ACTUALITÉ

Interview : Juan Pablo Acosta, FX Artist sur "Le Parc des merveilles"

Par Stéphane Leblanc | Publié le
Interview : Juan Pablo Acosta, FX Artist sur "Le Parc des merveilles"

Dans la grande famille des effets spéciaux visuels, certains artistes se chargent « d’habiller » personnages et décors. Interview de Juan Pablo Acosta, l’un des ses artistes, à l’occasion de la sortie vidéo du « Parc des merveilles »…

Le Parc des merveilles
Le Parc des merveilles
© 2018 Paramount Animation, a Division of Paramount Pictures. All Rights Reserved.

En complément des artistes qui animent les créatures et autres personnages animés en images de synthèse, les FX Artist et Techanim se chargent d’habiller de poils, de plumes ou de vêtements ces personnages ou d’enrichir les environnements dans lesquels ils évoluent (végétation, eau, …). Un métier bien à part dans la famille des animateurs, entre techniciens et animateurs traditionnels.

Le Parc des merveilles - Blu-ray

À l’occasion de la sortie en Blu-ray et DVD du film Le Parc des merveilles, Juan Pablo Acosta, l’un des FX artists du film à qui l’on doit également certains effets visuels de X-Men : Dark Phoenix, Godzilla : Roi des monstres, Dumbo ou Aquaman, a accepter de répondre à quelques questions afin de nous éclairer sur son métier.

Juan Pablo Acosta - D.R.
Juan Pablo Acosta - Photo D.R.

DVDFR.COM - Jusqu’à présent vous êtes surtout crédité en tant que « Techanim » ou « Technical Animator », pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit exactement ?

Juan Pablo Acosta - Oui, un Technical Animator n’est pas responsable de l’animation du mouvement d’un personnage, mais plutôt de certaines de ses caractéristiques comme la fourrure, les cheveux, les vêtements, tout ce qui vient « habiller » ce personnage. Le Techanim aura aussi en charge les feuillages des arbres ou l’herbe. Donc on aborde un peu tout ce qui est « simulation ». Nous faisons partie de la famille des artistes d’effets visuels. Nous travaillons donc sur différentes choses dont les personnages ont besoin dans les films.

DVDFR - Comment êtes-vous arrivé à ce poste ? Quel a été votre chemin professionnel ?

J.P.A. - Au cours de mes études de journalisme, avec un lien particulier au cinéma, à la radio, à la télévision, j’ai été introduit à Maya, l’un des logiciels d’images de synthèse largement utilisé dans l’industrie du cinéma et je n’ai pas pu m’en décrocher, à tel point que ma thèse à porté sur ce logiciel grâce auquel j’ai réalisé un court métrage en images de synthèse. J’ai ensuite continué dans cette voie, avec au passage deux Masters, un en Angleterre et l’autre à Madrid, et ça fait maintenant 13 ans que j’ai démarré.

DVDFR - Quelle est la différence entre un Techanim et un FX Artist, votre poste sur le film Le Parc des merveilles ?

J.P.A. - Dans les deux cas on produit beaucoup de simulations, mais sur des éléments distincts. Le FX Artist va plutôt travailler sur des systèmes de particules, la pluie, l’eau, la neige, le sable. Il peut aussi travailler sur des explosions et du feu, comme dans Le Parc des merveilles, où l’une de mes séquences préférées est celle des chutes d’eau qui sont constituées de feux d’artifices, une partie très technique du film. En tant que Techanim, on ne va pas utiliser les simulations de particules, mais plutôt l’animation des éléments en contact direct avec les personnages.

Le Parc des merveilles - Séquence des chutes d'eau/feux d'artifice
Le Parc des merveilles - Séquence des chutes d’eau/feux d’artifices
© 2018 Paramount Animation, a Division of Paramount Pictures. All Rights Reserved.

DVDFR - Combien de temps cela vous prend-il pour produire tous les effets sur Le Parc des merveilles ?

J.P.A. - La production du film a duré pratiquement 3 ans et j’ai intégré l’équipe sur la dernière année. Un plan du film, du point de vue de mon travail, peut prendre une à deux semaines en fonction du retour du réalisateur ou du superviseur des effets spéciaux. En tant que FX Artist, il est d’ailleurs important de tenir compte du temps nécessaire, du temps de calcul, pour produire ces effets. Certains plans peuvent même demander plusieurs mois afin d’être achevés.

DVDFR - Abordez vous différemment votre travail selon qu’il s’agit d’un film d’animation ou d’un film live ?

J.P.A. - Dans le film live, il est impératif de tenir compte de ce qui existe déjà, de ce qui est filmé et de se calquer dessus. Le mouvement et la vitesse d’un acteur par exemple. Il nous faut suivre précisément ce qui apparaît dans ces images. Avec l’animation, même si il faut suivre l’animation d’un personnage déjà établie, ainsi que la vision du réalisateur, on a plus de flexibilité et de liberté artistique.

DVDFR - Et avez-vous une préférence entre les deux ?

J.P.A. - J’aime les deux ! Actuellement je suis très heureux de travailler sur un film live, la rythmique et les exigences sont assez différentes, mais je serai très heureux de retourner sur un film d’animation.

DVDFR - Vous êtes d’ailleurs actuellement en poste sur « The Voyage of Doctor Dolittle » qui sortira l’an prochain. Où en est votre travail sur ce film ? Et sur quels types d’éléments travaillez-vous ?

J.P.A. - Je ne peux pas en révéler grand chose puisque le film n’est pas sorti, ni sa bande-annonce. Mais je peux dire que c’est très amusant et très stimulant techniquement du fait de la présence de tous les animaux qui y figurent. La bande-annonce est d’ailleurs en cours de finalisation.

The Voyage of Doctor Dolittle - Le casting
The Voyage of Doctor Dolittle - Le casting

DVDFR - Pouvez-vous nous dire quels sont vos prochains projets ?

J.P.A. - Il y a… euh… je ne peux pas dire le titre (rires), mais c’est un projet de Disney auquel le public ne s’attend pas, ce qui sera donc une grosse surprise.

DVDFR - Quel consommateur de home cinema êtes-vous ? Portez-vous attention aux making of et autres modules sur les effets visuels ?

J.P.A. - J’aime beaucoup regarder le travail des autres et analyser ce que font les différents studios. Quand un film m’a marqué, j’aime acheter le Blu-ray ou le DVD et revoir un plan qui a un intérêt particulier à mes yeux pour le décortiquer image par image et tenter de comprendre comment il a été construit et apprendre de nouvelles techniques. J’aime assez également acheter les films sur lesquels j’ai travaillé, comme un témoignage et surtout un rappel des bons moments passés à travailler sur ces films. Et bien sûr j’apprécie énormément les making of. J’ai le souvenir de celui de Hellboy où le réalisateur décrivait ce qui allait se passer à un acteur grâce à un simple dessin sur une serviette en  papier, un cercle, un trait et une flèche… c’est fascinant de se dire qu’il va falloir ensuite transformer ce dessin en action et effets spéciaux.

DVDFR - Vous arrive-t-il de tenter de reproduire ce que vous avez vu dans ces films ou ces making of, afin d’explorer de nouvelles pistes pour vous-mêmes ?

J.P.A. - Absolument. Comme la majorité des personnes avec qui je travaille, nous avons une part d’artiste et une activité artistique en parallèle de notre travail. Certains font de la peinture, du dessin, et dans mon cas je tente de reproduire ce que j’ai vu afin d’apprendre et évoluer dans mon métier, de m’améliorer sans cesse et d’enrichir mon book de présentation.


Propos recueillis et traduits par Stéphane Leblanc pour DVDFR.COM.

Interview .
Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus