ACTUALITÉ

David Lynch fever

Par Stéphane Leblanc | Publié le | Mis à jour
David Lynch fever

Nouvelle saison de Twin Peaks ; ressorties en Blu-ray d’Eraserhead, de Twin Peaks Fire Walk With Me et de certains courts métrages ; sortie vidéo du documentaire The Art Life… 2017 est so Lynch !

David Lynch in The Art Life

Il suffit parfois d’une étincelle d’actualité pour relancer tout un buzz autour d’un cinéaste. L’étincelle est ici de taille puisqu’il s’agit du retour événementiel de la série Twin Peaks, 26 ans après son arrêt en 1991, en 18 épisodes diffusés de mai à septembre 2017. Il sera bientôt temps de reparler en détails de ce retour qui a divisé les fans, puisque la sortie vidéo française (un temps envisagée le 19 décembre) aura lieu en janvier 2018.

Mulholland Drive - DVDMulholland Drive - Blu-ray

C’est donc fort de cette actualité que divers mouvements éditoriaux ont eu lieu cette année, dont la ressortie le 6 juin 2017 de Mulholland Drive en Blu-ray (15 €) puis le 5 septembre 2017 en DVD (8,99 €) chez Studiocanal. Bénéficiant d’un nouveau master restauré et approuvé par David Lynch, cette édition propose également dans son édition Blu-ray, quelques bonus inédits dont des interviews et une scène coupée (détails dans notre fiche). La comparaison ci-dessous entre le Blu-ray de 2010 (image 1) et cette réédition (image 2), montre un master moins rougeaud, plus respectueux des tons chairs et à la définition plus douce ; ainsi qu’un gain d’image en bas et à droite du cadre.

Pas du tout imprégné de l’art de Lynch, mais tout de même porté par l’artiste et sa philosophie de vie, le DVD édité par Eagle Vision Change Begins Within, A Benefit Concert for the David Lynch Foundation (14,99 €), propose le concert donné en 2009 par Paul McCartney et toute une pléiade d’invités, et dont les bénéfices ont été versés à la David Lynch Foundation qui s’est donné, entre autres missions, « d’enseigner la méditation aux enfants en difficulté, afin qu’ils reprennent confiance en eux et changent leur vie de l’intérieur ». Lynch, pourtant musicien, ne participe pas au concert, mais l’anime en compagnie de Laura Dern. En bonus, Lynch s’entretient avec Paul MCartney, Ringo Starr, Eddie Vedder et Ben Harper.

Change Begins Within, A Benefit Concert for the David Lynch Foundation - DVD

Mais ce qui nous intéresse particulièrement aujourd’hui, c’est le travail éditorial engagé par l’éditeur Potemkine Films qui, d’octobre à décembre, propose de (re)découvrir des oeuvres fondatrices de David Lynch grâce à des éditions de grande qualité, mais aussi un documentaire sur l’artiste complet qu’il est, puisqu’en plus du cinéma, Lynch s’adonne à la musique, à la peinture et à la sculpture.

ERASERHEAD

Eraserhead, aussi connu sous le nom de Labyrinth Man, est le premier long métrage de David Lynch. Et comme c’est le cas pour un certain nombre de cinéastes avec leur première oeuvre, on peut sans sourciller affirmer que tout Lynch est dans Eraserhead. Cauchemars, angoisses, personnages en marge, créatures dérangeantes, univers parallèles, âmes écorchées, chemins initiatiques, sol au motif zigzagant… Eraserhead c’est la quintessence de ce que Lynch continuera à diluer, peaufiner, abîmer tout au long de sa carrière. Eraserhead c’est une expérience sensorielle à nulle autre pareille, une véritable invasion du cerveau du spectateur, qui se retrouve prisonnier de ce qu’il voit et entend, pendant 90 minutes d’un cauchemar éveillé qui laisse bouche bée, voire pétrifié, quand arrive le générique de fin.

Eraserhead - Jack Nance

Il faut vraiment le voir pour le croire… tel un Thésée hirsute, Jack Nance évolue dans le labyrinthe de sa propre vie et se retrouve paumé entre une fiancée hystérique, un bébé monstrueux vociférant, un poulet roti qui n’a pas l’intention de se laisser faire et une drôle de dame qui chante dans le radiateur que « Tout va bien au Paradis »… interdit aux moins de 16 ans, Eraserhead l’est autant pour son côté graphique que pour son côté traumatique. Autre signature Lynchienne, le son : cette bande sonore, entre chuintements industriels et chansonnette de la dame du radiateur aux joues boursouflées, participe grandement aux propriétés hypnotiques du film et résonne encore longtemps après son visionnage et donc, son écoute.

Eraserhead - Laurel Near

De l’édition Blu-ray (24,99 €) proposée par Potemkine Films depuis ce 3 octobre 2017, on retient en priorité la restauration 4K supervisée par Lynch lui-même, offrant ainsi au film une première édition HD française (ce master provient probablement de l’édition Criterion US de 2014) proposant des images noir et blanc d’une grande stabilité, aux contrastes redoutables et à la définition parfaite. Le son est encodé sur une piste DTS-HD Master Audio 2.0mono qui projette son ambiance perçante sur l’auditeur avec force et enveloppement malgré sa monophonie.

Eraserhead - Blu-ray + DVD

La partie bonus est assurée par la reprise d’Eraserhead Stories (2001 - 85’) parfait making of rétrospectif toujours aussi passionnant et mené par Lynch, l’intervention de Pacôme Thiellement (spécialiste de Lynch) qui éclaire brièvement (12’) sur la genèse du film, la bande-annonce originale du film (également restaurée) et un court texte de présentation du film signé Maxime Lachaud (autre spécialiste) imprimé sur l’un des trois volets du Digipack. Ce dernier accueille le Blu-ray (film + bonus), le DVD du film et le DVD des bonus. Le tout est glissé dans un fourreau.

Eraserhead - Blu-ray + DVD

TWIN PEAKS: FIRE WALK WITH ME

Après avoir stupéfié les téléspectateurs avec sa série Twin Peaks entre 1990 et 1991, David Lynch offrira à ses fans un passage sur grand écran des plus remarquables avec Twin Peaks : Fire Walk With Me, sous-titré Les 7 derniers jours de Laura Palmer en France pour un côté plus accrocheur et fixant ainsi bel et bien le film dans son statut de préquelle à la série. Si Lynch avait déjà pu surprendre avec l’ambiance nébuleuse et fantomatique de la série, il restait tout de même limité par le format et par une certaine forme d’auto-censure nécessaire à une diffusion télé. Avec le film, Lynch pu mettre son petit plat dans un grand et pousser les curseurs au maximum. Les acteurs y sont possédés, la bande sonore est encore une fois percutante et non content de ne pas répondre à toutes les questions restées en suspens après la série, il rajoute une nouvelle couche de mystères embrumés engendrant au passage des vagues quasi ininterrompues d’émotions fortes. Peur, chagrin, stupéfaction, rire nerveux.. du petit lait pour les aficionados et une grande claque cinématographique pour tout le monde.

Sur le même modèle qu’Eraserhead, Potemkine Films propose depuis ce 3 octobre 2017, le film sur Blu-ray avec bonus et sur deux DVD qui séparent film et bonus ; le tout dans un Digipack 3 volets glissé dans un fourreau (24,99 €). Bien que déjà remastérisé en 2014 pour la sortie de l’intégrale Twin Peaks - L’intégrale, le film bénéficie ici d’un tout nouveau master 4K, lui aussi supervisé par David Lynch. Les comparaisons présentes ici montrent un nouveau master (image 2) moins porté sur le rouge et avec une luminosité plus marquée. À y regarder de très près, on pourra même y trouver une définition un brin plus poussée, mais il n’y a guère qu’avec une galette 4K que le gain sera significatif.

Autre amélioration par rapport à la version coffret, la piste française passe du Dolby Digital 5.1 au DTS-HD Master Audio 5.1 avec un gain tout à fait significatif de qualité, surtout dans son ampleur et sa dynamique.

Twin Peaks: Fire Walk With Me - Blu-ray + DVD

Côté bonus, on retrouve un mix de vieilles connaissances avec Between Two Worlds (l’interview de 2014 déjà présente dans le coffret intégral), un making of promotionnel d’époque, des interviews tirées d’archives, la bande-annonce du film en version d’époque (dont la version internationale) et en version 2017 (le film est ressorti en salles), et enfin deux interventions en compagnie de Pacôme Thiellement à nouveau et Hervé Aubron (critique). Ne cherchez pas les 90 minutes de scènes coupées, elles sont toujours exclusives au coffret intégral.

Twin Peaks: Fire Walk With Me - Blu-ray + DVD

THE ART LIFE

90 minutes dans la « vie artistique » de David Lynch, c’est ce que propose le documentaire David Lynch: The Art Life, sorti lui aussi ce 3 octobre 2017. Mais plus que de parler peinture, sculpture, photo, animation, musique et cinéma, Lynch laisse les trois réalisateurs du documentaire pénétrer son intimité (on peut le voir créer dans son atelier), son histoire personnelle (il parle de sa famille et partage des images d’archives personnelles) et la naissance de sa vocation artistique. Avec un rythme très lent, David Lynch: The Art Life laisse tout le temps à la parole articulé de Lynch pour nous conter ce parcours presque inévitable et soutenu par ses parents, sa rencontre avec la peinture, le blues, Philadelphie, les moments de galère et enfin la rencontre avec le cinéma grâce à une bourse d’étude. Telle une psychothérapie, le documentaire permet à son spectateur de dérouler le fil de l’inspiration de l’artiste. Et si l’on prête bien l’oreille à chaque détail, alors la carrière de David Lynch ne revêt plus son aura de mystère, mais elle fait sens, dans toutes les dimensions qu’elle traverse. Les dernières minutes de David Lynch: The Art Life finissent au passage d’ancrer Eraserhead au rang d’oeuvre fondatrice.

David Lynch: The Art Life - DVDDavid Lynch: The Art Life - Blu-ray

Dans ses deux éditions DVD et Blu-ray (boîtiers Digipack), le documentaire est accompagné d’une présentation par Pacôme Thiellement, décidément incontournable.
Tourné en 2015, le film profite d’une captation claire et nette au niveua des images (sauf dans les moments volontairement trafiqués ou les images d’archives), ainsi qu’au niveau du son encodé en DTS-HD Master Audio qui laisse passer une parole toujours claire.

David Lynch: The Art Life - Blu-ray

THE SHORT FILMS

Pour finir, c’est par l’intermédiaire d’un leaflet glissé dans les trois titres Potemkine Films que l’on apprend que l’éditeur prépare pour le 5 décembre 2017, une réédition de The Short Films of David Lynch en DVD et Blu-ray (19,99 € chacun). Déjà éditée en 2010, cette collection de 5 courts métrages permet également d’aller au-delà des longs métrages et de plonger un peu plus profondément dans l’oeuvre de Lynch. La confirmation n’est pas encore tombée, mais puisqu’un Blu-ray est au programme de cette réédition, on imagine aisément que l’ensemble sera lui aussi remastérisé. DVDFR.COM se fera une nouvelle fois l’écho de cette réédition assez attendue car l’ancien DVD, plus édité depuis un moment, se vend désormais plutôt cher sur le marché de l’occasion.

The Short Films of David Lynch

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus