Phantasm : L'intégrale I II III IV V : le test complet du Blu-ray

Phantasm + Phantasm 2 + Phantasm III: Lord of the Dead + Phantasm IV: Oblivion + Phantasm: Ravager

Édition Collector

2016. Réalisé par Don Coscarelli
Avec A. Michael Baldwin, Reggie Bannister et Angus Scrimm

Édité par ESC Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 08/12/2017
Critique

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Mike, 13 ans, remarque un sinistre croque-mort dans le cimetière de Morningside. Certains croient que cet homme aux pouvoirs stupéfiants, le Tall Man, est le fruit de l’imagination de Mike. Le danger s’avère pourtant bien réel. Mike et son ami Reggie, le marchand de glaces, vont conjuguer leurs efforts pour tenter de mettre hors d’état de nuire le Tall Man et les créatures maléfiques qui l’assistent dans ses menées destructrices…

La saga Phantasm créée par Don Coscarelli, est composée de cinq volets, jusque-là inédits en France (sauf le troisième que TF1 Vidéo avait édité en 1999). Le premier, Phantasm, sort en 1979. Neuf ans passeront avant la sortie du deuxième, assez logiquement intitulé… Phantasm II. Une nouvelle pause avant la sortie, en 1994, du chapitre suivant, Phantasm III : Le Seigneur de la Mort (Phantasm III: Lord of the Dead), puis, en 1998, de Phantasm IV : Aux sources de la Terreur (Phantasm IV: OblIVion). Le dernier volet, Phantasm V : Ravager, sera réalisé en 2016 par David Hartman, avec la complicité active de Don Coscarelli, coscénariste et producteur.

Édités par ESC Éditions en association avec Sidonis Calysta, les deux premiers chapitres, Phantasm et Phantasm II, sont tombés dans nos bacs en juin 2017, sous deux présentations : DVD single et une édition limitée Combo Blu-ray + DVD sous boîtier métal, avec plus d’une heure de bonus vidéo inédits et un livret de Marc Toullec.

Les trois derniers volets, Phantasm III : Le Seigneur de la Mort (1994, 91 minutes), Phantasm IV : Aux sources de la Terreur (1998, 90 minutes) et Phantasm V : Ravager (2016, 85 minutes) sont désormais disponibles, mais uniquement dans la présente intégrale sortie… quelques heures seulement avant la nuit de Halloween !

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Don’t believe everything you see!

« Ne croyez pas à tout ce que vous voyez ! » Ce conseil, plusieurs fois donné dans la saga, souligne l’originalité de l’univers qu’elle a créé, dans lequel les frontières entre rêve et réalité sont mal tracées, dans lequel des personnages réapparaissent après leur mort, dans lequel s’ouvrent des portes vers d’autres dimensions… Nous ne reviendrons pas sur le détail des commentaires faits à l’occasion de la sortie de Phantasm et Phantasm II, les deux premiers chapitres d’une suite qui emprunte à plusieurs genres, le fantastique, l’horreur, la science-fiction, voire le western dans Phantasm IV : Aux sources de la Terreur dont une partie de l’action se déroule dans la Death Valley.

Il y a aussi les personnages, à commencer par l’inquiétant Tall Man, iconique de la série, interprété par Angus Scrimm, disparu en janvier 2016, à l’âge de 90 ans, avant la sortie de Phantasm V : Ravager. Et les autres, Reggie, Mike et son frère Jody, interprétés, de 1979 à 2016, par les mêmes acteurs que l’on voit vieillir, chapitre après chapitre.

Et puis, il y a les décors, particulièrement les couloirs sombres du columbarium de style mauresque parcourus par les redoutables sphères qui percent les cranes et vous laissent exsangues en quelques instants… le temps qu’il faut, cependant, pour faire durer les geysers d’hémoglobine et amortir les effets spéciaux.

Des effets spéciaux faits de bouts de ficelles, qu’ont dû imaginer le réalisateur et ses équipes pour faire avec leur maigre budget, 3 millions de dollars pour Phantasm II et seulement 300 000 dollars pour Phantasm. Cela n’empêchera pas les spectaculaires tonneaux d’une voiture et quelques explosions dantesques dans les derniers opus.

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Généralités - 4,0 / 5

Phantasm : L’intégrale I II III IV V contient six disques : cinq Blu-ray, un par film, et un DVD-9 de bonus.

Le menu animé et musical de chaque disque propose les films en haute définition (1080p, AVC) :

- Phantasm au format DTS-HD Master Audio 5.1 pour la version originale (Dolby Digital 2.0 pour le doublage en français),
- Phantasm II au format audio DTS-HD Master Audio 2.0 pour la version originale (Dolby Digital 2.0 pour le doublage en français),
- Phantasm III : Le Seigneur de la mort au format DTS-HD Master Audio 5.1 pour la version originale (Dolby Digital 2.0 pour le doublage en français),
- Phantasm IV : Aux sources de la terreur au format DTS-HD Master Audio 5.1 pour la version originale (Dolby Digital 2.0 pour le doublage en français),
- Phantasm V : Ravager dans sa seule version originale, au format DTS-HD Master Audio 5.1.

Est inclus dans le coffret un intéressant livret inédit de Marc Toullec intitulé Au cœur de Phantasm (152 pages) sur la genèse et la réalisation de la saga. Nous renvoyons, pour son analyse, au test des éditions « collector » de Phantasm et Phantasm II.

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Bonus - 5,0 / 5

Chaque disque propose son lot de suppléments.

Phantasm, une présentation du film par Guy Astic et Julien Maury (inédit, 20’), un entretien avec Don Coscarelli et Angus Scrimm (1979, 28’), Angus Scrimm à la Fangoria de 1989 (10’), une bande-annonce et une galerie de photos.

Phantasm II, présentation du film par Guy Astic et Julien Maury (inédit, 27’), Gory Days : autour du film (22’, 2005), une bande-annonce et une galerie de photos.

Nous ne reviendrons pas sur ces bonus, présentés dans le test, publié en juillet 2017, de Phantasm et Phantasm II.

Phantasm III : Le Seigneur de la Mort propose en bonus Phantasm genesis (18’) montrant comment Don Coscarelli et son groupe d’amis ont conçu des effets spéciaux spectaculaires avec les moyens du bord, mais en prenant leur temps : cascades avec voitures, l’attaque des mains, l’autopsie d’un vivant…, une bande-annonce et une galerie de photos.

Phantasm IV : Aux sources de la Terreur propose Les coulisses du tournage (11’) où l’on voit les bouts de ficelles utilisés, des fils de nylon, qui soutiennent les sphères métalliques en lévitation, puis l’explosion d’un corbillard, son conducteur transformé en torche vivante…, une bande-annonce et une galerie de photos.

Phantasm V : Ravager propose Sur le tournage (10’), avec une comparaison entre des scènes filmées et le storyboard, une course-poursuite, des torrents de sang, Phantom Ravager, une minute avec le réalisateur (1’) pour la présentation d’une nouvelle sphère, un bêtisier (9’), un teaser, une bande-annonce.

Mais c’est sur le DVD de bonus, le sixième disque du coffret, qu’on trouve l’essentiel des bonus, réalisés en 2005.

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Fantasmagoria (98’, 1.78 :1, en anglais avec sous-titres). Don Coscarelli et ses complices, Paul Pepperman chargé des effets spéciaux du premier film, les acteurs Reggie Bannister, Michael Baldwin, Bill Thornbury et, bien entendu, Angus Scrimm, l’inquiétant Tall Man qui surgit quand on ne l’attend pas, évoquent le tournage des quatre films. Celui du premier, Phantasm, s’est étalé sur deux ans, financé par les parents du réalisateur dont la mère faisait office de maquilleuse. On parle de la fameuse Plymouth Barracuda 1971, de la fabrication des sphères, toujours plus sophistiquées, des démêlés avec la censure émue par l’abondance de scènes sanglantes, de l’affiche du film avec le fameux slogan « If this one doesn’t scare you, you are already dead! » (si ce film ne vous fait pas peur, c’est que vous êtes déjà mort !) L’équipe se souvient du succès commercial du premier film, de la jouissance qu’éprouvait Don Coscarelli à voir sursauter les spectateurs, du sentiment d’opulence donné par le budget, pourtant modeste, de 3 millions dollars pour le deuxième film, mais aussi du revers de la médaille, l’ingérence des producteurs, de la réapparition de Michael Baldwin dans Phantasm III (il avait été remplacé, à la demande de la production, par James Le Gros), du retour à l’esprit du premier film pour Phantasm IV qui dut être tourné en seulement 23 jours en raison d’un budget serré, de la musique du film, du thème obsédant de Fred Myrow et des effets sonores de Christopher Stone qui nous présente un instrument très étrange, le waterphone

Phantasmagorical mystery tour (13’) nous fait revisiter, en compagnie de Reggie Bannister, les principaux lieux de tournage : la maison de la diseuse de bonne aventure, Chatsworth Park, là où furent posées les stèles du cimetière, la grille d’entrée en fer forgé du mausolée de Morningside et même la Planète Rouge, filmée avec un filtre rouge sur l’amoncellement de pierres du barrage de Santa Fe.

Pour finir, des scènes coupées (3’).

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Image - 4,5 / 5

L’image de chacun des films (1.85:1, 1080p, AVC), sans laisser paraître le moindre défaut de compression, assure une excellente netteté, avec des couleurs très chaudes (des tons de peau parfois un peu trop rouges), des contrastes fermes, des noirs assez denses qui peuvent, dans les deux premiers films, avoir occasionnellement une légère tendance à se boucher.

Son - 4,0 / 5

La version originale est proposée, pour tous les films, au format DTS-HD Master Audio 5.1, sauf pour Phantasm II, resté au format originel DTD-HD MA 2.0. La qualité du remixage en multicanal du premier film devrait faire tomber les objections des puristes.

Les dialogues sont toujours d’une grande clarté, avec une excellente dynamique, un accompagnement musical sans saturations, tout ça sans dénaturation de la bande-son originale.

Et, cerise sur le gâteau, tous les effets sonores, qui contribuent largement à l’étrangeté de l’œuvre, jouent maintenant pleinement leur office en se déplaçant tout autour du spectateur. Même celui qui ne dispose pas d’une installation multicanal appréciera l’efficace séparation des deux voies centrales. L’utilisation des voies surround est particulièrement spectaculaire pour Phantasm IV.

En comparaison, le doublage en français DTS-HD MA 2.0 mono de tous les films (sauf Phantasm V, présenté dans sa seule version originale) paraît bien étriqué.

Phantasm : L'intégrale I II III IV V

Crédits images : © Starway International Inc., Silver Sphere Corporation

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 8 décembre 2017
Voilà l’intégrale, encore inédite, de la saga imaginée en 1979 par Don Coscarelli, créateur d’un univers insolite, hanté par d’étranges créatures, où rêve et réalité se confondent, avec des portes ouvertes vers une quatrième dimension…

Lire les avis »

Multimédia
Phantasm : L'intégrale I II III IV V
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus