ACTUALITÉ

Tobe Hooper, clap de fin à la tronçonneuse

Par Giuseppe Salza | Publié le | Mis à jour
Tobe Hooper, clap de fin à la tronçonneuse

Le réalisateur culte de Massacre à la tronçonneuse, Poltergeist, Les vampires de Salem et Lifeforce est décédé à 74 ans, quelques semaines après Romero…

Massacre à la tronçonneuse
Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chainsaw Massacre, 1974)


Les années ‘70 sont un souvenir lointain et nous rappellent que l’horloge biologique sonne pour leurs cinéastes. Tobe Hooper, le réalisateur de Massacre à la tronçonneuse, Poltergeist ou Lifeforce (L’étoile du mal), est décédé le 26 août 2017 à l’âge de 74 ans. Sa mort suit d’un mois et demi celle de George A. Romero et de 2 ans celle de Wes Craven. La génération des auteurs du new horror cinema paie un lourd tribut aux affres du temps.

Les nouveaux visages du cinéma horror

Le nouveau horror était un cinéma de cauchemars en plein air, qui troque les monstres classiques par de nouveaux goules qui se multiplient dans les coins obscurs de la société industrielle. Romero filme ses zombies. Wes Craven déniche des psychopathes en campagne ou dans le désert radioactif (La Dernière maison sur la gauche (1972) et plus tard La Colline a des yeux (1977)). Carpenter est encore en train de rallonger son film de fin d’études. David Cronenberg s’apprête à explorer les mutations de la chair. Et Tobe Hooper s’attaque à l’un des tabous de la société moderne.

Massacre à la tronçonneuse
Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chainsaw Massacre, 1974)

S’inspirant des méfaits du serial killer Ed Gein, le jeune cinéaste texan tourne en 1974 avec un groupe d’amis Massacre à la tronçonneuse (The Texas Chainsaw Massacre), un survival movie où un groupe d’adolescents est traqué par une famille dégénérée de bouchers cannibales, et qui reste l’un des 10 films d’horreur les plus influents de l’histoire du cinéma. Leatherface devient l’un des nouveaux visages du cinéma horror, Marilyn Burns est le prototype des futures scream queens, et l’oeuvre indépendante devient l’un des films les plus rentables en salles. En Europe, Texas Chainsaw fut interdit pendant 8 ans en France et pendant un quart de siècle (!) au Royaume-Uni. On peut désormais le revoir en version restaurée à 4K issue d’une copie présentée à Cannes en 2014 pour son 40ème anniversaire.

Le troisième film de Tobe Hooper (son premier, un fantasy hippie intitulé Eggshells (1969), demeure inédit) est Le Crocodile de la mort (Eaten Alive, 1976) où le propriétaire d’un motel miteux tue ses clients et file les cadavres à son crocodile de compagnie (vous pouvez deviner comment ça va finir…). Trois ans plus tard, il réalise pour la TV la minisérie Les Vampires de Salem (Salem’s Lot, 1979), qui demeure l’une des adaptations les plus réussies de Stephen King.

Majos Studios & Go-Go Boys : les gros budgets de Tobe Hooper

Au début des années 80, dans sa période « Majors », Tobe Hooper tourne pour Universal le slasher movie Massacres dans le train fantôme (The Funhouse, 1981), paru récemment en Blu-ray restauré. Il est suivi en 1982 par Poltergeist, une oeuvre hybride et iconique qui dévoile à la fois le sens du merveilleux de Steven Spielberg (scénariste et producteur), et le regard nihiliste de Tobe Hooper. Avec ses deux suites, Poltergeist traîne la réputation d’être une des franchises les plus poissardes du cinéma. Est-ce la raison pourquoi la France doit se contenter d’un DVD édité en 2000 alors qu’il est sorti depuis longtemps en Blu-ray restauré aux Etats-Unis ?

Poltergeist
Poltergeist (1982)


Tobe Hooper signe ensuite un contrat de trois films avec la Cannon de Menahem Golan et Yoram Globus. Le premier Lifeforce (L’étoile du mal) (1985), un opus de sci-fi horror à gros budget qui ne trouva pas son public à son époque, mérite un deuxième regard pour les grands moyens mis à la disposition du cinéaste, des effets spéciaux impressionnants et la plastique de rêve de Mathilda May (qui se promène dans son simple appareil pendant la première demie-heure), plus le montage européen Director’s Cut présent sur le Blu-ray français. Son remake Invaders from Mars (1986) demeure inédit en vidéo en France. Le troisième film est Massacre à la tronçonneuse 2 (1986), la suite attendue du chef-d’oeuvre de Hooper, avec Dennis Hopper dans une prestation haute en couleurs.

Lifeforce
Lifeforce (1985)

Gone but not forgotten

La période dorée du cinéaste est passée. Les films se font rares (Spontaneous Combustion (1990), The Mangler (1995), Toolbox Murders, Mortuary (2005) …) et Tobe Hopper délaisse le grand écran pour le petit, avec plusieurs réalisations pour Histoires fantastiques, Masters of Horror ou Dark Skies : L’impossible vérité. Au cours de la dernière décennie, Hooper était quasiment à la retraite (son dernier film, Djinn (2013), n’est jamais sorti en France), mais ses « classiques horror » ont été salués à nouveau par Nicolas Winding Refn et une nouvelle génération de cinéastes. Tobe Hopper a fait ses adieux, mais la vie de ses oeuvres continue.

Poltergeist

 

Commentaires

Personne n'a encore réagi à cet article. Soyez le premier !

Ajouter un commentaire

Pour commenter, connectez-vous à l'aide de votre compte DVDFr ou Facebook

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus