ACTUALITÉ

Disque vs digital : UltraViolet va fermer

Par Stéphane Leblanc | Publié le | Mis à jour
Disque vs digital : UltraViolet va fermer

La plateforme de gestion de copies numériques multi-éditeurs UltraViolet fermera ses portes le 31 juillet 2019, entraînant les consommateurs dans l’inquiétude de perdre l’accès à des centaines de films et séries acquis légalement…

Bandeau UltraViolet

Comme un écho à notre article d’octobre 2018, qui appuyait une fois de plus sur l’avantage fondamental du support vidéo physique face à la dématérialisation, à savoir l’acquisition définitive d’un film et de ses bonus, la plateforme multi-éditeurs UltraViolet a annoncé cette nuit qu’elle fermerait définitivement ses portes le 31 juillet 2019.

Devenues un temps quasi-systématiques chez certains éditeurs comme Warner, Universal, Sony ou Fox, les copies numériques (aussi appelées copies digitales) n’ont déjà plus le vent en poupe depuis plusieurs mois et leur présence se raréfie peu à peu.

L’idée de départ est intéressante : pouvoir profiter d’un film acheté sur support physique, sur l’ensemble de ses appareils (TV, smartphone, tablette, ordinateur…). Mais la gestion de ces copies, via des codes d’activation glissés dans les boîtiers des 4K UHD, Blu-ray et DVD, est un véritable casse-tête pour les éditeurs et représente également un coût de gestion non-négligeable. C’est pourquoi les grands studios s’étaient unis sous la bannière d’un service unique nommé UltraViolet, lancé en 2011. Il suffisait alors d’un seul site pour gérer sa bibliothèque de codes.

Coupon UltraViolet

Restait encore à jongler entre SD ou HD, VF ou VO, avec ou sans sous-titre… le tout encadré par une politique à géométrie variable qui privilégie souvent le visionnage en VF et dans une définition discutable, point final.

Depuis quelques temps déjà, certains éditeurs comme Universal ou Sony, ont commencé à faire cavalier à part, avec leurs propres plateformes, compliquant au passage la gestion d’une bibliothèque pour les consommateurs, puisqu’il faut désormais s’en remettre à plusieurs applications ou sites Internet pour accéder à sa collection qui se retrouve éparpillée entre Google Play, Flixster ou encore MyCanal.

Et avec la fermeture prochaine d’UltraViolet cet été, cette ventilation va devoir avancer à marche forcée. Le courrier UltraViolet reçu cette nuit par les utilisateurs invite d’ailleurs ces derniers à s’assurer du lien de leur collection avec ces plateformes afin de ne pas perdre les accès aux films et séries.

Il y a aussi la question des milliers de codes déjà en circulation dans les stocks présents en magasins ou sur les sites Internet de vente par correspondance. Logiquement, la plateforme de chaque éditeur sera en capacité d’accepter ces codes.

Bien évidemment, ces copies ont toujours été plus à considérer comme des bonus du support physique que comme de véritables acquisitions via un service de VOD. Cependant, la fermeture du service UltraViolet est un nouveau revers pour les défenseurs de la dématérialisation et un nouvel argument pour la conservation des supports physiques.

Commentaires
Avatar

dreamon-86
Le 1 février 2019 à 14:15

Ou un nouvel argument pour le piratage... Universal a choisi google play pour ses copies numériques depuis quelque temps maintenant et c'est pas plus mal, l'image est excellente via android tv et sur support numérique mais uniquement la vf pour l'audio, quand à Sony, les derniers blu-ray que j'ai acheté était dépourvu de copies numériques idem pour warner bros. J'ai 161 copies numériques sur l'application flixster en ce moment et je craint de les perdre definitivement le 1er aout... Les americains ont pu migrer leurs copies sur vudu mais en europe nada c'est demerde toi et basta...

Avatar

Stéphane Leblanc
Le 1 février 2019 à 16:47

À priori la plateforme Flixster est indépendante de UltraViolet. Mais comme elle appartient à Warner, il y a des chances que certains titres soient transférés à moyen terme vers d'autres plateformes propres à certains éditeurs...

À suivre.

1 personne sur 1 aime ça.
J'aime J'aime pas Signaler un abus Modifier

Avatar

Falastus
Le 1 février 2019 à 17:06

Je ne suis pas un pourfendeur de la vidéo physique. Avant la création d'Ultraviolet, j'avais déjà eu droit à des copies numériques qui ne sont aujourd'hui plus lisibles pour d'obscures raisons, certainement liées aux DRM. Ah, les vidéos dématérialisées et les DRM... Comment protéger du piratage une vidéo dématérialisée tout en alliant contraintes et déboirs pour l'acheteur ? La gestion des droits numériques, un beau foutoir ! Le monde du jeu vidéo, notamment avec Ubisoft, a eu aussi fort à faire avec les DRM... Cependant, j'avance à contre-sens de l'histoire, en étant toujours fidèle à la vidéo physique, qui chute, face à la vidéo dématérialisée.

N'empêche que, oui, la vidéo dématérialisée a des inconvénients et la fermeture d'Ultraviolet met en avant un de ceux-ci. Je reste étonné qu'aussi peu de monde se questionne sur les inconvénients du dématérialisé en général. Perdre des documents ou des achats parce qu'une plate-forme ferme, ça devrait faire réagir. Que deviendront sur Flixster mes copies numériques Ultraviolet ? Je n'en sais rien... Et l'avenir de Flixster elle-même ?

Ceci dit, Ultraviolet ne concerne que des achats définitifs. Or, ce qui fait le succès grandissant de la vidéo dématérialisée, c'est la SVOD et, dans une moindre partie, la location. La fermeture d'Ultraviolet est insignifiante et n'aura aucune conséquence dans le succès de la vidéo dématérialisée. Un utilisateur qui s'abonne à une plate-forme de SVOD n'acquiert aucune vidéo dématérialisée. Si la plate-forme ferme, il ne perd rien. Et idem pour la location, puisque c'est du visionnage temporaire.

Avatar

Ludo_88
Le 6 février 2019 à 19:09

Il y a eu il n'y a pas longtemps un article dans LAL pour dénoncer les problèmes de plus en plus récurents de ces achats physiques. On est nombreux, surtout les anciens qui ont connu le droit à la copie de sauvegarde du temps de la VHS, que lorsque l'on achète du dématérialisé, c'est pour la vie... Ben non ! En fait, on achète un droit à visionner le temps que la plateforme en qui on a fait confiance à les droits... Et nombreux sont ceux qui voient leur "droit" refusé car tel ou tel plateforme a fermé ou qu'elle a simplement perdu les droits du film...

Et quand on voit que ces achats "dématérialisés" ne coutent souvent pas beaucoup moins cher qu'un disque, cela fait réflechir... Ou pas, en se tournant plus facilement vers le piratage !

Drôle de monde...

Avatar

Falastus
Le 7 février 2019 à 00:24

Pour info, les chiffres 2018 sont tombés : le marché de la vidéo physique est en dessous des 450 millions d'euros. Par rapport à 2017, c'est une baisse de 16,4%. Il poursuit donc sa chute. C'est pour cela que si je ne suis pas un pourfendeur de la vidéo physique, je suis en revanche très réservé sur l'intérêt d'avoir créer un blu-ray 4K. Dans un marché qui s'effondre, parce que les gens se dirigent massivement vers le dématérialisé, à quoi ça sert d'avoir créer le blu-ray 4K, vendu plus cher qu'un DVD et un blu-ray classique ? J'ai ma petite idée mais les éditeurs n'y arriveront pas. Autre temps, autre moeurs. Je veux bien défendre la vidéo physique, mettre en avant tous ses avantages, mais je veux avant tout garder mes pieds sur terre.

De l'autre côté, et c'est le sujet de cette actualité, le marché digital explose : 671 millions d'euros avec les achats définitifs, la location et la SVOD, soit 60% des recettes des vidéos dans les foyers. La SVOD est bien la grande gagnante. De plus en plus d'utilisateurs s'y abonnent. C'est pour cela que les risque à la mode Ultraviolet touchent peu de monde dans la vidéo dématérialisé. Une plate-forme ferme ? Pas souci : l'abonnement s'arrête et l'utilisateur passe à une autre plate-forme. D'ailleurs, au passage, cela serait bien que la France se dote d'une plate-forme de SVOD digne de ce nom, qui puisse concurrencer Netflix. Le seul reproche qui peut être fait aux plate-forme de SVOD, c'est leurs catalogues qui ne sont pas exhaustif.

Avatar

jean-marc
Le 7 février 2019 à 10:11

Le support physique n'est que la première victime de la démat.

La télévision "classique" (payante en tête) est la prochaine. CANAL+ ne sait pas (par exemple) s'adapter à la réalité du marché, du moins pour l’instant. Trop cher pour des programmes pas forcément mieux que sur des plateformes comme NETFLIX (et probablement le truc de Disney dans quelques temps) qui eux sont à des prix bien plus raisonnables. Certes ils produisent quelques séries intéressantes à eux, mais vivent principalement sur ce que les plateformes NETFLIX et similaires veulent bien leur laisser, à savoir des films récents (mais bon y’a quoi ? 4 blockbusters par mois max, le reste étant de qualité plus ou moins bonne), et des séries d’autres chaînes US qui n’ont pas été tentés de vendre en exclue sur des plateformes de streaming.

Le gouvernement a beau autoriser le passage du cinéma sur C+ à partir de 4 mois et eux à faire des fausses promotions ça ne change rien à la donne, le contenu n’est pas à la hauteur pour le prix. Je sais bien que C+ ce n’est au final que la France (enfin bon ils sont aussi présents en Pologne et peut-être encore en Espagne sur un sat), et qu’ils ne pourront pas suivre NETFLIX, mais à eux de réfléchir à un nouveau model soit moins cher, soit plus intéressant. Là avec leurs "bouquets" qui ne sont que des redécoupages de ce qu’ils avaient avant pour des prix aussi hauts voire plus haut, ça ne pourra pas durer encore super longtemps. A vouloir essayer d’être sur tous les fronts (cinéma, série et foot hors de prix), ils ne peuvent que se rétamer. Soient ils se recentrent sur le cinéma, les séries et l’autoproduction et arborent un prix raisonnable car ils ne feront pas payer à tous les abonner le foot, soient ils se centrent sur le foot.

Avatar

jean-marc
Le 7 février 2019 à 10:16

Sinon pour la fin de UltraViolet, c'est bien fait. Je n'ai jamais aimé ce truc. J'avais plein de bons pour avoir la version numérique sur leur plateforme, mais je ne les ai jamais prises. Je préférais quand les blurays proposaient un chargement définitif sur l'apple store, où là je le prenais. Bien pratique sur tous mes iBidules. Mais les version UltraViolet c’était une belle fausse bonne idée, l’histoire m’a donné raison.

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

Partager
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus