ACTUALITÉ

Thierry Lhermitte joue quitte ou triple : "Les 1001 nuits" en DVD

Par Stéphane Leblanc | Publié le
Thierry Lhermitte joue quitte ou triple : "Les 1001 nuits" en DVD

Hasard du calendrier, Thierry Lhermitte est au cinéma avec 2 nouveaux films et en DVD avec Les 1001 nuits de Philippe de Broca…


© D'Vision

Il y joue le roi de Bagdad qui voudrait couper la tête de Shéhérazade, le tout premier rôle de Catherine Zeta-Jones au cinéma. On retrouve également un Gérard Jugnot en génie de la lampe qui préfère rester tranquillement chez lui (à Londres !) à boire un thé plutôt que d’exaucer des voeux à qui le réveille…
Ce film fut également pour l’ensemble des comédiens une sacrée expérience car au service d’un scénario complètement fou, Philippe de Broca a intégré à son film des effets spéciaux incroyables pour l’époque comme nous l’explique Christian Guillon (responsable des effets spéciaux du film) un peu plus loin.

Le DVD, lui, aura droit à une édition soignée préparée par D’Vision. L’éditeur qui avait déjà plus que soigné la réédition de The King of New York a ici mis en boîte une copie restaurée en haute définition soutenue par une bande sonore remixée en 5.1.
Des scènes coupées, une bande-annonce, des bio-filmographies, une interview de Philippe de Broca et Christian Guillon et un making of d’époque sur les effets spéciaux complètent le programme.

© D'Vision

Christian Guillon qui est dans le cinéma depuis plus de 20 ans s’est vite spécialisé dans les effets spéciaux optiques (début des années 80) puis numérique (fin des années 80). Vous retrouverez une interview dans le DVD, ainsi que le making of qu’il avait réalisé à l’époque, non pas en vue du DVD qui n’était même pas à l’état de projet, mais pour promouvoir les effets spéciaux en France, pays qui a longtemps (et encore aujourd’hui) traîné la patte.
Il nous fait partager quelques souvenirs avant la sortie du DVD.

DVDFR : Mr Guillon, pouvez-vous nous parler de ce making of « d’époque »…

Christian Guillon : j’avais pris l’initiative de faire un making of qui était composé d’images du tournage et d’images des effets spéciaux réalisés en studio. Ce making of est très didactique et en plusieurs parties dont les effets mécaniques, les effets optiques et les effets numériques. Ce qui est intéressant, c’est que les effets numériques (les images 3D) ont du être intégrés par des procédés optiques (ndr : on photograhie sur pellicule les deux éléments) car on n’avait pas de scanner à l’époque.

DVDFR : c’était la préhistoire pour vous ?

C.G. : oui, je me souviens d’avoir montré ce making of (1990) à des étudiants il y a 2/3 ans : j’en avais mis bout à bout 2 ou 3 minutes suivies d’un petit bout du making of des « Rivières Pourpres » qu’on a fait en 2000 et je leur avait demandé combien de temps d’après eux séparait les deux making of et ils m’ont dit 40 ans…

© D'Vision

DVDFR : parlez-nous de la séquence incroyable de la moto invisible où l’on voit Stéphane Freiss et Catherine Zeta-Jones avancer à vive allure à 1 mètre au-dessus du sable…

C.G. : c’est un effet purement mécanique, on a creusé une tranchée dans le village, on a placé un rail dans la tranchée et Stéphane était assis sur une armature dissimulée sous ses vêtements reliée par une tige à un chariot autonome qui roulait sur le rail dans la tranchée, tranchée qui était cachée et recouverte de sable grâce à une petite fente en cahoutchouc qui s’ouvrait et se refermait devant lui. Le chariot était entraîné par un moteur de scooter dont les commandes de frein et d’accélération étaient manoeuvrées par les pieds de Stéphane.
Quand Catherine Zeta-Jones vient s’asseoir derrière Stéphane, on avait une tige téléscopique qui pouvait sortait très rapidement et Catherine avait une selle moulée dans son pantalon, on avait été obligé de mouler le postérieur de Catherine Zeta-Jones ce qui est tout de même exceptionnel (rires), et cette selle venait se fixer sur la tige et les deux acteurs repartaient ainsi sur la moto invisible.


DVDFR : au chapitre des séquences marquantes il y a aussi celle de la reconstitution de l’intérieur londonien du génie…

C.G. : l’idée de Philippe de Broca était que le génie était projeté dans le néant et que tout à coup autour de lui se reconstituait l’univers de Londres. On voit alors les objets voler dans la pièce et gagner leurs places respectives. J’avais convaincu tout le monde de faire ça en 3D, ce qui était un peu fou pour l’époque car la 3D était encore loin de ce qu’on connait aujourd’hui… et c’était en tous cas la première fois qu’on voyait de la 3D réaliste dans un film européen…


Vous retrouverez la suite des explications très techniques mais très accessibles et d’autres anecdotes dans le double DVD Les 1001 nuits qui sort le 7 juillet à moins de 20 €.

Les 1001 nuits - DVD

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Plus d'infos

Accès aux fiches DVDFR citées dans l'article :

(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus