ACTUALITÉ

Les Pirates sont piratés

Par Giuseppe Salza | Publié le | Mis à jour
Les Pirates sont piratés

Disney et Netflix sont les dernières victimes du rançonnage de leurs oeuvres. Et si la mondialisation de Hollywood était elle-même la source des faiblesses exploitées par les hackers ?

Les rançongiciels ne visent pas que les postes de travail qui tournent encore avec Windows XP. L’industrie hollywoodienne du spectacle a été frappée de façon bien plus ciblée. Il y a quelques semaines, un collectif appelé The Dark Overlord a piraté et mis en ligne 10 épisodes de la saison 5 de la série Orange is the New Black lorsque Netflix a refusé de payer une rançon. Et lundi 15 mai, le PDG de la Walt Disney Bob Iger a affirmé que des pirates ont mis la main sur un film non encore distribué (selon Deadline, il s’agirait de Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar), et menacent de le mettre progressivement en ligne si Disney ne paie pas une rançon. Cette dernière a refusé de payer.


(© Walt Disney)

Les pirates ont été piratés. Mais on peut appréhender le problème d’une autre façon : Hollywood est devenue la victime de la mondialisation sauvage qu’elle a elle-même a contribué à créer. En privilégiant les optimisations fiscales qui ont multiplié le nombre des intervenants extérieurs, ils ont affaibli la protection de leurs images. Si, après l’affaire Sony, les Studios ont investi massivement dans la sécurisation de leur propriété intellectuelle, leurs fournisseurs - eux - n’ont pas les mêmes moyens pour se protéger.

La diaspora des effets visuels

Historiquement, les studios hollywoodiens étaient des usines qui fabriquaient leurs films et leurs séries de A à Z. Une première libéralisation de ce modèle a eu lieu grâce à ILM et au boom des blockbusters fantastiques depuis la fin des années 70 : la conception des effets visuels et de maquillage nécessitait une telle technicité, qu’il était nettement plus aisé de faire appel à des « FX houses » externes, plutôt que de maintenir des couteuses équipes internes. Sous l’impulsion de George Lucas et Steven Spielberg, le son et les effets sonores ont également pris leur émancipation à leur tour.

Dans les années ‘80 et ‘90, les compagnies de FX sont devenues les rockstars de l’industrie audiovisuelle de Hollywood. Mais aucun empire n’est éternel. Un superbe article paru sur le New York Times détaille les causes de la diaspora qui s’est ensuivie. Les Studios ont commencé à payer les plans de FX « par enchères » au lieu qu’en nombre d’heures. L’industrie des effets, qui n’est pas « unionisée » et n’est donc pas aussi protégée que les autres métiers du cinéma, a vu une multiplication de petites entreprises spécialisées en concurrence entre elles pour rafler les enchères. Très vite, les fortes déductions fiscales pour favoriser les investissements dans le cinéma et la TV ont créé des délocalisations sauvages. La Nouvelle-Zélande du Le Seigneur des Anneaux a eu Weta Digital. Grâce au boom de la franchise de Harry Potter, le gouvernement britannique a lancé une forte remise fiscale pour les producteurs qui confieraient les FX visuels et la postprod à Londres. Et Vancouver a renchéri en garantissant 58% de déductions fiscales pour tous les effets confiés à des entreprises de l’état du British Columbia ! Los Angeles est vite devenue un désert pour les sociétés locales d’effets spéciaux, qui ne pouvaient pas garantir un coût comparable de la main d’oeuvre, et la plupart d’entre elles - font Digital Domain - ont mis la clé sous la porte.

Oui, les effets de la mondialisation n’épargnent personne…


Orange is the New Black (© Netflix)

Plus de mondialisation = davantage d’endroits vulnérables ?

La digitalisation de l’industrie du cinéma et de la TV a rendu cela possible. Grâce à la standardisation du Digital Intermediate, tous les métiers liés à la conception visuelle et à la post-production se sont liberés de leurs contraintes géographiques. Prévisualisations, montage des effets, correction des couleurs : la localisation du fournisseur n’a plus aucune importance. Tout ce qui compte est la rapidité de la bande passante.

Jamais le mot « Hollywood » n’est devenu autant un état d’esprit plutôt qu’un lieu géographique : les blockbusters modernes sont devenus des diagrammes volumineux, qui réunissent et fédèrent les contributions de centaines de sociétés fournisseurs tierces, situées sur plusieurs continents, parfois au gré des deals et des packages fiscaux les plus excitants.

Avec le piratage et le rançonnage de leurs oeuvres, les studios hollywoodiens et les distributeurs digitaux semblent avoir découvert les maillons faibles de cette économie. Comment faire pour continuer à profiter de leurs « optimisations fiscales », et contrôler un réseau d’intervenants qui ne peut pas se permettre d’investir autant de millions de dollars en sécurisation de leurs protocoles informatiques ?

 

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
Les Sagas

Accès aux fiches DVDFr des sagas cités dans l'article

(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus