suppléments (20 minutes) tiennent sur un DVD-9 logé dans un boîtier épais de 14 mm, glissé dans un fourreau.

Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, en espagnol, avec sous-titres optionnels, idéalement placés à cheval sur la bande noire au bas de l’écran, et le choix entre deux formats audio, Dolby Digital Audio 5.1 ou stéréo.

Bonus - 2,0 / 5

Le livre (4’). Héctor Abad Faciolince et l’équipe du film disent avoir voulu, à partir du livre à la mémoire d’Héctor Abad Gómez, édité une cinquantaine de fois dans plusieurs langues, évoquer la partie intime et publique de la vie d’un héros qui voulait rendre le monde meilleur, plus juste.

Les acteurs (4’). Le réalisateur a tenu à faire répéter assez longtemps les acteurs pour créer entre eux l’intimité d’une famille réelle.

Le réalisateur (4’). On aurait préféré à ce concert de louanges de Fernando Trueba une brève revue de sa filmographie.

Le tournage (4’). Encore un échange de compliments clos par les applaudissements au clap de fin.

La production (4’). La productrice María Isabel Páramo dit que ce film est la plus grosse production à laquelle elle ait jamais participé, ce qui a permis de reconstituer la maison de la famille Abad Gómez, aujourd’hui détruite.

L'Oubli que nous serons

Image - 4,5 / 5

L’image, au ratio de 2.35:1, en couleurs et en noir et blanc, bien définie, avec des couleurs naturelles, offre un noir et blanc un peu agressif, probablement un choix délibéré. Agréablement contrastée, elle assure le confort visuel attendu.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 (avec une alternative stéréo) restitue clairement les dialogues et avec finesse l’accompagnement musical de Zbigniew Preisner. Une sollicitation timide des canaux latéraux limite l’effet d’immersion dans l’ambiance et les différences entre les deux formats proposés.

Crédits images : Juan Hurtado © Caracol Televisión, Dago García Producciones, Lupin Film

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 13 janvier 2022
Une belle adaptation par Fernando Trueba de la vie d’Héctor Abad Gómez, un médecin colombien engagé dans une lutte contre la misère, pour la défense de la justice et des libertés.

Lire les avis »

Multimédia
L'Oubli que nous serons
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)