Zombie Ass (2011) : le test complet du Blu-ray

Zonbi asu

Édition Premium

Réalisé par Noboru Iguchi
Avec Arisa Nakamura, Mayu Sugano et Asana Mamoru

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 08/04/2015
Critique

Photo Zombie Ass

Megumi veut profiter d’un road trip dans la forêt japonaise. Mais c’était sans compter sur la tourista historique de sa copine top model suite un abus de poisson contaminé par des parasites aliens ! Voilà qui suffit à déclencher une invasion de zombies émergeant des toilettes, en ayant après le popotin de Megumi et ses amis. Pour contrer cette invasion nauséabonde, la jeune fille est forcée d’user de son arme ultime : la maîtrise de la puissance de ses pets destructeurs !

Alors ça gaze ?

Le réalisateur Noboru Igushi est un fou, génial, mais complètement barré, le chaînon manquant entre John Waters et Álex de la Iglesia. Le roi du gore Made in Japan à qui l’on doit Machine Girl ou RoboGeisha, signe avec Zombie Ass une ode déjantée au mauvais goût, qui ose tout : zombies pervers, tentacules sexy, flatulences à gogo, top models dénudées et petites culottes en coton en pagailles. Ce sommet d’humour trash, scatologique et déjanté vaut son pesant de cacahuètes. Ne vous faites pas de sushis, le spectacle est assuré.

Zombie Ass, tout est dans le titre. Alors qu’elle est prise de colique à cause d’un ver ingéré qui est supposé l’aider à maigrir pour devenir top-model, Maki (Asana Mamoru) trouve refuge dans «  la cabane au fond du jardin  », se soulage après un concert impressionnant de flatulences et donne naissance à des zombies qui surgissent de la fosse septique… s’ensuit une lutte acharnée des personnages principaux (quasiment tous abrutis) contre ces revenants qui bataillent en se lançant des excréments, qui entraînent des vomissements et sorties de vers géants par l’anus (des vers nécro-anaux pour être exact) des protagonistes. Et ce n’est qu’un résumé vraiment succinct de Zombie Ass, sous-titré Toilet Of The Dead.

Photo Zombie Ass

Il faut vraiment le voir pour le croire tant Noboru Igushi explose les tabous et les limites du mauvais goût à l’aide d’un budget somme toute limité, mais qui redouble constamment d’ingéniosité à l’aide d’effets spéciaux numériques factices mais rigolos, dans le ton du film. On regarde Zombie Ass, les yeux révulsés, la bave écumante, avec le sentiment d’assister à quelque chose de cul-te. On a d’abord honte, puis on est exaspéré, outré, puis on se marre, on s’esclaffe, puis on se roule par terre.

Rien n’arrête Noboru Igushi qui n’a de cesse de repousser les limites de… tout, en y allant à fond (on pourrait dire fondement ici), tout en testant celles du spectateur. C’est totalement régressif et c’est pour cette raison que c’est génial. Un conseil, évitez de manger avant, ou alors faites vous une bonne poêlée de fayots pour vous créer une séance interactive du genre Sushi Typhoon… et en odorama. Oui bon, j’arrête.


Photo Zombie Ass

Technique - 7,75 / 10

Le Blu-ray de Zombie Ass repose dans un boîtier classique de couleur blanche, glissé dans un surétui cartonné. Le visuel de la jaquette est très attractif. On apprécie le «  Ça va péter !  » en guise d’accroche ! Vive la collection Sushi Typhoon ! On compte tout de même deux fautes d’orthographe dans la première phrase du résumé (fôret et japonnaise). Le menu principal est animé sur une des séquences du film, en version française.

Pour découvrir la collection susmentionnée, vous aurez l’embarras du choix en ce qui concerne les bandes-annonces des titres disponibles chez l’éditeur. D’ailleurs vous n’aurez que cela en guise de suppléments, avec une galerie de photos issues du film.

Zombie Ass bénéficie d’un master HD 1080p qui remplit son cahier des charges sans se forcer, mais avec efficacité. Le piqué est probant même si pas aussi acéré qu’espéré, les effets numériques artificiels passent difficilement le cap du plus petit écran. Les séquences en extérieur sont mieux définies avec une profondeur de champ palpable, des contrastes assurés et une colorimétrie riche et bigarrée. La photo paraît parfois légèrement vaporeuse entraîne de minuscules pertes de la définition, constatables sur quelques gros plans et les séquences trop agitées. Mais rien de rédhibitoire.

Deux mixages DTS-HD Master Audio 5.1 japonais et français à peu près équivalents. Si la piste française se montre plus ardente que son homologue du point de vue délivrance des dialogues, la balance frontale est dans les deux cas dynamique et les latérales suffisamment immersives. Point d’esbroufe inutile ici, le spectacle acoustique est assuré aux moments opportuns, le caisson de basses se mêle allègrement à la partie durant les scènes de bastons…et de flatulences spatialisées de manière étonnante. Vous voilà prévenus ! Le confort est indéniable pendant 1h25. La musique quelque peu bourrin est systématiquement spatialisée.

Photo Zombie Ass

Crédits images : © Splendid Film GmbH

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
7,75 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
2
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 26 avril 2015
Des culs, de l'humour scato, des japonaises fighteuses court vétues, des parasites aliens qui rappellent Frissons de Cronenberg et zombifient ses victimes. Pas aussi extrême que The Human Centipede, Zombie Ass tient néanmoins toutes ses promesses. A voir au dixième degré... si vous avez l'estomac solide.
Avatar
Franck Brissard
Le 31 mars 2015
A voir pour le croire...Pour faire vite il s'agit d'un film de zombie scato réalisé par un John Waters japonais, qui combine vomi, excréments, sang et vers géants qui vous sortent par...vous avez compris...Un gros délire mais déconseillé aux âmes sensibles...

Lire les avis »

Multimédia
Zombie Ass
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)