Illégitime : le test complet du DVD

Ilegitim

2016. Réalisé par Adrian Sitaru
Avec Adrian Titieni, Alina Grigore et Robi Urs

Édité par Damned Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 24/01/2017
Critique

Illégitime

Victor, un obstétricien, préside un repas de famille bien arrosé. L’ambiance se gâte quand Sasha, l’un des quatre enfants, annonce qu’elle a découvert que son père avait, sous le régime de Ceausescu, dénoncé des femmes qui cherchaient à se faire avorter, ce qui était alors illégal et punissable. Victor justifie son attitude : il lui semble légitime, aujourd’hui encore, de prévenir les avortements. Quelques jours plus tard, Sasha découvre qu’elle est enceinte des oeuvres de Romi, son frère jumeau…

La vie et la mort ne sont séparées que par une chose : le temps

C’est à la fin du déjeuner que commence une discussion philosophique sur la force inexorable du temps qui crée et fait disparaître des univers. Mais l’annonce par Sasha de la découverte des dénonciations par son père provoque un soudain déchaînement de violence au sein de la famille.

Illégitime (Ilegitim), réalisé en 2016, est le quatrième long métrage du Roumain Adrian Sitaru et le premier jamais distribué en vidéo dans l’hexagone. L’attribution du prix de la Confédération internationale des cinémas d’art et d’essai au festival de Berlin devrait attirer l’attention sur ce film et sur son réalisateur.

L’avortement est le thème majeur d’Illégitime, ce même thème qui valut à un autre Roumain, Cristian Mungiu, la Palme d’or en 2007 pour 4 mois, 3 semaines, 2 jours. Sous-jacent, mais assez présent, le tabou de l’inceste, souvent abordé par les scénarios, sujet central traité par Valérie Donzelli dans son dernier film, Marguerite & Julien.

Illégitime

Illégitime aurait coûté 57 000 €, autrement dit trois francs, six sous pour un long métrage, un véritable tour de force dont Adrian Sitaru nous révèle quelques ficelles dans l’intéressant commentaire du film, en anglais, mais malheureusement sans sous-titres. Se limiter à une seule prise est un moyen évident d’économiser sur le coût de tournage. Il a, pour rendre la chose possible, laissé les acteurs s’imprégner de leur personnage pendant plusieurs mois et leur a accordé une marge d’improvisation (l’exercice a dû être facilité pour l’interprète de Sasha, Alina Grigore, coauteur du scénario avec Adrian Sitaru). Puis il a confiné dans un petit appartement l’essentiel du tournage, par caméra numérique, sans besoin d’éclairage sophistiqué. La musique n’aura guère grevé le budget : le premier mouvement de la Mondscheinsonate de Beethoven qui accompagne le générique est ensuite, à deux reprises, ânonné le temps de quelques mesures sur une tablette, par Sasha et Romi.

La longue préparation des acteurs et leur talent, la marge d’improvisation qui leur fut laissée, la sobriété des moyens mis en oeuvre comptent certainement dans l’heureux résultat atteint : un attachant petit film naturaliste, entre drame et comédie, jamais scabreux, avec une fin délicieusement ambiguë.

Illégitime

Technique - 7,5 / 10

Illégitime (88 minutes) et ses bonus tiennent sur un DVD-9 logé dans un fin digipack à l’intérieur duquel figure, comme dans les autres éditions Damned Films, un court texte manuscrit signé par le réalisateur. Le menu fixe et muet propose le film dans sa seule version originale Dolby Digital 2.0 stéréo, avec le choix entre des sous-titres français ou anglais.

En supplément, un intéressant et très informatif commentaire du film en anglais par Adrian Sitaru, Alina Grigore, actrice et coscénariste, Adrian Silisteanu, directeur de la photo et Ioan Filip, ingénieur du son, malheureusement non sous-titré. Dommage que la qualité de ce supplément soit si peu accessible !

Suivent huit scènes coupées d’une durée totale d’une vingtaine de minutes avec des sous-titres français ou anglais.

Pour finir, La Cage (Colivia), court-métrage de 2010 (17’) : le sauvetage d’un pigeon mal en point par Alex, un jeune garçon, déclenche une prise de bec entre ses deux parents. Le père bougon (joué par Adrian Titieni, le patriarche d’Illégitime), après avoir poussé Alex à se débarrasser de l’oiseau, finit par acheter une cage.

L’image (2.35:1), dans une délicate palette de couleurs soigneusement étalonnées, bien contrastée, est d’une parfaite lisibilité dans toutes les conditions d’éclairage… en dépit des faibles moyens investis.

Le son Dolby Digital 2.0 stéréo, très propre, avec une bonne séparation des deux voies, restitue les dialogues avec clarté.

Illégitime

Crédits images : © Domestic Film, Film Produkcja

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 24 janvier 2017
Illégitime, une attachante œuvre naturaliste, réalisée avec trois fois rien, confirme, une fois encore, que le talent peut s’exprimer sans gros budget. L’attribution du prix de la Confédération internationale des cinémas d’art et d’essai au festival de Berlin devrait attirer l’attention sur ce film et sur son réalisateur, le Roumain Adrian Sitaru, dont c’est la première édition vidéo en France.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus