Colt 45 (2014) : le test complet du Blu-ray

Réalisé par Fabrice Du Welz
Avec Gérard Lanvin, JoeyStarr et Alice Taglioni

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 28/01/2015
Critique

Armurier et instructeur de tir à la Police Nationale, Vincent Milès est expert en tir de combat. À seulement 25 ans, ses compétences sont enviées par les élites du monde entier mais dans la plus grande incompréhension de la part de ses collègues, Vincent refuse obstinément d’intégrer une brigade de terrain. Son destin bascule le jour où il fait la connaissance de Milo Cardena, un flic trouble, qui va l’entraîner dans une incontrôlable spirale de violence, plaçant Vincent au centre d’une série d’attaques à main armée, de meurtres et d’une féroce guerre des polices opposant son parrain, le commandant Chavez de la BRB, à son mentor, le commandant Denard de la BRI. Pris au piège d’une véritable poudrière, Vincent n’aura pas d’autre choix qu’embrasser son côté obscur pour survivre…

Dire qu’on attendait impatiemment le retour du cinéaste Fabrice Du Welz derrière la caméra est un euphémisme. Depuis six ans et son merveilleux Vinyan, le réalisateur de Calvaire devait faire son grand retour avec le thriller Colt 45 tourné en 2012, d’après un scénario de Fathi Beddiar (ancien journaliste de Mad Movies), avec au casting les tronches de Gérard Lanvin, JoeyStarr, Simon Abkarian et celle d’un inconnu Ymanol Perset, le tout produit par Thomas Langmann et sa Petite Reine pour un budget confortable de plus de 12 millions d’euros.

Seulement Colt 45 a connu un tournage houleux imputable à un budget finalement réduit qui a conduit Fabrice Du Welz à se passer de séquences jugées trop coûteuses. Ajoutez à cela les deux têtes d’affiches qui refusaient de se rendre sur le plateau en présence du cinéaste, le cinéaste Frédéric Forestier appelé à la rescousse pour finir le film avec beaucoup de retard et vous voilà devant un beau « gâchis ».

Cela est d’autant plus frustrant que Colt 45, présenté dans un « montage de producteurs » sans l’accord et de toute façon renié par Fabrice Du Welz (et par son scénariste Fathi Beddiar), s’avère tout de même un polar sombre, sec et brutal, excellemment mis en scène, cadré, photographié et interprété, malgré quelques évidents raccourcis. Ce n’est qu’après avoir appris les conditions de tournage, que l’on se met à rêver au put*** de bon film qui nous a filé sous le nez. Car tout y est réuni pour faire de Colt 45 un vrai film policier populaire, vraiment.

Dès son générique à la Police Python 357, Colt 45 happe le spectateur, joue habilement avec les archétypes et jongle tout aussi judicieusement avec les clichés du genre pour mieux les détourner et se concentrer sur la figure du jeune Vincent Milès, incarné par Ymanol Perset (vu dans la série Engrenages et La Désintégration de Philippe Faucon), véritable révélation du film. Une arme de guerre dissimulée dans la carapace d’un mec de 22 ans, sensible, sans doute trop pour ce boulot, qui va être plongé malgré lui sur le terrain dont il s’est toujours éloigné jusqu’à maintenant. Un vrai récit initiatique se déroule alors parallèlement à une enquête passionnante menée par des personnages ambigus - mention spéciale à JoeyStarr, étonnant une fois de plus - et paumés dans la guerre interne des polices.

Il faut voir le mot « gâchis » dans le sens où Colt 45 aurait effectivement pu devenir une vraie référence du genre, à l’instar du Convoyeur de Nicolas Boukhrief dont on retrouve la même griffe, loin des navets ampoulés d’Olivier Marchal. Colt 45 sort durant l’été 2014, deux ans après son tournage, dans l’anonymat général et n’attire que 65.000 spectateurs dans les salles. S’il n’en demeure aujourd’hui que le spectre, il serait dommage de passer à côté car il y a plus de cinoche dans ces 80 minutes que dans tous les ersatz du genre réunis qui pullulent habituellement sur les écrans.

Généralités - 4,0 / 5

Le Blu-ray de Colt 45 repose dans un boîtier classique de couleur bleue. La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le menu principal est chiadé, animé et musical.

Bonus - 2,5 / 5

Nous ne referons pas ici l’étalage de la production houleuse de Colt 45, tout est expliqué dans notre critique et nous préférons nous concentrer sur le produit livré, mais ce n’est pas une surprise, le making of (20’) présent en bonus n’y fait jamais allusion et montre au contraire une ambiance détendue où tout le monde s’aime et prend apparemment beaucoup de plaisir sur le plateau. Fabrice Du Welz est un vrai meneur d’hommes et son énergie est évidente quand il est à son affaire, y compris avec les comédiens, en particulier avec le jeune Ymanol Perset. Ce dernier apparaît également à travers des bribes d’interviews où il fait part de son manque de confiance en lui et de l’opportunité de porter un tel film sur ses épaules. Les images de tournage sont présentes, les acteurs se passent la pommade, le cahier des charges est rempli.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce et les credits du disque.

Image - 4,5 / 5

Le master HD (1080p) de Colt 45 édité par Warner restitue habilement les volontés artistiques du talentueux chef opérateur Benoît Debie (Irréversible, Calvaire, Vinyan, Spring Breakers) en conservant un très léger grain cinéma, des couleurs à la fois chaudes et froides, souvent très saturées, des contrastes léchés ainsi qu’un relief constamment palpable. Ces volontés artistiques sont rudement prises en charge pour le passage du film sur le petit écran. La compression AVC consolide l’ensemble avec brio, les détails sont légion sur le cadre large et les visages des comédiens, le piqué est aiguisé, les noirs denses, les blancs cramés et la copie éclatante. Les nombreuses séquences nocturnes jouissent également d’une belle définition, même si les détails se perdent quelque peu.

Son - 4,5 / 5

Le confort acoustique est total grâce à une piste française DTS-HD Master Audio 5.1. souvent explosive. Les voix sont claires et limpides sur la centrale, la spatialisation musicale est systématique, les basses énergiques pour les séquences d’action et la balance frontale dynamique. Les latérales assurent tout du long en distillant constamment de nombreux effets et ambiances naturelles. Les affrontements, les fusillades, les entraînements vous permettront d’explorer chaque recoin de votre installation. La piste DTS-HD Master Audio 2.0 saura aisément satisfaire celles et ceux qui ne seraient pas équipés sur la scène arrière.

Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles, ainsi qu’une piste Audiodescription.

Crédits images : © Roger Arpajou/La Petite Reine

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 26 janvier 2015
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Colt 45
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus