Vaiana, la légende du bout du monde : le test complet du Blu-ray

Moana

2016. Réalisé par Ron Clements

Édité par Walt Disney France

Voir la fiche technique

Critique

Vaiana

Il y a 3 000 ans, les plus grands marins du monde voyagèrent dans le vaste océan Pacifique, à la découverte des innombrables îles de l’Océanie. Mais pendant le millénaire qui suivit, ils cessèrent de voyager. Et personne ne sait pourquoi… Vaiana, la légende du bout du monde raconte l’aventure d’une jeune fille téméraire qui se lance dans un voyage audacieux pour accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple. Au cours de sa traversée du vaste océan, Vaiana va rencontrer Maui, un demi-dieu. Ensemble, ils vont accomplir un voyage épique riche d’action, de rencontres et d’épreuves… En accomplissant la quête inaboutie de ses ancêtres, Vaiana va découvrir la seule chose qu’elle a toujours cherchée : elle-même.

« Je ne suis pas une princesse ! »

Quand on s’appelle Disney et qu’un part non négligeable de ses revenus provient du merchandising, on a intérêt à utiliser les bonnes vieilles recettes pour attirer le jeune public dans ses filets. Mais il ne faudrait pas non plus oublier de tenter de se démarquer de cette image gluante du film-de-Noël-qui-chante, tandis que la concurrence soigne une image plus « cool » ou plus moderne…

Pris entre ces deux intentions, le studio de Mickey explore de nouvelles pistes au gré des derniers longs métrages. Et tandis que Les Nouveaux héros ou Les Mondes de Ralph vient s’aventurer sur des terrains plus masculins, voire geeks, La Reine des neiges ou aujourd’hui Vaiana, continuent de surfer sur un filon plus féminin, dans la grande tradition des « princesses Disney ».

Et si l’héroïne ici présente se défend d’être une princesse (on entend surtout la volonté des réalisateurs de ne pas être confinés au genre), il faut bien admettre qu’elle conserve certains tics irritants, dont le plus fameux : le chant.

Vaiana

Vous vous êtes déjà surpris à vous laisser aller à un moment lyrique au moment d’entreprendre un grand changement dans votre vie ?… Il est fort dommage que Disney se « force » encore à tomber dans ce piège alors que le reste de son film tient vraiment la route, fait preuve d’un humour redoutable et transmet le plus fidèlement possible les racines de toute une culture.

Sans parler de la technique éblouissante, le film de Ron Clements et John Musker (Aladdin, La Petite sirène, Hercule), qui officient pour la première fois dans le 100% synthétique, possède en effet un charme fou et son héroïne (moins anorexique que les précédentes) capte très facilement l’attention du public comme celle de son compère d’aventure, le demi-dieu Maui.

Mis à part quelques anachronismes et dérives de langage assez modernes, le film est véritablement imprégné de cette culture du Pacifique hautement rafraîchissante qui sort des stéréotypes des contes de fées européens.

Pour Clements et Musker, l’heure est en tout cas à la synthèse : la magie et l’humour décalé d’Aladdin, l’amour de l’océan de La Petite sirène et le côté mythologique d’Hercule… tout ce que le duo à pondu de meilleur se retrouve ici condensé dans un voyage initiatique qui aurait mérité de se déployer encore un peu plus dans son côté enraciné tout en laissant tomber les chansons que l’on voit arriver en serrant les dents.

Reste une belle tranche de rigolade, quelques moments bien barrés (notamment la scène avec Tamatoa, le crabe égocentrique) et surtout des images à couper le souffle qui repoussent encore les limites de ce dont est capable l’animation en images de synthèse.

Vaiana

Généralités - 2,5 / 5

Même avec un gros succès, le Blu-ray de Vaiana n’a droit qu’à un simple boîtier standard. Les menus sont en revanche animés spécialement pour l’occasion sur fond de musique du film.

Bonus - 4,0 / 5

Bel équilibre dans cette sélection de bonus qui alterne moments posés et gags publicitaires.

Outre le passionnant commmentaire audio (sous-titré) des deux réalisateurs (bonus incontournable pour les amateurs d’animation), le making of Les voix des îles du Pacifique enchante par sa forme tranquille, son discours enthousiaste et ses témoignages émouvants de natifs des îles qui ont non seulement nourri l’inspiration du film, mais ont surtout été garant de sa cohérence culturelle.

Séparés du making of, on trouve quelques featurettes qui s’attardent sur les challenges techniques présentés par les choix artistiques du film. Vraiment passionnant.

L’aspect musical étant donc incontournables, quelques modules lui sont consacrés, abordant l’inspiration et le lien avec les chants traditionnels. Une chanson coupée est abordée, un clip du titre How Far I’ll Go est proposé, ainsi qu’un clip multilingue de cette même chanson au sein du film, car Disney aime bien rappeler son universalité.

On s’amuse aussi dans ces bonus avec des séances de questions/réponses parfois décalées des membres de l’équipe du film, ou encore une chasse aux easter eggs, ces petites références à d’autres oeuvres que les artistes aiment glisser dans l’image.

Pour une fois, les scènes coupées valent le détour. Présentées à l’état de storyboard car rejetées assez tôt dans le processus de narration, la majorité de ces scènes montre bien cette recherche de profondeur des personnages, ce chemin plus sérieux que souhaitent parfois prendre les réalisateurs. Certaines de ces scènes auraient vraiment mérité leur place dans le montage final.

Comme de coutume, Disney fait la place aux courts métrages avec cette fois une mini aventure de Maui et Vaiana sans grand intérêt, mais surtout le très drôle et très inspiré Raison, déraison de Leonardo Matsuda, une sorte de Vice-versa condensé où l’on voit les organes (coeur, cerveau, …) d’un employé de bureau qui se chamaillent pour savoir ce qu’il y a de fondamental dans la vie. À ne pas rater.

Vaiana

Image - 5,0 / 5

Directement issues des ordinateurs du studio, les images de Vaiana sont bien évidemment parfaites pour le Blu-ray. Mais ce qui rend ce film encore plus spectaculaire pour les yeux, c’est le soin apporté aux éclairages, aux profondeurs de champ, aux effets de réfraction au travers de l’eau… un travail technique de très haute tenue qui trouve ici un beau répondant avec un encodage AVC soigné qui n’en perd pas une miette. Il va sans dire que ce genre de films va être le candidat idéal pour promouvoir les capacités des Blu-ray UHD 4K. En attendant, ce Blu-ray en « simple K » régale franchement la rétine.

Vaiana

Son - 4,5 / 5

Ce n’est pas encore un score parfait, mais Disney soigne de plus en plus les pistes françaises de ses Blu-ray. Ici, le doublage est encodé en DTS-HD High Resolution Audio sur 7.1 canaux avec un bel équilibre entre ambiances sonores, dialogues nets et basses incontournables. La VOST encodée pour sa part en DTS-HD Master Audio 7.1 retrouve tous ces éléments avec une pointe de finesse en plus.

Pour la petite histoire, et pour d’obscures raisons de ressemblance avec une « héroïne » loin des canons de Disney, le nom original « Moana » a été remplacé dans bon nombre de pays par « Vaiana ». Disney a même poussé le souci d’éradication du nom Moana en faisant enregistrer une « VO alternative » aux acteurs américains qui utilisent donc ici le nom Vaiana. Les puristes fans de Disney auront donc l’obligation de recourir à l’importation si ils veulent pouvoir profiter de la « véritable version originale » où Vaiana s’appelle bien Moana.

Vaiana

Crédits images : © 2016 Disney. All Rights Reserved.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
1
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Ludo_88
Le 8 mai 2017
Une 3D top démo comme je n'en ai pas vu depuis très longtemps qui arrive a vous surprendre avec ses jaillissements et sa texture de toute beauté. Une image magnifique avec des couleurs a tomber... Une technique au top tout comme la bande son, même n'étant que DTS HRA... Un régal.
Tout comme l'histoire, assez inhabituelle chez Disney mais que ne renierait pas les studio Ghibli... Un clin d’œil à Miyazaky ?
Une réussite totale. Reste un habillage (sérigraphie du disque 2D, menus) indigne.
Avatar
Stéphane Leblanc
Le 5 mai 2017
Sans parler de la technique éblouissante, le film de Ron Clements et John Musker (Aladdin, La Petite sirène, Hercule), possède un charme fou et son héroïne (moins anorexique que les précédentes) capte très facilement l’attention du public comme celle de son compère d’aventure, le demi-dieu Maui.

Lire les avis »

Multimédia
Vaiana, la légende du bout du monde
Teaser VF
Vaiana, la légende du bout du monde
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus