ACTUALITÉ

Deauville 2004 : Collateral

Par François Chollier | Publié le
Deauville 2004 : Collateral

On attendait donc beaucoup de « Collateral ». L’histoire d’un tueur qui prend en otage un taxi afin de sillonner la ville pour exécuter ses contrats. Pouvait-on rêver pitch plus intense et plus hitchcockien ? Un pitch parfait pour un Michael Mann décidément bien inspiré…



COLLATERAL
Sortie le 29 septembre 2004

Un film réalisé par Michaël Mann


Max est taxi de nuit à Los Angeles. Un soir, un homme prénommé Vincent monte dans son véhicule. Cheveux argentés, costume gris clair, barbe discrète, mallette, gestes précis, allure dynamique et autoritaire. Un businessman, selon toute apparence, avec un emploi du temps chargé : pas moins de cinq rendez-vous à tenir dans la nuit. Max accepte de lui louer ses services jusqu’au petit matin, en échange de 600 dollars.

Premier arrêt. Vincent entre dans un immeuble. Un coup de feu éclate presque aussitôt, un corps plonge dans le vide, s’écrasant sur le toit du taxi. Vincent redescend et, sous la menace de son arme, oblige Max à dissimuler le cadavre dans le coffre.

Désormais liés l’un à l’autre, les deux hommes reprennent leur périple meurtrier. Un chauffeur de taxi, un tueur implacable, cinq « cibles » à éliminer, des agents des stups et une équipe du FBI… Leurs destins se joueront cette nuit…

Collateral

Michael Mann est un habitué des scenarii policiers. Le cinéaste s’y est depuis longtemps exercé en signant ou co-signant entre autres ceux des cultissimes séries « Police Story » et Starsky & Hutch. C’est dire si l’homme oeuvre de longue date. Au fil de ses réalisations, ses pas l’ont conduit sur le terrain métaphysique, offrant aux cinéphiles action mais aussi réflexion. Michael Mann est le champion du polar consistant. Celui qui marque. Celui dont on ne sort pas en ayant l’impression d’avoir perdu son temps. Manhunter - Le Sixième sens, Heat et Révélations ont définitivement assis sa réputation. Solidité de l’histoire, profondeur des sentiments et choc des images.

Manhunter - Le Sixième sens - DVD
 
Heat - DVD
 
Révélations (Édition Spéciale) - DVD

Dans ce bleu acier, sa teinte préférée, Michael Mann fait se rencontrer hommes et femmes, policiers et criminels, victimes et bourreaux. Dans ce bleu acier, ils sont tous logés à la même enseigne. Tous égaux devant l’adversité, devant les choix heureux ou malheureux qu’ils sont forcés de faire, ni totalement coupables ni entièrement innocents. Le bleu évite de distinguer trop clairement le blanc du noir. Pas de manichéisme, le bleu écarte pertinemment les jugements hâtifs. Condamner un criminel demande réflexion. Absoudre une victime également. Michael Mann a inventé une nouvelle perspective. Le bleu qui ne présuppose ni ne préjuge. Et dans ce bleu, l’histoire qui nous est racontée, bien que déjà vues ou déjà entendues, vibre d’un nouveau regard jamais encore porté sur le sujet.

Collateral

On attendait donc beaucoup de « Collateral ». L’histoire d’un tueur qui prend en otage un taxi afin de sillonner la ville pour exécuter ses contrats. Pouvait-on rêver pitch plus intense et plus hitchcockien ? Un pitch parfait pour un Michael Mann décidément bien inspiré. Un pitch à la hauteur de La Mort aux trousses avec tout ce que cela inclut comme ingrédients savoureux. De l’action, beaucoup d’action. Du suspens comme s’il en pleuvait et un face-à-face haletant entre Jamie Foxx, star montante, et Tom Cruise, star au sommet. Avec un scénario pareil, la voix de « Collateral » était toute tracée. D’ailleurs peut-on encore parler de scénario quand un pitch vire carrément au manuel pour réalisateurs débutants. Comment réaliser un film de ce type ? Simple : cadres fuyants, plans courts et montage cut façon techno déjantée pour obtenir une interdiction au moins de 16 ans et classer l’oeuvre dans la catégorie Thriller / Action. Avec un pitch de cette qualité, même un cinéaste manchot aurait ficelé le tout en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Collateral

Mais que serait-il resté de « Collateral » ? Une belle occasion manquée de réaliser un film profond et inspiré. Que reste-t-il aujourd’hui des « Bad Boys » et compagnie ? Un vague souvenir d’avoir autrefois entraperçu Will Smith dans un film d’action. Point. Certes, le film, à l’époque, avait répondu à nos attentes avec son cadre sur stylisé, son montage nerveux et ses séquences essoufflées. Mais quelques grammes de poussières sur la pellicule auront suffi à le faire oublier. De vision, pas de trace, de philosophie pas la moindre. Et le goût éphémère du public pour les films d’action ne fait guère plus référence à « Bad Boys » et ses clones qu’en termes peu élogieux : oeuvres sans inventivité, humour graveleux et thèmes dépassés.

Collateral

« Collateral » mérite mieux que ça et Michael Mann le sait. Pas question d’en faire un film de star, ni un nanar policier écervelé. La perspective employée par le cinéaste est une nouvelle fois inattendue. Résultat : « Collateral » éblouit ou déçoit mais ne laisse en aucun cas indifférent. Michael Mann signe un film si atypique qu’il pourrait à la limite se classer dans les oeuvres d’Art et d’Essai. C’est loin, très loin, si loin de ce à quoi la bande-annonce et le pitch nous préparaient. Le rythme est lent, les personnages fouillés, l’histoire ne s’emballe jamais et si elle prend le temps, c’est pour mieux se convulser autour de protagonistes que le hasard et des choix mauvais ont piégés. « Collateral », avant d’être un film d’action, traite par-dessus tout des sentiments humains, des rapports entre les personnes, de la haine, de la violence et de cet amour qui aurait la curieuse propriété de nous sauver.

Collateral

Au lieu de se gargariser d’action comme n’importe quel cinéaste (manchot), Michael Mann dote astucieusement ses personnages de la parole. Un particularisme surprenant pour un Blockbuster sensé être classé Thriller / action. Une évidence pourtant afin de donner aux personnages un sens à leurs motivations. Le mot est lâché : motivations, ce qui manque à la panoplie de pauvres héros monoblocs que de misérables thrillers sans imagination s’empressent de nous servir. « Collateral » prend résolument leur contre-pied. Un bonheur trop rare ! Il nous emmène au coeur de la nuit, dans les coin les plus obscurs d’une mégapole impersonnelle : Los Angeles. L’action n’est là que pour ponctuer le film. Saisir le spectateur, le faire réagir et lui injecter l’adrénaline d’un spectacle vérité. D’ailleurs Michael Mann a choisi de filmer « Collateral » en numérique. Ce n’est pas un hasard. Il émane de l’oeuvre un sentiment de proximité qui met immédiatement mal à l’aise. Peu habitués à autant de réalisme, cela finit même par nous déranger.

Collateral

Mais Mann persiste et signe dans sa détermination à réaliser un Blockbuster hors normes. Lumières crues, cadres droits (symétriques même), personnages bavards et montage étiré, « Collateral » n’en finit pas de surprendre. Classique et jazz sont majoritaires. Jungle et techno sont minoritaires. Le style est soigné sans être ultra léché. L’action y est parcimonieuse. Quant au final époustouflant, il s’arrête sur un dénouement qu’on soupçonnait (au vu des choix artistiques du film) mais que l’on n’osait imaginer. Fin audacieuse sur un plan d’ensemble qui écrase les protagonistes. Comme si Michael Mann finissait par noyer cette histoire dans l’immensité d’une ville qui n’en gardera pas trace. « Collateral » est une tragédie grecque, une pièce de théâtre qui respecte unité de temps et d’action. Une nuit, une seule aura suffi pour sceller les destinées. Quant au spectateur, Michael Mann l’aura plongé dans une intense réflexion qui se poursuivra une fois le rideau tombé.

Michael Mann poétise un film à gros budget pour en faire une errance humaine à travers les méandres de la mégalopole moderne par excellence : Los Angeles. Un parcours labyrinthique qui tient plus de la psychanalyse que de l’exutoire psychédélique. « Collateral » est une excellente surprise. Un spectacle profondément enthousiasmant. Un grand film !

Cinéma
Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Plus d'infos
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus