ACTUALITÉ

WESTERN ! Open Range sur grand écran

Par Giuseppe Salza | Publié le
WESTERN ! Open Range sur grand écran

Avant-première et premier regard à froid du western qui marque le grand (oui, Grand !) retour de Kevin Costner devant & derrière la caméra et Colt à la main



De temps à autre, notre collaborateur François Chollier vous propose des critiques cinéma de films très frais voire pas encore démoulés, qui se rattrachent à l’actualité DVD (ou vice-versa)…
Aujourd’hui, retour aux grands espaces avec « Open Range », le nouveau et très attendu western de et avec Kevin Costner.

OPEN RANGE
( Sortie le 25 février 2004 )

Open Range

1876. Le capitaine Nathan Algren, sorti victorieux de la Guerre de Sécession, vit hanté par les souvenirs du raid sanglant effectué à Little Big Horn contre les Indiens. Réfugié dans l’alcool, Nathan n’est aujourd’hui plus qu’un phénomène de foire tout juste bon à vanter de villes en villes les mérites d’armes à feu.

Au coeur de l’Ouest sauvage, 4 hommes convoient du bétail. Pour Charley Waite (Kevin Costner), Boss Spearman (Robert Duvall), Button (Diego Luna) et Mose Harrison (Abraham Benrubi), il est d’abord question de vivre libres et de fuir leur passé.

Sur des terres régies par les seules lois de la nature, les 4 cow-boys échappent à la violence des villes et font régner entre eux l’honneur, la loyauté, la justice et l’amitié. Mais leur arrivée à Harmonvile, une petite ville frontalière tombée sous la coupe du tyrannique Baxter, va les forcer à passer à l’action.

La rencontre avec la belle Sue Barlow va pourtant bouleverser leurs perspectives et réveiller en eux le désir d’affronter leurs propres démons. Alors que l’épreuve de force devient inévitable, les 4 hommes s’apprêtent à reconquérir leur salut.

Open Range

« Open Range » sonne le grand retour de Kevin Costner qui n’avait plus trouvé de rôle à sa (dé)mesure depuis le très inspiré Danse avec les loups. Après une carrière en dents de scie en tant qu’acteur, 2 essais dont un coup de maître comme réalisateur (Danse avec les loups et Postman) et quelques tentatives injustement infructueuses en tant que producteur (« Wyatt Earp », Treize jours…), Kevin Costner a aujourd’hui de nouveau tout à prouver. Et pas seulement aux yeux des producteurs / distributeurs mais également aux yeux de ceux qui lui sont demeurés fidèles malgré ses errances ; Waterworld, Une Bouteille à la mer, Postman et dans une moindre mesure Tin Cup. Doué d’un talent hors norme et d’un charisme à faire pâlir Bronson en personne, Kevin Costner a sans doute maintes fois cédé à la facilité, s’arrangeant à la manière d’un Robert De Niro de petits rôles lucratifs censés le maintenir en haut de l’affiche.

Gâchant peu à peu son talent dans de pauvres caricatures motivées par les valeurs traditionnelles chères aux américains, l’acteur de « Revenge », l’interprète de Un Monde parfait, le héros de Silverado a muté en affairiste au grand coeur. La famille, l’honneur, le drapeau sont subitement devenus ses violondingres et lui ont permis du même coup à l’immense Kevin Costner de vendre VHS et DVD en se glissant dans la peau d’un approximatif Mad Max (Waterworld), d’un papa poule instructeur (A chacun sa guerre), à nouveau De Mad Max (Postman), d’un Golfeur nommé Rocky (Balboa pour les intimes)… on en passe et des plus navrants. Le vague souvenir qu’un jour Kevin Costner fit preuve d’un immense talent motivait les plus acharnés à inlassablement acheter (les yeux fermés) ces historiettes affublées d’un nom. Mais restait la question. A Quand ?

Open Range

A quand le retour, le rôle, la véritable démonstration, l’indéniable et éclatant témoignage que Costner ait l’étoffe d’un grand ? Quand aura-t-il enfin le bon goût de laisser tomber les affaires au profit d’un personnage qui soit digne de son talent ? Fallait-il être naïf pour (inalassablement on le rappelle) attendre qu’un jour un réalisateur hollywodien lui offre cette opportunité. Sam Raimi s’y est essayé mais le la figure trop américaine du joueur de baseball manquait de souffle et d’universalité. Roger Donaldson a également tenté de lui remettre le pied à l’étriller mais en offrant à Costner un rôle de simple conseiller, il privilégie la narration et dillue (à juste titre) son potentiel dramatique. Verdict : une interprétation terriblement juste mais loin de l’exultant « come back » qu’on attendait. Non, aucun d’entre eux ne lui amènera le scénario rêvé, bercé d’une épaisseur introspective laissant libre cours à la performance subtile et charismatique d’un acteur de la trempe de Costner.

Open Range

Et puis vient « Open Range ». Ultime effort pour relancer une carrière en panne qui réunit tous les ingrédients pour reproduire le miracle. Le Western, genre de prédilection, héros maudit torturé à l’idée d’être en société, parfait pour Costner, adepte du Talion, oeil pour oeil et mâchoire pour dent, face à la stupidité de la tyrannie, chassez le naturel, il revient au galop…et une réalisation signée Kevin Costner himself. Un soupçon de Impitoyable, une pincée de Il était une fois dans l’Ouest et voilà Costner parti pour un Danse avec les loups version 2004. Premier sursaut de lucidité ; avoir su s’inspirer sans copier coller les influences clairement exprimées du nouveau Western. Deuxième et non des moindres, avoir soigneusement su éviter tout effet sensationnaliste qui aurait pu transformer « Open Range » en fête foraine.

Enfin… et c’est le clou du film… avoir su nous préserver de l’anémie scénaristique qui touchent actuellement les productions hollywoodiennes. Solidement ancré au roman presque éponyme de Lauran Paine « The Open Range Men », cette histoire simple recycle intelligemment les thèmes du courage, de l’honneur, de l’amitié, de l’amour, de la justice, du respect avec une légèreté et une pertinence assez inhabituelle. Simple sans être simpliste semble approprié pour l’occasion. Pas de héros, ici on travail sur l’humain. Les têtes d’affiche partagent la vedette et montrent des visages ridés, fatigués, rompus par la vie. Leur sensibilité les submergent et leur fragilité nous touche. Costner en cow-boy rustaud, incapable d’aligner 3 mots sans piquer un fard, au passé trouble et à la gâchette agitée n’a jamais été si réel, si profond. Face à lui Duvall et Bening, sincères, déroutants, passés maîtres dans l’Art de la philosophie de campagne, terriblement seuls et lassés de l’être. Peu de rôles marquant parmi les vilains atitrés, excepté celui fort shakespearien de Michael Gambon dont on appréciera ici la violence dramaturgique. Exit le classique tête à tête, émerge de ce scénario complexe comme la vie le juste sentiment de voir les personnages affronter leurs démons les plus insidieusement enfouis. « Open Range » s’approprie les codes du genre pour mieux les détourner comme l’auraient fait en leur temps un Sturges, un Peckinpah ou bien un Sergio Leone… oui, « Open Range » est de ce niveau-là.

Open Range

A l’image de ces héros à l’écran, Costner-réalisateur-acteur a dû pourtant combattre ses démons intérieurs. Costner n’est pas Eastwood mais rêve de lui ressembler. Exit la tempérence du vieux routier de l’héroïsme pour faire place à la détermination acharnée de celui qui voulait ne pas être oublié. Il veut tout et trop bien faire, organiser un retour éclatant, vibrant de son image et de son charismatique ego. Il prend la caméra et filme l’Ouest comme on filme l’Arabie Séoudite façon David Lean avec des plans qui frisent le ridicule grandiloquent. Du coup, l’introduction dans cet univers devient longue et lassante. Rattrappé in extremis par les fils intriguants d’une histoire inéxorablement captivante, il tente de s’appropier une fois encore « Open Range » en multipliant les pauses Olympiennes et de phagocyter les plans. Pas de bol pour lui et coup de chance pour nous, Robert Duvall (dont l’égo mesure 10 fois la taille du continent américain) lui tient fermement tête et transcende son personnage, nous offrant l’un des plus raffinés et des plus poignants faces à faces cinématographiques depuis Les Grands espaces.

De cet affrontement inconscient jaillit une richesse visuelle qui porte l’opposition sur le terrain de l’interprétation et oblige Duvall et Costner à sublimer leurs performances. La caméra s’oblige à capter ce face à face intime, larvé, où s’affronte fougue et raison, justice et vengeance, peur et courage… sortant de fait le film d’un ennuyeux classicisme dans lequel il s’enfermait. D’illustrative au possible, la réalisation prend alors un autre sens, accumulant les plans en déphasage complet avec les interprétations à l’écran. Le sauvetage du chien, l’arrivée des 2 cow-boys chez le docteur, les scènes dans le bar, le décalage est total fournissant un jubilatoire second degré. Le réalisateur se pique alors au jeu et profite de l’opportunité pour sur-styliser la suite, offrant quelques un des plus jolis clichés que la nostalgie du Western rend savoureux. « Open Range » fait ainsi partie de ces enfants terribles issus d’une grossesse non désirée et qui s’impose comme des oeuvres incontournables malgré les efforts castrateurs de ses parents présumés.

Open Range

Sous ses airs de Western exhumé d’un passé glorieux, il livre une réflexion abyssale sur ce courage qui pose problème à l’humanité. Dire non, s’opposer dans une juste mesure à ce que la tyrannie décrète pour lui préférer liberté, amour et respect. La nouveauté n’est pas au rendez- vous mais le rendu est terriblement exaltant avec un dénouement mâtiné d’anthologie. Les plans se succèdent, les moments de grand cinéma aussi. Le duel Gambon / Duvall / Costner est exceptionnellement fort…un modèle du genre qui rappellera à certains et dans un autre genre le légendaire Heat. Kevin Costner y arrache un second souffle. Costner contre Costner, duel au sommet… criant de sincérité. « Open Range » nous aura offert en ce début d’année un de ces Western qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Costner est mort, vive le nouveau Costner…

Open Range



François Chollier

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus