L'Intégrale des minichroniques de Goscinny : le test complet du DVD

Réalisé par Jean-Marie Coldefy
Avec René Goscinny, Jean-Claude Arnaud et Jocelyne Darche

Édité par L'Atelier d'Images

Voir la fiche technique

Critique

L'Intégrale des minichroniques de Goscinny

À travers ses minichroniques, le célèbre scénariste de bande-dessinée René Goscinny dépeint avec son sens inimitable de l’humour, les misères et les gaffes d’un français moyen interprété par Jean-Claude Arnaud. On y retrouve des seconds rôles savoureux, comme Jacques Monod ou encore Pierre Desproges, ici dans l’un de ses premiers rôles à la télévision. Chaque épisode est présenté par René Goscinny lui-même, à la manière de grandes séries d’anthologie comme Alfred Hitchcock Présente. Parfaitement dans l’esprit des fameux Dingodossiers créés avec Gotlib, les minichroniques de Goscinny sont emblématiques du paysage humoristique français.

ILS SONT FOUS CES FRANÇAIS…

Astérix, Lucky Luke, Iznogoud, le Petit Nicolas… ne cherchez pas, la grande majorité de vos souvenirs de fous rires d’enfance sont signés René Goscinny, auteur, scénariste, journaliste, écrivain, humoriste dont la carrière décolla avec sa collaboration au journal Pilote au sein duquel il créa le personnage d’Astérix en compagnie d’Albert Uderzo.

À la période des fêtes de 1976, René Goscinny proposa aux téléspectateurs français sa dernière et ultime création, Les minichroniques de René Goscinny (il mourra fin 1977 juste avant la diffusion de la seconde saison).

L'Intégrale des minichroniques de Goscinny

Le concept est simple : à la manière d’un Alfred Hitchock qui introduisait les épisodes d’Hitchcock présente, René Goscinny introduit avec ses minichroniques, le personnage de Georges Bouchard, un français type qui traverse épreuves, tracas et autres contrariétés. Humour d’observation, critique de la société de consommation, clichés, délires administratifs… le plus incroyable est que ce regard ironique n’a pas vraiment pris une ride et que la grande majorité des situations sonnent parfois cruellement juste, 40 ans plus tard. On y retrouve d’ailleurs très largement l’humour cynique des Douze travaux d’Astérix (co-scénarisé par Goscinny) et sa maison qui rend fou, critique à peine déguisé du labyrinthe administratif français.

Lâcheté, malchance, objets récalcitrants et autres patrons sévères sont autant de sources de gags qui peuvent parfois faire sourire jaune lorsque l’on s’y reconnait…

Grâce à l’actualité Goscinienne de 2017 (les 40 ans de sa mort et l’exposition à la Cinémathèque consacrée au rapport entre Goscinny et le cinéma), les remasterisations vont bon train (voir notre article et l’on peut donc voir ressurgir ce trésor de la télévision française qui n’avait jamais été rediffusé.

L'Intégrale des minichroniques de Goscinny

Technique - 7 / 10

Et pour cette sortie tout à fait unique des Minichroniques de Goscinny, L’atelier d’Images, décidément prolifique en éditions spéciales, a fait le maximum, et une fois de plus on peut remercier cette équipe de passionnés.

Le boîtier qui accueille les 4 DVD est un Digibook très épais, tout de jaune vêtu avec 2 galettes sur chaque volet et le livret 24 pages collé au milieu (ce dernier est donc solidaire du boîtier, ce qui peut éviter de le perdre).

Le livret est à lui tout seul un bonus et une mine d’informations puisqu’après une courte présentation du contexte de la série, il donne la liste complète des épisodes avec, pour chacun, un résumé et une courte analyse. Entremêlées à ces textes, on trouve d’autres anecdotes sur les différents acteurs plus ou moins réguliers de la série, dont Pierre Desproges qui fait une apparition succulente dans l’épisode « Les déjeuners d’affaires ».

Pour ce qui est des bonus vidéo, la première galette propose une archive de 1976, un extrait du journal télévisé de TF1, présenté à l’époque par Yves Mourousi qui introduit une courte interview de Jean-Claude Arnaud, l’interprète principal de ces minichroniques.

Côté image, l’INA prévient en début de disque que malgré une restauration minutieuse, le matériel à disposition n’a pas toujours permis de faire des miracles. C’est donc une image peu définie et aux couleurs parfois un peu passées qui portent ces sketches, mais cela fait aussi partie du charme.

Pareil pour le son mono d’époque, reproduit ici sur les canaux gauche et droit, qui sonnera forcément un peu nasillard pour les oreilles d’aujourd’hui, mais dont la propreté permet de ne louper aucun dialogue.

L'Intégrale des minichroniques de Goscinny

Crédits images : © INA

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 22 novembre 2017
Lâcheté, malchance, objets récalcitrants et autres patrons sévères sont autant de sources de gags qui peuvent parfois faire sourire jaune lorsque l’on se reconnait dans ces minichroniques...

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus