Fauda - Saison 1 : le test complet du DVD

Fauda

2015. Réalisé par Assaf Bernstein
Avec Lior Raz, Hisham Suliman et Shadi Mar'i

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 31/01/2018
Critique

Fauda - Saison 1

Les services secrets israéliens infiltrés dans les « Territoires occupés » de Cisjordanie, les mistaravim, enlèvent un homme dans une mosquée de Ramallah pour lui faire dire qui est à la tête d’un trafic de neurotoxiques à Aqaba. En échange, sa fille recevra la greffe de rein qui pourra lui sauver la vie. L’homme parle : le chef est Abu Ahmad, dit « La Panthère », un combattant du Hamas responsable de la mort de 116 Israéliens, que les mistaravim croyaient avoir été tué, il y a deux ans, par Doron Kavillio, un infiltré en retraite qui décide de reprendre du service…

Fauda (« chaos » en arabe), créée en 2014 par l’acteur Lior Raz, l’interprète de Doron, un ex-infiltré, et par Avi Issacharoff, journaliste spécialisé dans les problèmes palestiniens, nous arrive presque trois ans après sa première diffusion sur la chaîne câblée israélienne Yes Stars. C’est, sauf erreur, la quatrième série à être distribuée sur DVD en France, après les deux saisons de Hatufim (Prisonniers de guerre) qui suscita un célèbre remake américain, Homeland : Irak année zéro, et après [PROGRAM(hostages)] (Bnei aruba) et False Flag (Kfulim).

Fauda - Saison 1

Fauda nous immerge dans les deux communautés, israélienne et palestinienne, dépeintes avec une relative objectivité. Dans un contexte de haine nourrie par une interminable guerre larvée entre les deux communautés, les plus radicaux ne sont pas présentés comme une incarnation du mal : ils éprouvent, par exemple, une profonde affection pour leur famille. Même si la série tend à faire pencher la sympathie du spectateur vers les protagonistes israéliens, elle nous montre les deux côtés d’une même histoire et que les mêmes exactions peuvent être commises de part et d’autre du fossé. Doron Kavillio et Abu Ahmad, dont le combat prend des allures de vengeance personnelle, ont beaucoup en commun. Un autre signe d’ouverture d’esprit de la série se manifeste dans des dialogues en hébreu et en arabe, en parts égales, et dans une distribution où figurent quelques acteurs palestiniens.

Fauda, en évitant les clichés, génère une impression de réalisme. D’abord par son scénario (FIPA d’or à Biarritz en 2016) : sans rebondissements spectaculaires, il réussit pourtant à soutenir une forte tension. Mais aussi par la sobriété du jeu des acteurs et l’état brut des décors, des maisons désertées portant les stigmates d’affrontements, murs éventrés, sols jonchés de gravois, vitres en éclats…

Bien mise en scène (Assaf Bernstein est le réalisateur des douze épisodes), filmée avec une caméra mobile, souvent portée mais bien tenue, la série est rythmée par des scènes d’action, de la violence, présente mais jamais étalée, une immixtion dans la vie personnelle des personnages leur donnant une bonne épaisseur, créatrice d’empathie.

Fauda est repartie pour une saison 2, actuellement en cours de diffusion : il faudra donc patienter quelque temps pour connaître les suites du plan meurtrier révélé au douzième épisode de la saison 1.

Fauda - Saison 1

Généralités - 3,0 / 5

Fauda (12 x 35 minutes) et son supplément (21 minutes) tiennent sur trois DVD-9 logés dans un coffret non remis pour le test, effectué sur check discs.

Le menu animé et musical propose le choix entre la version originale, avec sous-titres imposés, placés un peu trop haut sur l’image, blancs pour l’hébreu, jaunes pour l’arabe, et un doublage, très partiel, en français : seul les dialogues en hébreu sont doublés, mais pas tous, avec le curieux résultat : un timbre de voix différent, pour un même acteur, en fonction de la langue utilisée !

Les deux versions sont au format Dolby Digital 2.0 stéréo.

Bonus - 2,5 / 5

En complément, Making of Fauda (21’), en nous disant que la série montre les deux côtés opposés, n’apporte pas grand-chose. On nous précise, cependant, que le scénario est marqué par les tensions générées par la guerre de Gaza de l’été 2014. Un des intervenants pose une question : le conflit n’oppose-t-il pas plus les politiciens que la population ?

S’y ajoute, une bande-annonce.

Fauda - Saison 1

Image - 4,5 / 5

L’image (178:1), propre, bien contrastée, avec des couleurs naturelles, assure une parfaite lisibilité dans toutes les conditions d’éclairage, y compris dans les scènes de nuit. Le léger grain, probablement voulu, renforce le réalisme, l’aspect docu-fiction, de la série.

Son - 4,0 / 5

Le son (Dolby Digital 2.0 stéréo), lui aussi très propre, avec une bonne dynamique, restitue clairement les dialogues. Mais la séparation des deux canaux est trop faible. On regrette, dans les scènes d’action, l’absence du 5.1.

Fauda - Saison 1

Crédits images : © Ohad Romano, Nitai Netzer

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 31 janvier 2018
Fauda bénéficie d’un excellent scénario (FIPA d’or à Biarritz en 2016). Réaliste, rythmée par des scènes d’action, la série réussit à soutenir une forte tension, en évitant les clichés et les rebondissements improbables.

Lire les avis »

Multimédia
Fauda - Saison 1
Bande-annonce VF
Fauda - Saison 1
Extrait VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus