ACTUALITÉ

Matrix : Warner zappe le reste de l'Europe francophone !

Par Giuseppe Salza | Publié le
Matrix : Warner zappe le reste de l'Europe francophone !

Mission accomplie. Warner vient de remporter une victoire sur les imports intra-communautaires. Les francophones belges et suisses verront Matrix en même temps que leurs voisins français vers la fin du mois de mars. Ou alors, ils le verront à la mi-décembre… mais uniquement en version originale !



Warner Bros s’auto-congratule pour cette victoire, qui lui permet d’éloigner le spectre de la cannibalisation commerciale de son titre le plus attendu : la mise en vente au Benelux de la même édition Z2 de Matrix qui serait mise en vente quelques kilomètres plus au sud avec plus de 3 mois de retard ! (chronologie franco-française des médias oblige). Dans l’esprit hollywoodien, les dommages collatéraux sont minimes : juste les francophones résidants en Belgique et en Suisse…

Pour comprendre cette histoire, il suffit de remonter quelques semaines en arrière. Warner UK annonce le DVD de Matrix pour le 15 décembre ; jusque là, pas de problème, car cette version est uniquement en anglais (et en plus, elle est censurée). Au même moment, les filiales du Benelux annoncent la sortie de leur DVD pour la même date. Et là, « Houston, nous avons un problème »… Le problème est que le Benelux et la France appartiennent à la mini-zone 3 de distribution pan-européenne des titres Warner. Autrement dit, le best-seller potentiel de toute l’histoire de la major se retrouverait à portée de tous ceux qui prendraient la peine de le commander sur des sites belges ou néerlandais. Et le tout avec une VF 5.1 et des sous-titres français, 3 mois avant sa sortie officielle dans l’hexagone.

Warner France décide alors de prendre le taureau par les cornes. Les bruits de couloir fusent : Warner augmenterait volontairement le prix du DVD au Benelux pour dissuader les importations parallèles, le studio demanderait une improbable dérogation pour sortir en France en janvier (il a fallu attendre 10 ans pour que la chronologie des médias soit ramenée de 12 à 9 mois… difficile d’obtenir une concession extraordinaire pour défendre les intérêts d’un film américain, surtout en cette période du sommet de Seattle), et ainsi de suite…

Mais le studio a un argument de poids : la France représente à elle seule le troisième marché mondial du DVD. C’est la motivation qui a permis le sacrifice, sur l’autel de la rentabilité, des pistes francophones dans les autres pays européens: ils auront la VF en même temps que la France… ou alors ils devront réviser leur anglais !

D’un point de vue strictement commercial, il est difficile de jeter la pierre à Warner France pour autant : le studio n’a fait que protéger les intérêts de son marché leader en Europe (certes, avec une attitude plutôt glaciale et expéditive…).

S’il faut chercher des boucs émissaires, il convient de montrer du doigt la caducité de la chronologie des médias franco-française, au sein de la construction européenne. L’affaire Matrix, rappelle que la fracture s’élargit entre la législation en vigueur en France et les lois sur la libre circulation des biens en Europe. Les obstacles qui empêchent l’harmonisation européenne des sorties home-vidéo deviennent de plus en plus ingérables.

Pour sa part, Warner France vient de donner une priorité absolue à la lutte contre les importations intra-communautaires, et elle prévoit d’appliquer la « recette Matrix » à tous ses DVD de renom. On murmure déjà que les VF hors France de Wild Wild West seront mises sous embargo, jusqu’à la sortie nationale du disque, prévue pour le mois de mai…

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Plus d'infos

Accès aux fiches DVDFR citées dans l'article :

(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus