Alleluia : le test complet du DVD

2014. Réalisé par Fabrice Du Welz
Avec Laurent Lucas, Lola Dueñas et Stéphane Bissot

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 15/05/2015
Critique

Photo Alleluia

Lorsque Gloria accepte de rencontrer Michel, contacté par petite annonce, rien ne laisse présager la passion destructrice et meurtrière qui naîtra de leur amour fou…

Révélé en 2004 avec son premier long métrage Calvaire, sélectionné à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2005, le réalisateur Fabrice Du Welz confirme ce coup d’essai en coup de maître avec le merveilleux Vinyan en 2007, tourné en Thaïlande avec Emmanuelle Béart et Rufus Sewell, sélectionné à la Mostra de Venise en 2008. S’ensuit Colt 45, tourné en 2012 avec Gérard Lanvin et JoeyStarr, thriller que le cinéaste finira par renier (pour en savoir plus reportez-vous à notre chronique) et qui sort sur les écrans deux ans plus tard.

Afin de se «  rincer  » de cette déconvenue (euphémisme), Fabrice Du Welz décide de revenir à une production plus indépendante avec Alleluia, une libre adaptation d’un fait divers sordide qui a défrayé la chronique aux Etats-Unis à la fin des années 1940. Il s’agit de l’histoire des meurtriers Martha Beck et Raymond Fernandez, baptisés par la presse américaine The Lonely Hearts Killers, responsables de la mort d’une vingtaine de femmes de 1947 à 1949, déjà transposée au cinéma en 1970 par Leonard Kastle avec Les Tueurs de la lune de miel, ainsi qu’en 2006 par Todd Robinson dans Coeurs perdus avec Salma Hayek, Jared Leto et John Travolta.

Alleluia est un superbe objet de cinéma (le grain de la pellicule 16mm est magnifique), un film fou, sexuel, sauvage, romanesque, ponctué de gore et avant tout une histoire d’amour frappadingue génialement interprétée par Laurent Lucas, qui fout vraiment les pétoches, et Lola Dueñas, ahurissante. Fabrice Du Welz retrouve donc Laurent Lucas, transfiguré, dix ans après Calvaire pour ce qui est annoncé comme étant le second volet d’une trilogie dite «  ardennaise  ».

Dans Alleluia, l’humour noir côtoie le sordide et la violence, le gore et la passion amoureuse avec une petite touche de fantastique et même de poésie, un cocktail explosif et énergique merveilleusement mis en scène, monté et dirigé de main de maître par un réalisateur ambitieux, qui aime et vit pour le septième art, en pleine possession de ses moyens. Voilà le vrai cinéma français, celui qui ravit les yeux, qui remue les tripes, celui qui a des c…… !

Inclassable, déconseillé aux âmes sensibles, indispensable pour les autres.

Photo Alleluia

Généralités - 3,5 / 5

Le test du DVD d’Alleluia, édité chez Wild Side, a été réalisé sur un check-disc. Le menu principal est animé et musical et le visuel de la jaquette semble reprendre celui de l’affiche du film.

Bonus - 3,0 / 5

Les six scènes coupées (9’) n’apportent rien et leur intérêt s’avère franchement limité. Certaines prolongent quelque peu la jalousie de Gloria la nuit quand Michel l’abandonne pour faire ses petites affaires…

Ne manquez pas les entretiens passionnants de Lola Dueñas (4’), Helena Noguerra (6’) et Laurent Lucas (5’) qui évoquent leur collaboration avec Fabrice Du Welz, les personnages, leur préparation, le tout illustré par de très belles images du tournage.

Le making of (10’) est court, mais bien fichu, constitué d’images issues du plateau, du réalisateur à l’oeuvre avec les comédiens et d’interviews de l’équipe.

L’interactivité se clôt sur une galerie de photos, la bande-annonce et les credits du disque.

Photo Alleluia

Image - 3,5 / 5

Point d’édition HD française pour le film de Fabrice Du Welz et c’est bien dommage… L’image d’Alleluia en DVD est néanmoins fidèle à celle découverte lors de leur sortie dans les salles. Le tournage a été effectué en 16mm afin de capter les variations de la lumière naturelle et de créer une atmosphère grumeleuse, parfois presque fantastique. Les partis pris esthétiques originaux sont respectés, les contrastes manquent de concision surtout sur les scènes sombres où les noirs paraissent bouchés, le grain est bien géré et flatteur, la colorimétrie froide, mais la clarté, même si elle bouffe les détails, est de mise.

La propreté est indéniable, tout comme la stabilité, bien que divers flous, de légers moirages et un piqué quelque peu émoussé demeurent notables tout du long. Cependant, cet aspect brut renforce l’intimité avec les personnages et respecte les volontés artistiques du réalisateur. Du très bon boulot de la part du Chat noir hérissé.

Son - 4,0 / 5

Le mixage DTS 5.1 instaure un excellent confort acoustique en mettant la musique en avant, tout en délivrant les dialogues avec ardeur, sans jamais oublier les effets et ambiances annexes. Quelques basses soulignent également quelques séquences. La piste Dolby Digital 2.0 s’en donne également à coeur joie, se révèle dynamique et même percutante dans son genre.

Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles, ainsi qu’une piste Audiodescription.

Photo Alleluia

Crédits images : © Kris Dewitte

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 7 mai 2015
Fabrice Du Welz (Calvaire, Vinyan) revient avec un film fou, sexuel, sauvage, romanesque, ponctué de gore et avant tout une histoire d'amour frappadingue génialement interprétée par Laurent Lucas et Lola Dueñas.

Lire les avis »

Multimédia
Alleluia
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus