ACTUALITÉ

Interview : Vincent Paul-Boncour (Carlotta Films)

Par Stéphane Leblanc | Publié le | Mis à jour
Interview : Vincent Paul-Boncour (Carlotta Films)

Suite au prix Curiosité 2020 décerné par le jury DVD/Blu-ray du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de télévision pour le Coffret Ultra Collector de « Phase IV », Vincent Paul-Boncour, cofondateur et dirigeant de Carlotta Films répond à DVDFR.COM.

Carlotta Films, créée en 1998 pour la distribution de films en salles, concentrée sur le créneau du cinéma de patrimoine, s’est ouverte en 2002 à l’édition vidéo, le deuxième socle son activité actuelle. DVDFR.com a suivi de près le développement de l’édition vidéo avec la critique de l’édition numérotée de Salò ou les 120 jours de Sodome de Pier Paolo Pasolini, le premier DVD sorti par Carlotta Films à l’automne 2002, en même temps que Pier Paolo Pasolini - La Trilogie de la vie : Le Décaméron + Les Contes de Canterbury + Les Mille et une nuits.

Vincent Paul-Boncour, cofondateur et dirigeant de Carlotta Films, lauréate (voir notre article) du Prix Curiosité 2020 décerné par le jury DVD/Blu-ray du Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de télévision pour le Coffret Ultra Collector de Phase IV, l’unique long métrage de Saul Bass, le génial créateur de génériques, est interrogé par Philippe Gautreau, chroniqueur sur DVDFR.com et membre du jury DVD/Blu-ray.

Vincent Paul-Boncour (Carlotta Films)
Vincent Paul-Boncour (Carlotta Films)
Crédit photo : © Aurélie Lamachère | 75e cérémonie de remise des Prix SFCC de la Critique 2020

Philippe Gautreau : Carlotta va-t-elle rester dans le créneau des films de patrimoine ?

Vincent Paul-Boncour : Carlotta Films continue de se spécialiser dans l’édition et la distribution de films de patrimoine, sans s’interdire des « coups de cœur » pour des œuvres récentes, telles Bergman, mode d’emploi de Jane Magnusson, sorti en 2018 (Prix du meilleur DVD/Blu-ray récent en 2019) ou Le Complexe de Frankenstein de Gilles Penso et Alexandre Poncet, sorti en 2017 (Prix Curiosité en 2017), ou encore 20 000 jours sur Terre de Iain Forsyth et Jane Pollard, sorti en 2014. Une structure a été créée pour la distribution des nouveautés, Bodega Films, Carlotta tenant à préserver son identité éditoriale.

PhG : La réduction de l’activité de distribution entraînée par la fermeture des salles a-t-elle été partiellement compensée par l’édition vidéo ?

VPB : Non. Ceux qui n’ont pas pu voir les films en salles se sont retournés vers la VOD, ce qui n’a pas eu d’impact sur les ventes des DVD et Blu-ray qui touchent un public différent. Carlotta Films n’a créé que récemment sa propre plateforme VOD, en mars 2020, Le Vidéo Club, certains des films qu’elle distribue étant aussi diffusés sur d’autres plateformes. Quelques titres sur support physique sont aussi proposés en VOD, en fonction des droits de diffusion, mais cela reste marginal.

PhG : Le catalogue de Carlotta contient d’assez nombreux films inédits sur support physique…

VPB : Oui, même des films jamais sortis en France, comme L’Héritage des 500 000, l’unique film réalisé par Toshirô Mifune.

PhG : Vos bonus vidéo inédits sont produits par Allerton Films. Est-ce une filiale de Carlotta Films ?

VPB : Non, c’est une société que j’ai créée, mais sans lien juridique avec Carlotta Films. Indépendante, elle fournit ses prestations à d’autres éditeurs en France et à l’étranger.

PhG : Certaines éditions paraissent audacieuses. Je pense notamment à Sátántangó de Béla Tarr, atypique à tous égards, notamment pour sa durée de 7h20. Il ne doit attirer que peu d’amateurs.

VPB : Carlotta a, dès l’origine, été intéressée par des films et des cinéastes hors normes, par l’œuvre de Rainer Werner Fassbinder, par La Condition de l’homme de Masaki Kobayashi, d’une durée de 9h30, par OUT 1 de Jacques Rivette… par des œuvres insolites, exceptionnelles qui ont leur public.

La Condition de l'Homme - Blu-ray

PhG : Parmi les 18 titres de la collection Coffret Ultra Collector, certains ont vite été épuisés, comme L’Année du dragon, qui n’est pourtant pas le meilleur film de Michael Cimino ; d’autres sont toujours en stock, comme Alfred Hitchcock - Les Années Selznick avec ses quatre films. Quel temps moyen faut-il pour amortir l’investissement ?

VPB : Le coffret Hitchcock a été édité en deux versions, Blu-ray et DVD, donc à beaucoup plus d’exemplaires. Le tirage peut varier de 2 000 à 3 000 d’une édition à l’autre. De plus, L’Année du dragon est sorti un an avant le coffret Hitchcock. Mais on a réussi à installer une collection répondant aux attentes des cinéphiles. La durée d’amortissement du coût d’édition est variable. Mais, autant un film récent peut s’oublier vite, autant un film de patrimoine permet de travailler sur la durée. Les films des éditions épuisées de la collection restent toujours accessibles en édition single, sur DVD et Blu-ray.

PhG : Le prochain titre de la collection ?

VPB : Vient d’être annoncée la sortie prochaine du film de François Truffaut, Le Dernier métro, qui sera le premier film français de la collection. Cette édition apportera une nette plus-value sur les précédentes, avec un nouveau master, un livre et des suppléments inédits.

PhG : Avez-vous pu estimer l’impact sur les ventes des prix du SFCC et des articles dans la presse écrite ou sur l’Internet ?

VPB : Nous avons été souvent primés : le Prix Curiosité pour Phase IV est le quatrième d’affilée, après ceux décernés à Le Complexe de Frankenstein de Gilles Penso et Alexandre Poncet en 2017, à Cinq et la peau de Pierre Rissient en 2018 et à Donnie Darko de Richard Kelly en 2019 ! S’il est difficile d’estimer l’impact d’une récompense sur les ventes, il donne à l’éditeur un argument de communication : le prix à Donnie Darko nous a permis, dès le lendemain de son attribution, de rebondir avec une offre spéciale dans notre boutique en ligne. Ce qui prime, c’est le travail de l’éditeur dans ses relations avec la presse, les réseaux sociaux et les sites Internet. Le relais donné par la critique est, sans aucun doute, important, notamment pour faire découvrir des films à un public nouveau, « non captif ».

Phase IV - Ultra Collector - Blu-ray + DVD + Livre

PhG : J’ai remarqué dans votre boutique en ligne une offre groupée de plusieurs titres, le pack mensuel.

VPB : Nos éditions sont disponibles sur toutes les plateformes commerciales. Mais nous avons lancé, en septembre 2020 dans notre boutique en ligne, l’offre groupée de toutes les éditions d’un mois, à prix réduit et avec des cadeaux, dans le but de fidéliser une clientèle, de la familiariser avec notre ligne éditoriale. La première offre, en septembre, associait SátántangóLes Révoltés de l’an 2000 et 5 Pink Films, des titres qui ne visent pas le même public mais peuvent ouvrir à l’acheteur de nouveaux horizons, une des missions de l’éditeur.

PhG : J’ai, dans ma collection, deux de vos éditions auxquelles je tiens particulièrement, La Porte du paradis de Michael Cimino et Boro - Walerian Borowczyk - Coffret, deux coffrets respectivement sortis en 2013 et en 2017. Se sont-ils bien vendus, en dépit d’un prix assez élevé ?

VPB : L’édition de La Porte du paradis répondait à une forte attente et s’est facilement vendue. Celle des films de Walerian Borowczyk s’adresse à un cercle plus étroit de cinéphiles.

PhG : Quelles ont été vos plus grandes satisfactions ?

VPB : La fabrication du coffret La Porte du paradis, un projet fou et un de nos meilleurs moments. Cette remarquable édition a été un travail exaltant, une collaboration avec le réalisateur qui nous avait prêté sa « bible », le script annoté de sa main, auquel il tenait tant qu’il restait auprès de nous pendant que nous le scannions. Mais il y a aussi toute la collection Coffret Ultra Collector, le travail effectué depuis quinze ans sur le cinéma japonais, notamment sur les films de Yasujirō Ozu, la contribution à la découverte de films inédits de Rainer Werner Fassbinder et de ses séries Berlin Alexanderplatz et Huit heures ne font pas un jour, la sortie de L’Aurore de Murnau, un de nos premiers DVD et un de nos grands succès qui a fait découvrir ce film à un nouveau public…

PhG : Et, sur une note plus sombre, vos plus grandes déceptions ?

VPB : Je n’en vois pas. On sait d’avance comment vont être accueillies certaines éditions visant un public plus étroit, plus exigeant. Nous n’avons pas été surpris de voir que Christine se vendait plus facilement que le coffret Borowczyk. Certaines éditions n’ont pas bien marché, mais aucun titre ne me revient en mémoire. Les déceptions, on les oublie vite ! On butte plus fréquemment sur des difficultés avec le cinéma français contemporain, nos cinéphiles étant plus attirés par le cinéma italien, japonais et américain.

Christine - Ultra Collector - Ultra HD 4K + Blu-ray + DVD + Livre

PhG : Une conclusion ?

VPB : Nous sommes ravis d’avoir, une fois encore, obtenu le Prix Curiosité et nous apprécions que le Syndicat Français de la Critique de Cinéma et des films de télévision intègre, dans le cadre de ses récompenses annuelles, les livres et les créations pour la télévision et se soit intéressé à la vidéo peu après l’apparition du DVD, dont on annonce depuis longtemps la mort, mais toujours vivant, un support physique qui permet d’ajouter, sous diverses formes, des compléments au film.

Interview
Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus