ACTUALITÉ

Les Looney Tunes passent à l'action : LE LONG

Par Stéphane Leblanc | Publié le
Les Looney Tunes passent à l'action : LE LONG

Double évènement dans le monde des Toons en ce mercredi 10 décembre ! 4 DVD des Looney Tunes hystériques sortent aujourd’hui, tandis qu’un film mi-live/mi-cartoon sort dans les salles au même moment. A double évènement, double article : ici, c’est séance cinéma…



C’est décidé, de temps à autres, Dvdfr.com via notre collaborateur François Chollier sera en mesure de vous proposer des critiques cinéma de films très frais voire pas encore démoulés…
Et en ce jour toonesque, c’est le nouveau film de Joe Dante qui ouvre la séance cinéma.

LES LOONEY TUNES PASSENT A L’ACTION
( Sortie le 10 décembre 2003 )

L'affiche du film

Bugs Bunny travaille avec son collègue Daffy Duck pour la Warner. Mais le canard décide de partir, ne supportant plus le traitement de faveur réservé au lapin. Il est bientôt rejoint par D.J. Drake, un vigile apprenti-cascadeur licencié le même jour.

Ce dernier découvre au même moment que son père disparu, ancienne star de cinéma, était un agent secret à la recherche du mythique Diamant du Singe Bleu et kidnappé par le sombre Mr. Chairman. D.J. décide de reprendre la quête de son illustre paternel et de retrouver sa trace, aidé par Daffy.

Convaincus de l’efficacité de son tandem avec Bugs Bunny, les dirigeants du studio décident alors de récupérer leur star animée coûte que coûte, et lancent Bugs Bunny et la jeune productrice Kate Houghton à leur poursuite, de l’enfer hollywoodien à la jungle africaine en passant par Paris, Las Vegas et la mystérieuse Zone 52…

Brendan Fraser, Daffy Duck, Jenna Elfman et Bugs

Qui veut la peau de Roger Rabbit et Space Jam ont ouvert la voie et montré que ce type de comédie mêlant animation et prises de vue réelles fonctionne à merveille. Du coup, le studio exploite régulièrement le filon. Truffées d’ingrédients destinés à satisfaire toutes les tranches d’âge, ces comédies d’un nouveau genre laissent libre cours à tous les délires narratifs et autres débordements visuels qui n’ont d’autre limite que le budget du film. Rassurez-vous ! « Les Looney Tunes passent à l’action » bénéficient d’un budget très conséquent.

Daffy et Jenna Elfman

Pionnier en la matière, Robert Zemeckis (Retour vers le futur : Trilogie, Forrest Gump…) et son Qui veut la peau de Roger Rabbit fit sensation en explorant la piste de l’hommage aux polars des années 50. Mâtiné de suspens et d’une pointe d’érotisme, le film fourmillait à ce point de références qu’on en venait à se demander s’il n’excluait pas de son public les enfants (cf la célèbre scène de bébé Herman savourant les jupons de sa Baby-Sitter ou bien encore l’apparition de Jessica Rabbit dans son numéro de chant). Tout aussi déjanté mais un poil plus rassembleur, le Space Jam du publicitaire Joe Pytka creusait son sujet côté star-système (en incluant au générique plusieurs basketteurs connus dont le célébrissime Michael Jordan) et y exhibait son goût prononcé pour le fantastique. Résultat, le film récupérait les enfants mais avait du mal à se frayer un chemin jusqu’aux adultes.

Daffy et Brendan Fraser

« Les Looney Tunes passent à l’action » choisit une position intermédiaire. Hommage vibrant et magistral au monde du cinéma et de l’animation, le film effeuille les idées, égrène les gags, multiplie les cascades et les allusions. De Scooby-Doo à Batman en passant par James Bond et Indiana Jones, Joe Dante (Gremlins, L’Aventure intérieure…) n’a de cesse de parodier avec la détermination boulimique d’un enfant de la télé. Sachez à ce propos que pour les plus cinéphiles d’entre vous, le film vous gratifiera de la présence de Roger Corman (le cultissime réalisateur de « La Petite Boutique des Horreurs » - version 1960)… en plein tournage de surcroît.

Daffy et Bugs

Mais en parodiant, Joe Dante n’oublie pas l’une des règles les plus importantes : l’auto parodie. Il distille ainsi tout au long du film une dose massive d’autodérision qui se glisse jusque dans les recoins de la narration, n’hésitant pas à faire apparaître quelques uns de ses personnages préférés, à signaler la présence de techniques scénaristiques et à dénoncer les aberrations en matière de sponsoring publicitaire. Bref…Dante a le sens inné du rythme, du ton et de la mise en scène. De quoi amplement satisfaire tous les amoureux de cinéma à qui le film offrira en prime (lors d’une fabuleuse séquence au Louvre) de remonter à la source du dessin animé.

Adepte des prouesses techniques, Joe Dante expose ici son immense aptitude à concilier spectacle, intelligence, second degré et action. Avec lui, les Tunes (qui avaient perdus au fils des ans leur mordant esprit de sales gosses dessinés) sont véritablement de retour et vous embarquent dans un voyage autour du monde, aux confins de galaxie et au-delà des limites de votre imagination. Brendan Fraser, Jenna Elfman, Thimoty Dalton et… l’étonnant, le bouillonnant, le talentueux Steve Martin sont de la partie pour humaniser ce film incroyablement énergisant !!!

François Chollier

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus