Les incroyables aventures de Wallace & Gromit : le test complet du DVD

2001. Réalisé par Nick Park

Édité par DreamWorks France

Voir la fiche technique

Critique

La naissance de Wallace & Gromit s’est faite grâce à un projet de court métrage de fin d’études de Nick Park.
C’est à cette époque qu’Une grande excursion est né.
L’histoire d’un bricoleur invétéré doublé d’un amoureux du fromage accompagné de son fidèle chien, Gromit. A court de fromage et en quête d’une destination originale pour leurs vacances, ils décident de construire une fusée et de partir sur la Lune qui est, tout le monde sait ça, composé de fromage…
Dans Un mauvais pantalon, Wallace à court d’argent, décide de louer une chambre de la maison. Vient alors un pingouin très étrange qui non content de squatter la chambre de Gromit, s’empare des commandes du pantalon électronique destiné aux promenades de Gromit, et le transforme en outil d’un cambriolage dans lequel Wallace se trouve embarqué malgré lui…
Dans Rasé de près, Wallace n’a pas abandonné sa passion du bricolage, mais pour arrondir les fins de mois, il s’est spécialisé dans le nettoyage de vitres avec Gromit comme assistant.
C’est en allant nettoyer les vitres de la boutique de laine qu’il rencontre Wendolène dont il tombe amoureux. Mais Wendolène est elle aussi accompagné d’un chien, un chien pour le moins étrange qui pourrait bien être pour quelque chose dans toutes ces histoires de disparition de moutons qui causent une pénurie de laine dans la région…
Techniquement parfaits (surtout les deux derniers), ces films sont un véritable concentré d’humour, d’aventure, de poésie et de références au cinéma. A savourer sans fin, à décortiquer encore et encore, petits et grands ne pourront plus s’en passer !

Généralités - 2,0 / 5

Rien de bien formidable. Menu très simple. Sérigraphie et intérieur de jaquette sympathiques.
Mais le pire de tout : pas de sous-titre français ! Pour les non-anglophones, ce sera donc la version française calamiteuse ou rien ! Pour ceux qui auraient quelques notions, un sous-titre anglais pour sourds et malentendants sauvera l’honneur.

Bonus - 0,0 / 5

Rien ! Le néant total ! Ce n’est pas dans mon habitude de faire ce genre de comparaison, mais tout de même, le zone 1 et le zone 2 britannique embarquait toute une cargaison de making of, dessins préparatoires, publicités inédites en France, etc …
Une honte ! Merci DreamWorks !

Image - 4,0 / 5

Sans être une merveille, c’est plutôt bien encodé. Un petit manque de finesse à déplorer, mais rien qui nuit au spectacle.

Son - 4,0 / 5

Une simple stéréo. Alors que là aussi, nos voisins américains et britanniques avaient droit (au moins sur les deux derniers films) à du son Surround. Le résultat est évidemment décevant car manquant de pêche et de profondeur.
Plus que jamais, et à moins d’être vraiment allergique à l’anglais, je déconseille fortement les versions françaises qui sont tout simplement affreuses et d’une platitude affligeante.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony 16/9 70 cm
  • Pioneer 626
  • Yamaha RX-V393RDS
  • kit enceintes & caisson Yamaha NSP-300

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus