Bonne mère (2021) : le test complet du DVD

Réalisé par Hafsia Herzi
Avec Halima Benhamed, Sabrina Benhamed et Jawed Hannachi Herzi

Édité par Blaq Out

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 18/01/2022
Critique

Hafsia Herzi nous propose, avec ce deuxième long métrage, son regard sur les quartiers nord de Marseille, là où elle a grandi.

Bonne mère

Nora, la cinquantaine, femme de ménage de son état, veille sur sa petite famille dans une cité des quartiers nord de Marseille. Après une longue période de chômage, un soir de mauvaise inspiration, son fils aîné Ellyes s’est fourvoyé dans le braquage d’une station-service. Incarcéré depuis plusieurs mois, il attend son procès avec un mélange d’espoir et d’inquiétude. Nora fait tout pour lui rendre cette attente la moins insupportable possible…

Bonne mère, salué par le Prix d’ensemble à Cannes en 2021 dans la sélection Un certain regard, est le deuxième long métrage réalisé par l’actrice Hafsia Herzi, révélée en 2007 par le rôle de Rym dans La Graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche, Prix du meilleur film français du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de télévision, Prix Louis Delluc, Prix FIPRESCI à la Mostra de Venise et César du Meilleur film, du Meilleur réalisateur et du Meilleur scénario. Ce film valut aussi à Hafsia Herzi aux Césars et à Venise le Prix du meilleur espoir féminin. Elle a confirmé son talent d’actrice, notamment dans L’Apollonide, souvenirs de la maison close, réalisé par Bertrand Bonello en 2011.

Bonne mère

Titulaire d’une cinquantaine de rôles, Hafsia Herzi s’est lancée dans la réalisation de son premier long métrage, Tu mérites un amour, présenté à la Semaine de la Critique, sorti en salles le 11 septembre 2019, dans lequel elle s’est attribuée le premier rôle, celui de Lila, confrontée à une douloureuse rupture sentimentale.

Pour Bonne mère, elle s’est entourée en grande partie de l’équipe du premier film, en particulier du chef-opérateur Jérémie Attard (Seize printemps, Suzanne Lindon, 2020), du monteur son Remi Durel pour l’accompagnement musical… La réalisation, soignée, épurée, conforme à l’approche naturaliste du récit, affiche ses caractéristiques dès les séquences précédant le générique, prises par une caméra portée, bien contrôlée, suivant Nora dans le long trajet qui l’amène de chez elle à un de ses lieux de travail, l’aéroport de Marignane.

Par souci de réalisme, Hafsia Herzi a attribué tous les rôles principaux à des acteurs non professionnels. La qualité de ses choix et du travail avec eux est soulignée par l’étonnante composition de Halima Benhamed, l’interprète de Nora, présente dans presque tous les plans. Mais on est frappé par l’apparent naturel d’autres actrices débutantes, telle Denise Giullo, dans le rôle de Viviane, la vieille dame que Nora aide à son domicile, Sabrina Benhamed, dans celui de Sabah, une des filles de Nora…

Bonne mère, l’achèvement réussi d’un long travail attentionné, porte un autre regard sur les quartiers nord de Marseille, bien différent de celui de BAC Nord, complémentaire.

Bonne mère

Généralités - 3,0 / 5

Bonne mère (99 minutes) et son supplément (22 minutes) tiennent sur un DVD-9 logé dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check disc.

Le menu fixe et musical propose le film avec le choix entre deux formats audio, Dolby Digital 5.1 ou stéréo.

Sous-titres pour malentendants.

Bonus - 3,0 / 5

Entretien avec la réalisatrice Hafsia Herzi (22’). Ayant grandi dans les quartiers nord de Marseille, elle voulait rendre hommage à sa mère, femme de ménage dans un collège. Pendant l’écriture du scénario de 150 pages, commencée en 2007, elle a organisé des réunions régulières avec l’équipe pour créer et maintenir des liens étroits entre les protagonistes d’un film sur la pauvreté en France, avec des personnages qu’on voit peu au cinéma, des femmes de caractère, des hommes plus calmes. Elle a choisi des acteurs non professionnels, « pour être dans la vraie vie », mais a beaucoup travaillé avec eux. Le métrage était trop long : elle s’est attachée, pendant le montage, à ce que le film soit le fidèle reflet de la première version imaginée par le scénario. Le montage son incorpore des ambiances captées par plusieurs micros cachés dans la cité qui est « un des personnages de l’histoire ». C’est un environnement qui expose à des risques, mais qu’elle a voulu immortaliser en relevant le défi des difficultés de financement d’un tel film dont le thème attire difficilement l’intérêt des producteurs. Elle a souhaité une fin ouverte, pour souligner que, malgré tout, « la vie continue ».

Bonne mère

Image - 4,5 / 5

L’image numérique (2.39:1), lumineuse, agréablement contrastée, finement texturée, déploie des couleurs naturelles et assure un confort visuel, dans toutes les conditions d’éclairage.

Son - 4,0 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 (avec une alternative stéréo) restitue clairement les dialogues (souvent mieux articulés par tous ces débutants que par des acteurs professionnels !) dans un bon équilibre avec l’ambiance et l’accompagnement musical. La sensation d’immersion dans l’action est limitée par une trop faible sollicitation des canaux latéraux.

Crédits images : © SBS Productions, ARTE France Cinéma

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 janvier 2022
Hafsia Herzi nous propose son regard sur les quartiers nord de Marseille, d’un point de vue différent de celui de BAC Nord. L’achèvement réussi d’un long travail attentionné !

Lire les avis »

Multimédia
Bonne mère
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)