3 X Manon + Manon 20 ans : le test complet du DVD

2014. Réalisé par Jean-Xavier de Lestrade
Avec Alba Gaïa Bellugi, Marina Foïs et Déborah François

Édité par ARTE ÉDITIONS

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/06/2017
Critique

3 X Manon + Manon 20 ans

3 X Manon : Manon, 15 ans, est envoyée en Centre éducatif fermé après avoir poignardé sa mère qui la vampirise sous couvert d’un amour fusionnel. L’adolescente souffre d’un mal-être insaisissable qui se traduit par une rage incontrôlable envers la terre entière. À ses côtés, les pensionnaires et le personnel encadrant avancent en terrain miné entre manque de moyens et dissensions pédagogiques.

Manon 20 ans : Manon a désormais 20 ans, un BTS de mécanique en poche, et un compagnon, le premier. Entre le travail et l’amour, Manon espère, fonce, se trompe, réussit, se casse la figure, résiste, toujours avec sa force de vie exceptionnelle, une violence aussi qui menace de jaillir quand les injustices sont trop fortes.

3 X Manon (Trois fois Manon) et Manon 20 ans sont les deux chapitres d’une minisérie tournés, l’un en 2014, et l’autre en 2017, par Jean-Xavier de Lestrade qui s’est d’abord fait connaître comme réalisateur avec Un Coupable idéal (Murder on a Sunday Morning), salué par l’Oscar du meilleur documentaire en 2002, puis par Soupçons - The Staircase (The Staircase), une minisérie réalisée en 2004, ces deux œuvres soulignant l’intérêt qu’il porte aux affaires judiciaires, avant d’ouvrir son registre à la fiction à partir de 2008 avec Sur ta joue ennemie et, en 2015, avec la minisérie Malaterra.

3 X Manon et Manon 20 ans sont, à la croisée des chemins entre les deux disciplines, à ranger, surtout 3 X Manon, dans la catégorie documentaire-fiction.

Ce premier volet (FIPA d’or à Biarritz et Prix de la meilleure série du Syndicat français de la critique de cinéma), c’est la souffrance de Manon qui ne peut s’exprimer que par la violence, déclenchée par la moindre contrariété, par la moindre tentative d’intrusion dans son repli intérieur. Une violence sans mots, imperméable à tout raisonnement.

Une des forces du scénario, coécrit par Antoine Lacomblez et Jean-Xavier de Lestrade, est de ne pas chercher à définir le comportement de Manon, ni à en rechercher les causes, mais à seulement à montrer comment, avec l’aide de certains adultes, la prise de conscience de sa valeur va, non sans heurts, aider peu à peu l’aider à communiquer avec les autres autrement que par la violence, à s’ouvrir au monde extérieur.

3 X Manon + Manon 20 ans

Le deuxième volet, Manon 20 ans, diffusé par Arte le 1er juin, montre les autres étapes de la socialisation de Manon, de l’affirmation de sa personnalité, clefs d’une indépendance acquise par l’expérience du premier emploi, des premières relations sentimentales et par la recherche d’un père qui l’a quittée à sa naissance. Une fiction tout à fait crédible, mais qui n’a pas l’impact du premier chapitre qui se déroule pendant les quelques mois du séjour de Manon dans un Centre d’éducation fermé pour adolescentes.

Le premier chapitre nous fait ressentir la douleur de Manon dans son enferment physique et psychologique, la difficulté des conditions de travail des adultes, confrontés à l’hostilité des pensionnaires, à la difficulté d’établir un dialogue avec elles et, pire encore, à la nonchalance résignée du directeur du centre, notamment.

Ce qui frappe, c’est la justesse de l’observation des comportements et des dialogues, même si le réalisateur nous avertit, dans les suppléments, que le langage des adolescentes a été quelque peu adapté, traduit en quelque sorte, pour être compréhensible par l’ensemble des spectateurs.

Dans le rôle-titre, Alba Gaïa Bellugi, présente dans tous les plans, à peine plus âgée que Manon, exprime l’évolution de son personnage avec un naturel étonnant, aidée par une première expérience sur les planches et devant la caméra, mais surtout par son talent et son travail. Elle est entourée d’acteurs bien choisis, parmi lesquels on remarque Alix Poisson dans le rôle du prof’ de français et, surtout, Marina Foïs, inquiétante dans son interprétation d’une mère très équivoque, à l’amour maladroit, quasi-dévoreur.

3 X Manon et Manon 20 ans, une série à ne pas manquer !

3 X Manon + Manon 20 ans

Généralités - 3,5 / 5

3 X Manon et Manon 20 ans (3 x 57 minutes chacune) et leurs suppléments (35 et 16 minutes), tiennent sur deux DVD-9 logés dans un boîtier de 14 mm, glissé dans un étui. Le menu animé et musical propose deux versions audio, Dolby Digital 5.1 et 2.0 stéréo.

Sous-titres pour malentendants.

Bonus - 4,0 / 5

Alors que la première édition de 3 X Manon (Éditions Montparnasse, janvier 2015) était sortie sans bonus, ARTE Éditions nous propose, en complément, deux entretiens exclusifs avec Jean-Xavier de Lestrade.

Dans l’entretien accompagnant 3 X Manon (35’), le réalisateur confie que le personnage de Manon est une idée de la productrice Nicole Collet avec, comme point de départ, l’histoire du coup de couteau sur lequel s’ouvre la série. La complexité du sujet, nourrie par une bonne documentation (notamment pour le personnage du prof’ de français), est apparue dès l’ébauche du scénario et a vite conduit à choisir le format d’une minisérie de trois heures. Le choix d’une interprète pour Manon a vite penché en faveur d’une jeune actrice déjà expérimentée : la recherche d’une débutante aurait pu entraîner un temps, donc un coût, incompatible avec les contraintes de la production. Alba Gaïa Bellugi, bien qu’elle soit d’un milieu différent, est vite entrée dans la peau du personnage, notamment par l’expression d’insécurité qu’elle montrait naturellement après chaque prise, révélatrice de l’insécurité de Manon.

Dans l’entretien avec Jean-Xavier de Lestrade accompagnant Manon 20 ans (16’), le réalisateur dit qu’il a voulu laisser passer du temps pour filmer la suite, trois ans, notamment pour permettre à la jeune actrice de faire mûrir le personnage dans sa quête d’une place dans la société. Il souligne la force du jeu ambigu de Marina Foïs pour exprimer l’amour bizarre envers Manon, fusionnel, presqu’incestueux, très déstabilisant. Il termine en rappelant la découverte fortuite de la chanson de Marilyn Manson, They Said That Hell Is Not Hot, en harmonie avec la série.

3 X Manon + Manon 20 ans

Image - 5,0 / 5

L’image (2.00:1) frise ce que le DVD peut offrir de mieux en netteté, fermeté de ses contrastes, avec des noirs bien denses et des couleurs correctement étalonnées. De plus, elle bénéficie d’une texture très agréable.

Son - 3,5 / 5

Spectre ouvert, bonne dynamique, ampleur donnée à l’accompagnement musical sont au rendez-vous. En revanche, si l’on comprend que l’articulation de la Comédie française ne serait pas dans le ton de la série, les dialogues ne sont pas toujours faciles à saisir (d’autant moins que la prise de son semble parfois négligée)… sauf à afficher les sous-titres pour malentendants !

Le format 5.1 ne donne qu’une légère impression d’immersion.

3 X Manon + Manon 20 ans

Crédits images : © Image et Compagnie, ARTE France, TV5 Monde

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus