Sous le ciel de Koutaïssi (2021) : le test complet du DVD

Ras vkhedavt, rodesac cas vukurebt?

Réalisé par Aleksandre Koberidze
Avec Giorgi Ambroladze, Oliko Barbakadze et Giorgi Bochorishvili

Édité par Damned Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 29/09/2022
Critique

Un conte de fées moderne et dépaysant et l’occasion de découvrir le talent prometteur du jeune réalisateur géorgien Aleksandre Koberidze.

Sous le ciel de Koutaïssi

C’est le coup de foudre quand l’étudiante en médecine Lisa et le footballer Giorgi se rencontrent par hasard dans les rues de Koutaïssi. L’amour les frappe si soudainement qu’ils en oublient même de se demander leur prénom. Avant de poursuivre leur chemin, ils décident de se retrouver le lendemain. Ils sont loin de se douter que le mauvais oeil leur a jeté un sort.

Sous le ciel de Koutaïssi (Ras vkhedavt, rodesac cas vukurebt? , soit « Que voit-on quand on regarde le ciel ? ») sorti dans nos salles en février 2022, sélectionné et primé dans de nombreux festivals, salué par le Prix FIPRESCI à la Berlinale de 2021, est le deuxième long métrage du cinéaste géorgien Aleksandre Koberidze, après Lass den Sommer nie wieder kommen, une coproduction germano-géorgienne, non distribuée en France, qui remporta en 2017 le Grand prix au Festival International de Cinéma de Marseille.

Sous le ciel de Koutaïssi

Sous le ciel de Koutaïssi, situé là où l’indique son titre français, entre Tbilissi et la Mer Noire, dans la troisième ville de Géorgie, divisée par les eaux tumultueuses du fleuve Rioni, raconte une histoire fantasmagorique, sur un ton poétique et surréaliste. Le narrateur nous dit qu’une jeune plante, une caméra de surveillance, une vieille gouttière et la brise, quatre « amis » du carrefour que traverse quotidiennement Lisa entre son domicile et la pharmacie où elle travaille pour financer ses études de médecine, décidèrent de braver l’interdiction de parler aux humains pour l’avertir qu’un mauvais sort avait été jeté sur elle au moment où elle convint d’un rendez-vous avec Giorgi au Café du Pont blanc et que son apparence allait changer. En effet, au petit matin, après qu’un message sur l’écran ait enjoint au spectateur de fermer les yeux entre deux signaux sonores, Lisa n’est plus la même à son réveil. La même mésaventure frappe Giorgi et tous deux ont tout oublié, Lisa la médecine, Giorgi le football. Ce qui les oblige à trouver un petit boulot, au Café du Pont blanc, où ils travaillent sans s’être reconnus.

Sous le ciel de Koutaïssi

Sous le ciel de Koutaïssi ajoute à l’inventivité de son scénario une dimension documentaire, un genre auquel s’est essayé Aleksandre Koberidze en réalisant trois courts métrages, dont un nous est proposé en bonus du DVD. La caméra, avec une grande sobriété de mouvements, sans nous lasser, emprunte tout au long du récit des chemins de traverse pour capturer des moments de vie des habitants de Koutaïssi, d’une partie de foot entre filles et garçons, de ses rues, du fleuve, de la majestueuse beauté d’un arbre…

L’édition vidéo du film offre aux cinéphiles qui auraient manqué sa brève sortie en salles une seconde chance de découvrir un conte de fées moderne et dépaysant et le talent prometteur d’un jeune réalisateur qui n’a certainement pas fini de nous surprendre.

Sous le ciel de Koutaïssi

Généralités - 2,5 / 5

Sous le ciel de Koutaïssi (144 minutes) et ses suppléments (32 minutes) tiennent sur un DVD-9 logé dans un fin digipack.

Le menu fixe et muet propose le film dans sa version originale, en géorgien, avec sous-titres optionnels, au format audio Dolby Digital 5.1.

Bonus - 3,0 / 5

Entretien avec le réalisateur (7’, en anglais, sous-titré). En réponse à des questions, Aleksandre Koberidze dit que l’idée du scénario lui est venue d’un souvenir d’enfance, quand il portait une pierre de jais censée le protéger du mauvais oeil, et du désir de réunir trois passions, celles des enfants, des chiens et du football. La musique, composée par son frère Giorgi Koberidze, également directeur du son, est un élément essentiel de la cohérence d’un film, ainsi que la ville de Koutaïssi, qu’il connaissait peu. Le titre, très ouvert, Que voit-on quand on regarde le ciel ? , est inspiré par l’habitude qu’a Lionel Messi de regarder le ciel à chacune de ses entrées dans un stade.

Colophon, court métrage d’Aleksandre Koberidze (2015, 23’, 1.85 :1, anglais, sous-titré, Dolby Digital 2.0). Au vingt-et-unième jour de son voyage à bord d’une péniche, un homme aperçoit une jeune fille sur une rive. Chose étrange puisqu’il n’y a aucun village aux alentours. Plus étrange encore, elle pleure sans cesse, des larmes de forme triangulaire le lundi, d’une autre forme chaque autre jour de la semaine. Il l’invite à monter à bord du Colophon jusqu’au prochain village… Une belle photographie et une histoire racontée par une suite de cartons, illustrée par de la musique, l’allegretto de la sixième symphonie de Beethoven dans les derniers plans.

Teaser (1’53”) sans paroles.

Sous le ciel de Koutaïssi

Image - 4,0 / 5

L’image (1.66:1), lumineuse, agréablement contrastée, aux couleurs naturelles soigneusement étalonnées, n’est pas loin de donner tout ce qu’on peut attendre du support DVD avec des noirs qui auraient pu être légèrement plus denses.

Son - 4,5 / 5

Le son Dolby Digital 5.1 assure un bon équilibre entre les dialogues, toujours très clairs, l’accompagnement musical, délivré avec finesse, et l’ambiance dans laquelle une bonne répartition du signal sur les cinq canaux immerge le spectateur.

Crédits images : © Marius Land - New Matter Films, Sakdoc Film

Configuration de test
  • Vidéo projecteur SONY VPL-VW790ES
  • Sony UBP-X800M2
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 septembre 2022
L’édition vidéo de Sous le ciel de Koutaïssi offre aux cinéphiles qui auraient manqué sa brève sortie en salles une seconde chance de découvrir un conte de fées moderne et dépaysant et le talent prometteur d’un jeune réalisateur qui n’a certainement pas fini de nous surprendre.

Lire les avis »

Multimédia
Sous le ciel de Koutaïssi
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)