ACTUALITÉ

Les ratés de la zone 2

Par Giuseppe Salza | Publié le
Les ratés de la zone 2

Poussière dans les coffrets, de la colle qui tient avec des prières, interversion de disques. Que se passe t-il avec les soi-disant « collector » de la Zone 2



Avec plus de 450 millions de dollars au box-office planétaire, et une omniprésence dans les classements depuis près de 2 ans, vous diriez que Warner Bros a suffisamment de ressources financières pour soigner la nouvelle édition de Matrix, non ? Faux ! Mis à part que les coffrets ne se referment pas bien, plusieurs copies ont le volet en plexiglas de gauche (qui supporte le 1er disque) qui… se décolle au bout de quelques ouvertures.

Matrix (Édition Collector) - DVD


Toujours chez Warner, les boîtiers de Ben-Hur ont causé pas mal de soucis aux consommateurs (et donc aux revendeurs). Quelques lots du stock étaient simplement… poussiéreux, ce qui a amené les acheteurs affectés à réclamer des échanges standard ou des remboursements.

De la poussière aussi dans une première série (remplacée depuis) des digipack de la collection HK de Seven7. Quant à Forrest Gump, certains acheteurs se sont retrouvés avec deux fois le disque 1 (ou le deux).

Ben-Hur - DVD
 
Forrest Gump (Édition Collector) - DVD
 
The Killer (Édition Collector Limitée) - DVD


Que se passe t-il avec les éditeurs lors de « l’étape finale » de leurs produits ? Ces dysfonctionnements en chaîne mettent clairement en cause le conditionnement du produit fini, voire le transport des stocks. Où sont passées les soi-disant salles blanches pour le packaging, et les tests des coffrets ? Certainement quelqu’un devait s’être aperçu que la colle de Matrix ne tenait pas, non ?

Les incidents de parcours arrivent à tout le monde. Mais le pourcentage croissant des « ratés » qui arrivent sur la ligne finale, démontre clairement qu’il y a des progrès à faire au niveau du contrôle qualité du produit. A moins que ces déviations du processus ne soient le résultat d’une réduction radicale des coûts, qui produit un excès de dommages collatéraux auprès des consommateurs (le choix des mots sera politically incorrect, mais tout de même exact). Le futur proche nous en dira davantage sur les réelles intentions des éditeurs d’offrir de la qualité totale aux clients.

En attendant, la phrase de rite devient (hélas) un conseil obligatoire : tant que vous n’avez pas vérifié que tout est en ordre, ne jetez pas les tickets de caisse des achats pour aucun raison dans la planète.

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Plus d'infos
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus