Au long de rivière Fango

Au long de rivière Fango : le test complet du DVD

1975. Réalisé par Sotha
Avec Emmanuelle Riva, Rufus et Patrick Dewaere

Édité par Tamasa Diffusion

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/06/2017
Critique

Au long de rivière Fango

Jérémie et Bleed arrivent à cheval au bord du Fango, un torrent du maquis corse. Là où Mathilde a acheté un grand terrain sur lequel vit une petite communauté, loin de la société de consommation et de ses règles. Bleed annonce à Mathilde qu’elle est la mère qui l’a abandonné peu après sa naissance…

Il souffle sur Au long de rivière Fango un vent parfumé d’arômes soixante-huitards. Rien d’étonnant à cela : c’est le premier film de Sotha, Catherine Signaux pour l’état civil, la créatrice du Café de la Gare qui a fourni la plupart des acteurs : Patrick Dewaere, Rufus, Romain Bouteille, Christine Dejoux… auxquels se sont jointes Emmanuelle Riva et Elisabeth Wiener.

« Un métier, c’est quand on fait toujours la même chose ? »

Au long de rivière Fango tire l’idée de son scénario de la vie personnelle de Patrick Dewaere qui a appris, à l’âge adulte, qu’il n’était pas le fils biologique de Pierre-Marie Bourdeaux qui l’avait reconnu après son divorce d’avec Mado Maurin, sa mère. Sotha était, au moment du tournage, l’épouse de Patrick Dewaere dont la compagne, Miou-Miou, avec laquelle il avait noué une relation amoureuse pendant le tournage du film de Bertrand Blier, Les Valseuses, attendait de mettre au monde leur fille Angèle, dans le confort d’une maison d’un hameau voisin.

Au long de rivière Fango

La petite communauté a substitué ses propres règles à celles qui gouvernent le reste de la société : elle se réunit au crépuscule pour écouter la lecture d’un chapitre du livre qu’écrit Nathaniel (Romain Bouteille) sur un rouleau de tissu… parce que le papier, ça craint l’eau. Sage précaution, puisqu’on couche à la belle étoile si le temps le permet ou, si la couleur du ciel se fait menaçante, dans une cahute… mais pas toujours dans la même ! Cependant, tout n’est pas oublié de la vie d’avant : le lavage du linge est volontiers laissé aux femmes et la promiscuité qui s’impose n’empêche pas à la jalousie de s’exprimer.

Disparu des écrans depuis des lustres, Au long de rivière Fango ressort dans une version restaurée, projetée depuis peu au Brady au moment où nous écrivons ces lignes.

Dans une alternance de dialogues et de chansons, pour la plupart écrites par les participants au film, ponctuée par des extraits de symphonies de Beethoven, des relations se nouent et se dénouent entre les personnages sous l’œil d’une caméra sagement tenue, dans une succession de plans fixes avec quelques travellings.

Une bonne idée de Tamasa de tirer de l’oubli le témoignage d’une époque de joyeuse remise en cause des traditions !

Au long de rivière Fango

Technique - 6 / 10

Au long de rivière Fango (107’) tient sur un DVD-9 logé dans un boîtier de 14 mm.

Des suppléments généreux :

L’art et les restes (7.33:1, 10’) : scènes de vie dans un camp installé dans le maquis corse, sous la chaleur de la fin mai et début juin 1974, commentées par une parodie de journal du tournage, le plus souvent lu par Romain Bouteille, donnant l’heure des repas, les horaires du tournage et des conseils pratiques : « fraîcheur annoncée, prenez une petite laine », etc. Travelling arrière avec la caméra sur une Méhari poussée à la main… L’ambiance d’un camp de vacances ! Suivent Trailer « Les Matous sont romantiques » (2’), un autre film de Sotha avec l’équipe du Café de la Gare, sorti en 1981, et Patrick dans Les Matous (1’) une courte scène du film avec Patrick Dewaere et Henri Guybet.

Feuilletage (9’) : Sotha, Rufus, Christine Dejoux et Jacky Sigaux feuillettent, 44 ans après le tournage, un album de photos de Au long de rivière Fango et se souviennent de la réalisation de la version anglaise, qui suivait, prise après prise, celle de la version française. Les sourds-muets en anglais (4’) : trois scènes de la version anglaise, donnent, au passage, la mesure du travail de restauration de l’image, notamment sur les couleurs.

Vient après, Le monologue des robots (7’) : Patrick Dewaere, en toge bleue sur la scène du Café de la Gare, évoque en bafouillant le futur du monde qui, dans mille ans, sera peuplé d’hommes, de cyborgs et de robots et donne les clefs qui permettront de distinguer les uns des autres. Amusant, malgré la mauvaise qualité de l’image et du son.

Au long de rivière Fango

Glissom Butreu (Pour du beurre) (16’), un court métrage de Sotha, avec Myriam Mézières, Philippe Manesse, Jean-Michel Haas, Romain Bouteille et Patrick Dewaere, entassés dans une caravane, dissertent sur le « glissom butreu » (le lait de chèvre) dans un sabir semblant inventé par eux, heureusement sous-titré. Leur discussion est interrompue par un homme qui tire sur eux, son fils les ayant désignés comme les voleurs du poste de télévision.

La jaquette fait état d’une restauration 2K. Mais un message, sous le mot « fin », nous prévient : « Ce film a été tourné entièrement en lumière naturelle, en son direct et en heures supplémentaires ».

Résultat : L’image (1.66:1), stable, soigneusement débarrassée de toutes griffures et autres poils, offre des couleurs étonnamment fraîches. Tout serait parfait sans un terrible manque de netteté, aggravé par la subsistance de bruit vidéo : pas toujours évident de reconnaître les traits des acteurs dans les plans larges avec une définition rappelant celle des cassettes VHS. La faute n’est probablement pas imputable à la restauration, mais à la qualité de la source.

Le son, lui aussi, a été nettoyé : pas de craquements audibles, mais un peu de souffle, difficile à éliminer complètement sans dénaturer l’original. Le spectre est relativement étroit vu l’âge du film et les moyens techniques utilisés, probablement rudimentaires. Autre problème, dont nous avons été avertis : le son direct avec tous les bruits de la nature, surtout celui du vent !

Au long de rivière Fango

Crédits images : Tamasa

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
6 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 19 juin 2017
Au long de rivière Fango, c’est la vie une petite communauté soixante-huitarde racontée par la troupe du Café de la Gare. Un témoignage rafraîchissant d’une époque de joyeuse remise en cause des traditions !

Lire les avis »

Multimédia
Au long de rivière Fango
Autre

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus