My Movie Project (2013) : le test complet du Blu-ray

Movie 43

Réalisé par Bob Odenkirk
Avec Elizabeth Banks, Kristen Bell et Halle Berry

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 06/11/2013
Critique

Un célèbre acteur d’Hollywood approche un grand studio de cinéma avec une idée de scénario qui, selon lui, a le potentiel de devenir le film le plus rentable au monde.

Richard Gere, Halle Berry, Gerard Butler, Anna Faris, Hugh Jackman, Justin Long, Johnny Knoxville, Christopher Mintz-Plasse, Seann William Scott, Emma Stone, Kate Winslet, Dennis Quaid, Greg Kinnear, Seth MacFarlane, Liev Schreiber, Naomi Watts, Chris Pratt, Kieran Culkin, Kate Bosworth, Jason Sudeikis, Uma Thurman, Kristen Bell, Chloë Grace Moretz, Stephen Merchant, Terrence Howard, Elizabeth Banks et Josh Duhamel réunis dans un même film sous la direction - entre autres - de Griffin Dunne, Elizabeth Banks, Steven Brill, Brett Ratner ??? Mais comment est-ce possible ??? My Movie Project, titre « français » du film Movie 43, est une comédie à sketches réalisée sur 3 ans et demi avec un budget dérisoire de 5 millions de dollars, reliés entre eux par un fil conducteur très faible centré sur un scénariste sans talent (Dennis Quaid) qui essaye de vendre plusieurs histoires à un producteur qui s’en fout (Greg Kinnear).

Cette comédie hallucinante portée par des stars qui ont voulu s’amuser - et gratuitement précisons-le - repousse les limites en matière de vulgarité et touche à tous les sujets qui font habituellement peur aux américains, y compris l’inceste. Le film a d’ailleurs été interdit aux moins de 17 ans non accompagnés chez l’Oncle Sam, aux moins de 12 ans dans l’Hexagone.

Scatologique, ultra-vulgaire, obscène, parfois même nauséabond (voir la partie avec Naomi Watts qui emballe son fils, oui vous avez bien lu), My Movie Project a semble-t-il été réalisé pour démontrer jusqu’où le cinéma américain peut aller en terme de comédie au ras des pâquerettes. Pourtant, on se surprend à rire à de multiples reprises, on l’avoue. C’est le cas du sketch réalisé par Peter Farrelly montrant un rendez-vous galant entre Kate Winslet, que nous n’avons jamais vue aussi mauvaise et néanmoins jamais aussi drôle, et Hugh Jackman affublé de testicules pendantes sur le cou avec ses poils pubiens qui tombent dans sa vichyssoise. Sur ce postulat de départ, Peter Farrelly (également producteur sur l’ensemble du film) s’avère être celui qui maîtrise le mieux son élément comique en usant de gros plans ou réactions de ses personnages avec brio.

Citons également en vrac : Anna Faris qui demande à son compagnon Chris Pratt (son vrai mari à la ville) de lui déféquer dessus par amour, Richard Gere qui caresse un iPod en poupée gonflable (un iBabe) au risque d’y laisser des doigts puisque la ventilation se fait par le vagin, une séance de speed dating hallucinante à Gotham City convoquant Batman, Robin, Loïs Lane, Superman, Supergirl, Le Pingouin, Wonder Woman à l’instar d’un sketch du Saturday Night Live (l’un des musts du film), Gérard Butler se transforme en leprechaun et se fait rosser par Johnny Knoxville et Seann William Scott, Halle Berry fait du guacamole avec ses seins, Josh Duhamel emballe un chat pervers de dessin animé.

Alors oui, c’est souvent complètement puéril, honteux, inégal, débile, graveleux, mais on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il y a quelque chose de révolutionnaire et d’audacieux dans ce bidule. Aujourd’hui, My Movie Project est en lice pour devenir le film le plus mauvais de tous les temps, mais avant de juger nous vous prions de le visionner, car que l’on adhère ou pas du tout, une projo vaut nettement le détour.

Généralités - 4,0 / 5

Le test a été réalisé sur check-disc. Le menu principal de My Movie Project est animé et musical.

Bonus - 2,5 / 5

L’éditeur propose une version alternative du film (98’), proposée en version anglaise DTS-HD Master Audio 5.1, sous-titrée en français. La seule différence par rapport à l’autre version, provient de l’histoire qui lie les sketches entre eux. Ici, une bande de trois nerds boutonneux, obsédés, cheveux gras dans le cou et peau luisante, se font des crasses entre eux et déclenchent la fin du monde avec leur ordinateur en recherchant un film intitulé Movie 43. Au fil de leur recherche, ils découvrent quelques films interdits de diffusion dans certains pays.

En plus d’un lot de bandes-annonces et des liens internet traditionnels, nous trouvons également un sketch inédit (5’) avec Julianne Moore et Tony Shalhoub. Un couple recherche désespérément leur fille, ou plutôt la poitrine de leur fille avec l’aide d’un détective privé qui les filme avec son appareil photo. Pour faire avancer l’enquête, le mari et la femme montrent plusieurs photos et une vidéo sur lesquelles leur fille se promène toujours topless. Que dire de plus ?

Image - 4,5 / 5

Les différents chefs opérateurs ayant officié sur les sketches ne s’encombrent pas de partis pris esthétiques extraordinaires et livrent des photos passe-partout qui s’intègrent bien les unes avec les autres. Le transfert HD renforce les contrastes et la luminosité des séquences en extérieur, un léger grain est palpable sur certains aplats, la colorimétrie est riche, vive et chatoyante, le piqué probant et les ambiances tamisées flatteuses. Seules certaines séquences en intérieur ne sont pas autant définies, sans pour autant que les détails s’en trouvent amoindris aux quatre coins du cadre. Metropolitan prend autant soin de l’apport HD pour ses comédies que pour un blockbuster, ce qui n’est pas le cas chez les autres éditeurs.

Son - 4,0 / 5

My Movie Project n’est pas à proprement parler d’un film à effets, mais les pistes anglaise et française DTS-HD Master Audio 5.1 parviennent à distiller ici et là quelques ambiances musicales plaisantes. La spatialisation est concrète dès l’apparition des logos des maisons de production. En revanche, au jeu des différences, la version anglaise l’emporte sur son homologue du point de vue ardeur, homogénéité des effets et délivrance de la musique. Dans les deux cas, les frontales sont en pleine forme, les enceintes latérales délivrent un lot modéré d’ambiances.

Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles, ainsi qu’une piste française Audiodescription 2.0.

Crédits images : © Metropolitan

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 3 novembre 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
My Movie Project
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus